Home / Actualité / Mondialisation et enjeux / Eau / Les grands enjeux de l’eau dans la mondialisation (1/4)

Les grands enjeux de l’eau dans la mondialisation (1/4)

 
Carte des régions du monde en stress hydrique, 2006. Source: International Water Management Journal.
Carte des régions du monde placées en stress hydrique, en 2006.
Source: International Water Management Institute.

Le PNUE (programme des nations unies pour l’environnement) rappelle régulièrement que les quantités d’eau disponibles par habitant ne cessent de diminuer. Les besoins accrus des surfaces irriguées et des industries augmentent la pression exercée sur les quantités d’eau disponibles, quand dans le même temps la population mondiale ne cesse d’augmenter, et devrait atteindre les 9 milliards d’habitants d’ici à 2050. L’urbanisation, et la croissance des activités industrielles posent le problème de la pollution des stocks d’eau disponibles, et les experts du GIEC s’attendent à une hausse des épisodes hydriques exceptionnels, que cela soit des sécheresses comme des inondations. C’est pourquoi l’eau est un enjeu géopolitique et géoéconomique majeur des décennies à venir.

Une ressource abondante …

Groenland et Antarctique exclus, l’eau douce accessible à l’humanité représenterait environ 0,8% du stock d’eau total. Mais ce faible pourcentage représente néanmoins, selon L’ONU, 40 000 milliards de mètres cubes, soit environ 6 000 mètres cubes d’eau douce par habitant et par an. Bien que ce ratio diminue, il reste encore plus que suffisant pour couvrir théoriquement tous les besoins en eau de la planète. Mais, si l’eau douce est théoriquement abondante, elle est souvent difficile à récolter, puisque 75% des ressources en eau douce se situent dans des nappes phréatiques dont certaines, dites géologiques, sont situées en grande profondeur et ne se renouvellent pas à échelle humaine.

… mais inégalement répartie

Surtout, cette ressource est inégalement répartie, puisque les huit pays que sont, par ordre décroissant, le Brésil, la Russie, la Chine, le Canada, l’Indonésie, les Etats-Unis, l’Inde ainsi que la Colombie, se partagent 60% du total mondial. À l’inverse, d’autres pays disposent de quantités bien plus faibles en eau, notamment les pays d’Asie Centrale, du Maghreb, des pays de la bande sahélienne, etc. S’ajoute à cela la question du stockage de l’eau, qui se révèle souvent problématique.

Le manque d’eau, associé à la hausse des besoins et à l’urbanisation ou encore dans certains cas les besoins liés au tourisme ou la pollution, plaçait dès 2006 le nombre de 43 pays en situation de stress hydrique (moins de 1700 m3/an/habitant) dont certains sont même en situation de pénurie d’eau (moins de 1000 m3/an/habitant). En outre, selon l’ONU, une augmentation significative du nombre de régions en stress hydrique est à prévoir d’ici à 2025, en raison notamment du réchauffement climatique et la hausse continue des besoins en eau dans certaines régions.

Or l’eau, cette ressource abondante mais inégalement répartie, est une ressource dont les enjeux sont multiples : enjeu sanitaire, enjeu éducatif, enjeux environnementaux, enjeu pour le développement, etc…

About Paul ENJOLRAS

Actuellement étudiant en Master in Management à ESCP Europe, je suis passé par une classe prépa ECS à Janson-de-Sailly.
Je suis passionné de géopolitique, et également membre du NOISE (Nouvel Observatoire de l’Innovation Sociale et Environnementale)

Check Also

Bitcoin, bulle financière

La folle envolée du Bitcoin : risque de crise ?

 Depuis quelques semaines, on assiste à une envolée du prix du Bitcoin, qui a dépassé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.