Remaniement ministériel en Espagne : Zapatero essaie de reprendre la main
Home / Actualité / Sujets chauds / Crise européenne / Remaniement ministériel en Espagne : Zapatero essaie de reprendre la main

Remaniement ministériel en Espagne : Zapatero essaie de reprendre la main

 

Ce mercredi 20 octobre, José Luis Zapatero, Président du gouvernement espagnol, a annoncé le plus large remaniement ministériel depuis son arrivée au pouvoir. Celui-ci fait écho à la contestation qui a accompagné sa politique économique, faites de mesures d’austérité censées réduire un inquiétant déficit budgétaire. Car le gouvernement du PSOE (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol) n’a pas su convaincre, que ce soit avec la réforme du système des retraites (une pension à taux plein est obtenue après 67 ans) ou la réduction des indemnités versées pour licenciement. Ces réformes, jugées trop à droite pour les électeurs de gauche, et insuffisantes pour ceux de droite, ajoutées à la situation plus qu’alarmante de l’emploi en Espagne (plus de 20% de chômage), pourraient bien sceller le destin du PSOE aux prochaines élections, qu’elles soient locales et régionales (22 mai 2011) ou nationales (mars 2012). En effet, son actuel leader, Zapatero, n’a jamais été aussi bas dans les sondages : moins de 30% pour sa côte de popularité. De plus, comme il l’a lui même reconnu, la situation économique ne devrait pas connaître d’amélioration notable avant un an et demi. Il était donc question d’agir, et rapidement : Zapatero a ainsi renouvelé son équipe (voir la nouvelle composition du gouvernement espagnol ici).

Parmi les changements les plus notables, on remarquera tout d’abord que Maria Tereza Fernandez de la Vega a été remplacée dans sa fonction de Vice-Président du gouvernement par le Ministre de l’Intérieur Alfredo Pérez Rubalcaba, cumulant ainsi les deux fonctions. Ce dernier est un des seuls ministres à jouir d’une forte popularité, du fait de sa gestion du dossier ETA (qui a mené à plusieurs arrestations ces derniers mois). Son succès pourrait ainsi rejaillir sur le gouvernement tout entier, et Rubalcaba devrait en outre être l’un des meilleurs atouts du PSOE pour les élections à venir.

Valeriano Gómez, ex-Secrétaire Général à l’Emploi du syndicat UGT (Union Générale du Travail), qui a par ailleurs manifesté le 29 septembre dernier contre la politique du gouvernement, a été nommé Ministre des Affaires Sociales. Est-ce une ouverture pour permettre de meilleures négociations, ou une tentative pour diviser les opposants ? Pour l’instant les syndicats semblent avoir retenu la première option.

Enfin Elena Salagado, Ministre de l’Economie et donc responsable de la mise en place des mesures de rigueurs, conserve sa place au gouvernement. Il apparaît que Zapatero ait ainsi voulu envoyer un signal fort aux marchés, celui d’une stabilité certaine au sein de la politique économique de son gouvernement. Reste à savoir dans quelle mesure les électeurs espagnols, devant lequel Zapatero demeure responsable, vont apprécier ce remaniement ministériel.

About Vincent SATGE

Vincent Satgé est cofondateur du site les-yeux-du-monde.fr ainsi que coprésident de l’association Les Yeux du Monde. Il étudie actuellement à Sciences Po Bordeaux.

Check Also

Rétrospective 2017 : évolution du conflit syrien

Il y a un peu plus d’un an, le 13 décembre 2016, Alep-Est capitulait après …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.