Home / Actualité / Europe / Une seconde crise des missiles en Europe de l’Est ?

Une seconde crise des missiles en Europe de l’Est ?

 
otan_europe
Les pays européens membres de l’OTAN

Les Etats-Unis et la Russie déploient de nouveaux missiles en Europe de l’Est, ce n’est pas sans rappeler la période de la guerre froide…

Le 16 juin dernier, Vladimir Poutine a annoncé que la Russie allait renforcer son arsenal nucléaire avec le déploiement de plus de 40 nouveaux missiles intercontinentaux d’ici la fin de l’année. En réponse à ceci, une semaine plus tard, le 23 juin, les Etats-Unis ont annoncé de leur côté le déploiement d’armements lourds dans les pays d’Europe centrale et orientale. Selon le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, en visite à Tallinn la capitale estonienne il s’agira de 90 chars lourds Abrams, 140 véhicules blindés Bradley, et 20 canons automoteurs. Ce matériel militaire servira pour des entrainements et divers exercices. Les Etats-Unis ont toutefois obtenu l’accord des pays concernés pour le déploiement de ce matériel militaire. Il s’agit des Etats baltes – Estonie, Lettonie, Lituanie -, ainsi que la Bulgarie, la Roumanie, la Pologne et une partie de l’Allemagne. Du fait de cette annonce, ce sera la première fois que des armes lourdes américaines seront déployées dans ces pays qui ont adhérer à l’OTAN suite à la chute du mur de Berlin mais qui auparavant appartenaient à la zone d’influence soviétique. Cette initiative entre dans le cadre des mesures destinées à rassurer les Etats membres de l’OTAN qui s’inquiètent des intentions de la Russie depuis l’éclatement du conflit ukrainien et l’annexion de la Crimée.

Un parfum de guerre froide

Cette annonce intervient alors que le cessez-le-feu en Ukraine et les accords de Minsk ne sont pas vraiment respectés. Le conflit en Ukraine depuis 2014 a fait plus de 6000 morts et a permis à la Russie d’étendre son influence dans les régions de l’Est de l’Ukraine. Les pays baltes, depuis la prise de la Crimée par les forces pro-russes, ont déclaré leurs préoccupations face à la volonté expansionniste russe. La Russie voit l’OTAN comme un adversaire et considère que l’inclusion des pays baltes dans cette alliance représente une menace directe pour sa sécurité. Ainsi le journal russe « Kommersant », explique notamment que « la mise en œuvre de ce plan va obliger Moscou à poster à la frontière des Etats baltes son propre potentiel offensif, afin de pouvoir réagir en cas de conflit ». Bien que selon le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter « nous ne cherchons pas la guerre froide, et encore moins la guerre chaude avec la Russie, nous allons défendre nos alliés ». Cependant ces évènements risquent tout de même de mettre à mal l’acte fondateur signé par l’OTAN et par la Russie postcommuniste pour construire ensemble une paix durable.

Avec la prise des territoires ukrainiens par des forces pro-russes, le projet de « nouvelle Russie » de Vladimir Poutine qui veut que son pays retrouve de sa puissance passée, s’est mis en place. Bien que la Russie ne soutienne pas officiellement les forces pro-russes en Ukraine, celles-ci redorent tout de même l’image d’une Russie forte et puissante. Avec une Russie qui possède l’ambition de redevenir un Etat puissant, l’OTAN tente de lui faire comprendre qu’elle ne lui laissera pas une seconde occasion d’étendre son influence sur d’autres territoires européens. Si un conflit direct entre l’OTAN et la Russie semble improbable, chacun essaye tout de même de montrer à l’autre sa puissance comme le prouve les augmentations d’armement sur ces frontières.

 

About INT. EXTE.

Check Also

Le JEFTA : l’occasion de rebondir

 Européens et Japonais négocient actuellement un accord de libre-échange qui doit progressivement supprimer certaines barrières …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.