Home / Ressources / Concours / L’éolien en France, le bon élève des énergies renouvelables

L’éolien en France, le bon élève des énergies renouvelables

 

« Je ferai de notre pays le leader européen des énergies marines renouvelables » défendait François Hollande en 2012 dans ses 60 engagements pour la France. Cinq ans et une COP21 plus tard, l’objectif est loin d’être atteint. Malgré l’essor de l’éolien marin en Europe, la France accuse un grand retard sur ses voisins d’Allemagne et du Royaume-Unis. La mise en service des premiers parcs éolien offshore ne devrait d’ailleurs arriver qu’en 2020, soit 29 ans après le Danemark.

éolien ; francePlus généralement, la France se détache difficilement du peloton européen pour les énergies renouvelables. Avec 14,9% de son énergie issue des énergies renouvelables en 2015, elle se classe bien loin des pays nordistes tels que la Suède (50,2%), la Lettonie (39%) ou la Finlande (38,7%). La France est d’ailleurs le pays de l’UE qui affiche le plus gros retard sur son objectif (17% pour 2015).

Cela dit, comme pour la COP21, la France peut donner le bon exemple. Elle se classe en effet quatrième pays européen pour la production d’électricité issue de l’éolien en 2016. Même si l’éolien ne représentait que 4% de la production d’électricité en France en 2016, sa part ne cesse de progresser. Des projets sont d’ailleurs en cours, notamment en Bretagne, où la petite commune de Ouessant est en passe de devenir la première île au monde à couvrir ses besoins en électricité grâce à l’hydrolien, cousin marin de l’éolien.

Le secteur peut compter sur l’aide de l’Etat mais également sur des initiatives privées pour se développer. L’EDF rachète par exemple à un coût fixe l’énergie produite, et ce indépendamment du cours des prix de l’électricité. En outre, en 2015, EDF signe son premier financement participatif pour un parc éolien dans les Vosges : les habitants de la commune et des communes voisines ont en partie financé le projet en échange d’une rémunération à hauteur de 4% de leur prêt.

La croissance de l’éolien en France est néanmoins limitée par plusieurs facteurs. La France a actuellement l’électricité la moins chère d’Europe, notamment grâce à son parc nucléaire qui assurait, en 2015, 76% de sa production d’énergie. Or le coût de production de l’éolien est souvent plus élevé, ce qui fragilise les investissements dans ce secteur. Par ailleurs, l’éolien ne fait pas l’unanimité auprès des populations. Les projets sont régulièrement menacés par les protestations des associations anti-éolien, ce qui est à l’origine des retardements dans la mise en service des parcs éoliens offshore. En cause, des paysages menacés et une fabrication non française des éoliennes (en 2014, 95% des éoliennes en France provenaient de fabricants étrangers).

Cela dit, une mesure prise par le gouvernement et en vigueur depuis le 1er mars dernier devrait diminuer le temps de réalisation des projets éoliens en simplifiant les démarches administratives : alors que de nombreuses autorisations étaient nécessaire pour accepter un projet, il ne faudra plus qu’une autorisation environnementale unique.

 

About Aurélien CLOU

Aurélien Clou est étudiant à l'EMLyon après deux années en classe préparatoire au lycée Marcelin Berthelot. Il est rédacteur pour les Yeux du Monde depuis septembre 2015.

Check Also

Les Etats-Unis champions de la guerre économique : le rachat d’Alstom par General Electric

 Le rachat de la branche énergie d’Alstom par General Electric constitue un cas d’école de …

2 comments

  1. Bizarre, bizarre alors comment expliquez ça : https://www.electricitymap.org/ L’Allemagne couverte de dizaines de milliers d’éoliennes a pourtant un mauvais résultat en matière d’ émission de CO2 par KWH produit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

pdrm