Rétrospective 2013 : année du déclin ou du renouveau pour les Etats-Unis ?
Home / Actualité / Amérique / Rétrospective 2013 : année du déclin ou du renouveau pour les Etats-Unis ?

Rétrospective 2013 : année du déclin ou du renouveau pour les Etats-Unis ?

 

Malgré de nombreux revers diplomatiques, il semble bien que l’année 2013 ait permis aux États-Unis d’affirmer leur prédominance sur les affaires mondiales.

L’information la plus importante semble bien l’affaire Snowden. Ancien consultant de la National security agency (NSA), Edward Snowden aurait subtilisé autour de 1,7 millions de documents et divulgué à certains quotidiens tels que le Guardian les suprenantes méthodes, moyens et cibles de l’agence de renseignement américaine. Un rapport pour la refonte de cette dernière a été remis le 13 décembre au Président Barack Obama, mais il semble que ses préconisations (notamment celle visant à nommer à sa tête un civil plutôt qu’un militaire) ont peu de chances d’aboutir.

Autre évènement d’importance, le shutdown, soit la paralysie budgétaire qui a duré de septembre à décembre, faute d’un accord entre Républicains et Démocrates. Inutile de dire que la crédibilité américaine en a grandement souffert à l’international.

Enfin, l’immense reculade sur le dossier syrien semble amorcer un déclin des États-Unis. Acculé par une opinion publique refusant l’intervention, le président Obama a accepté la proposition russe de destruction des armes chimiques tout en arrêtant début décembre l’envoi de matériel non létal à l’opposition au régime. L’un de leurs plus fidèles alliés, l’Arabie Saoudite, a ainsi fait savoir sa désapprobation en refusant de siéger au Conseil de sécurité de l’ONU.

Néanmoins, tous ces problèmes semblent plus relever du soft que véritablement du hard power.

Ainsi, les révélations de Snowden ne semblent qu’éventer des secrets de polichinelle. De même, la paralysie budgétaire de fin d’année a débouché sur un accord du Congrès fin décembre qui règle le budget pour les deux ans à venir. Enfin, le dossier syrien promettait une déconvenue certaine (luttes entre islamistes et modérés ; énorme regain de vigueur des forces loyales à El Assad) : la proposition russe a ainsi été vécu moins comme un revers qu’un soulagement.

Les États-Unis ont par ailleurs effectué une percée sur le dossier iranien, rendue possible par l’élection du président iranien Hassan Rohani le 14 juin 2013. L’accord de Genève du 24 novembre amène à terme un allègement des sanctions économiques ciblant l’Iran qui, en contrepartie, promet de limiter l’enrichissement de l’uranium au-delà de 5% d’isotope U235. De même, l’exploitation des gaz de schistes devraient permettre aux États-Unis de moins s’impliquer dans cette région du monde. Cela permet de relativiser la portée du froissement de certains alliés tels que l’Arabie Saoudite (revirement états-unien dans l’affaire syrienne) ou encore d’Israël (opposé à l’accord de Genève). Certes, comme l’a affirmé le Secrétaire à la défense, Chuck Hagel, les États-Unis devraient à court terme maintenir leur présence armée dans le Golfe (35.000 hommes). Néanmoins, leur prochaine auto-suffisance énergétique (estimée au milieu de la décennie 2020 pour l’Agence internationale de l’énergie) pourrait motiver un redéploiement vers d’autres priorités (du pivot en Asie à l’isolationnisme qui monte dans l’opinion nord-américaine).

Enfin et surtout, les États-Unis ont une économie qui repart. 4,1% au troisième trimestre en rythme annualisée (dont les perspectives, entre une énergie plus abondante et de nouveaux partenariats économiques avec l’accord transpacifique et transatlantique, sont très prometteuses). Même si des menaces pèsent sur la pérennité de cette croissance, elle semble suffisante pour la Fed qui a stoppé son quantitative easing. Diplomatiquement, militairement et économiquement, les États-Unis apparaissent, en cette année 2013, maintenir leur leadership.

About Vincent SATGE

Vincent Satgé est cofondateur du site les-yeux-du-monde.fr ainsi que coprésident de l’association Les Yeux du Monde. Il étudie actuellement à Sciences Po Bordeaux.

Check Also

Le Chili, nouvel eldorado de l’immigration haïtienne ?

 Depuis 2014, le nombre d´Haïtiens vivant au Chili connaît une croissance exponentielle. Ils constituent la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.