Home / Actualité / Asie et Océanie / Les attentats de Calcutta : la guérilla maoïste ne revendique pas le déraillement de train qui a coûté la vie à au moins 90 personnes

Les attentats de Calcutta : la guérilla maoïste ne revendique pas le déraillement de train qui a coûté la vie à au moins 90 personnes

 

Dans la nuit du 27 au 28 mai, un train à grande vitesse effectuant le trajet Bombay-Calcutta a déraillé dans l’Est de l’Inde (dans l’Etat du Bengale-Occidental, aux alentours de sa capitale, Calcutta). Il a ainsi provoqué une collision avec un train de marchandises circulant sur la voie inverse. Le bilan fait actuellement état de 90 morts et de 200 blessés, bilan tout à fait provisoire car deux wagons ayant subi de plein fouet l’impact et étant composés de voyageurs n’ont pas encore pu être fouillés.

La cause du déraillement est de nature intentionnelle : la police indienne a en effet déclaré que des plaques métalliques constituant la voie ferré ont été retirées de manière à provoquer précisément le choc entre les deux trains. Quant aux auteurs, ils restent toujours non-identifiés, même si plusieurs éléments désignent comme coupables les guérilleros maoïstes. En effet, le déraillement a eu lieu dans le district du Medinipur, une des zones fortement investies par la guérilla. De même leurs affiches de propagande ont été retrouvées par la police à proximité des lieux de la catastrophe. Toujours selon les représentants de l’ordre, leur auteur, le Comité du Peuple Maoïste Contre les Atrocités de la Police (PCAPA), aurait revendiqué « clairement leur responsabilité dans le déraillement du train » et exigé sans condition le retrait immédiat de l’armée de l’Etat du Bengale. Seulement l’information a été démentie par le porte-parole du PCAPA. Quel intérêt ainsi pour des terroristes voulant rester incognito de laisser des affiches de propagande sur les lieux du drame ?

Toujours est-il que les rebelles maoïstes n’ont pas besoin de cet attentat pour être « la principale menace pour la sécurité intérieure du pays » selon Manmohan Singh, Premier Ministre de l’Inde. Actifs depuis 1967 dans le Nord et l’Est de l’Inde, ce groupe paramilitaire a été interdit et qualifié de manière officielle «terroriste» en 2009, année durant laquelle des attentats attribués aux maoïstes ont causé le décès de plus de 600 personnes.

Pour le moment, le gouvernement organisr sa lutte contre la guérilla à travers l’opération « Chasse verte ». Seules des forces paramilitaires sont employées pour attaquer certaines positions tenues par les forces armées maoïstes. Suite à ce drame, l’opinion pourrait bien se manifester pour demander au gouvernement d’y faire intervenir l’armée. Il y a fort à parier que les violences iraient en s’intensifiant, du côté des autorités comme celui des terroristes : le drame du train Bombay-Calcutta ne serait dès lors que l’avant-goût des attentats à venir.

About Vincent SATGE

Vincent Satgé est cofondateur du site les-yeux-du-monde.fr ainsi que coprésident de l’association Les Yeux du Monde. Il étudie actuellement à Sciences Po Bordeaux.

Check Also

Donald Trump est revenu à une position protectionniste lors du Sommet de l'Apec.

La tournée asiatique de Donald Trump, un bilan tout en paradoxe

 Donald Trump a achevé sa tournée asiatique ce mardi 14 novembre. Ce voyage, marqué par …

One comment

  1. Très bon article !! J'ai appris plein de choses ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.