Home / Actualité / Actualités analysées / Le Cascadia Innovation Corridor pour redonner un avenir à l’ALENA  

Le Cascadia Innovation Corridor pour redonner un avenir à l’ALENA  

 
L’ALENA est actuellement en renégociation, à la demande des Etats-Unis

A l’heure où les renégociations de l’ALENA (Accords de libre-échange nord-américain) s’enlisent, l’exemple du Cascadia Innovation Corridor témoigne des opportunités qu’offre l’intégration régionale nord-américaine. Ce projet, défendu par les villes de Vancouver et Seattle, a pour objectif de renforcer la coopération transfrontalière pour faire de cette interface une nouvelle Silicon Valley. 

La zone s’étendant de Portland à Vancouver a indéniablement profité de l’ALENA pour se développer fortement. Toutefois, la ville canadienne et Seattle semblent être attirées par le modèle de « Twin cities ». Ce phénomène de « jumelage de deux villes » qui prend place le long de la frontière américano-mexicaine, à l’image de San Diego et Tijuana ou encore Ciudad Juarez et El Paso, est le pur produit de l’ALENA. En effet, les entreprises nord-américaines s’y installent dans l’optique d’optimiser leur processus de production : la conception des produits s’effectue dans la ville américaine, puisque les travailleurs y sont en moyenne plus qualifiés, tandis que l’assemblage est réalisé au Mexique où les salaires sont bien plus bas. Or, la quasi suppression des barrières douanières au sein de l’ALENA rend possible et même avantageux ce choix, que ce soit en matière de temps ou de coûts.

Des twin cities 2.0  

Cependant, l’écart de développement, considérable entre le Mexique et les Etats-Unis, est bien différent dans le Nord-Ouest. Si Seattle et Vancouver abritent toutes les deux des entreprises dans le domaine de la technologie de pointe, la ville américaine peut se targuer d’héberger des géants tels que Boeing ou Microsoft. C’est justement le PDG de cette dernière firme qui célèbre l’idée d’un corridor transfrontalier. En effet, Bill Gates a inauguré en juin dernier un laboratoire de recherche à Vancouver.

En outre, Vancouver dispose également d’universités renommées et de nombreuses start-ups, et présente l’avantage d’offrir des taxes et des salaires plus bas qu’aux Etats-Unis. Par conséquent, une complémentarité se profile entre les deux cités pour éventuellement développer un hub technologique transfrontalier placé sous le signe du partage et de la recherche. Ainsi, le projet du Cascadia Innovation Corridor est avancé pour générer une synergie. Par exemple, la région étudie le projet d’une Ligne à Grande Vitesse qui rejoindrait les deux villes en seulement une heure, au lieu de quatre précédemment, en raison notamment d’un contrôle du train effectué à la frontière.

Donald Trump a fait de la critique acerbe de l’ALENA son cheval de bataille durant la campagne. Sa victoire met en avant une tendance à la fermeture de la frontière sud des Etats-Unis, à travers le « Great Wall » qu’il propose. Cependant, c’est l’ouverture qui prédomine au Nord-Ouest dans le domaine stratégique des hautes technologies. Le territoire américain illustre donc à lui seul toute l’ambivalence qui accompagne le rôle dévolu à la frontière, entre coopération et protection. Néanmoins, alors que le Président Trump a encore récemment répété que la sortie de l’ALENA n’était pas exclue, ce projet rappelle que ce traité très critiqué actuellement peut encore devenir le fer de lance de la croissance.

 

About Hugo CARRIE

Étudiant à HEC Paris, après deux années en classe prépa au lycée Sainte Geneviève.

Check Also

Israël et le conflit syrien (1/2) : une politique de dissociation toute relative

 L’attaque le 7 septembre dernier d’une usine syrienne de production d’armes militaires par l’aviation israélienne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

pdrm