Home / Actualité / Actualités analysées / La folle envolée du Bitcoin : risque de crise ?

La folle envolée du Bitcoin : risque de crise ?

 

Depuis quelques semaines, on assiste à une envolée du prix du Bitcoin, qui a dépassé aujourd’hui les 10 000 dollars, alors qu’il n’en valait que le dixième au début de l’année, et moins d’un dollar à sa création. Certains économistes craignent le phénomène de bulle financière, d’autres se réjouissent du succès d’une monnaie indépendante de la volonté des Etats et des banques.

C’est l’actualité financière du moment. Le Bitcoin affole les économistes et excite les spéculateurs. Cette monnaie virtuelle est vue par beaucoup comme une véritable révolution. Selon ses défenseurs, « le Bitcoin est à la banque ce que l’e-mail est à la poste, il change le monde de la finance de la même façon que le Web révolutionne les médias » [1]. Ce nouveau concept risque de bouleverser l’économie que nous connaissons.

Bitcoin, bulle financière

Qu’est ce que le Bitcoin ?

Créé en 2009 par un fondateur inconnu, dont le pseudonyme est Satoshi Nakamoto, le Bitcoin est la première monnaie électronique, ou crypto-monnaie, décentralisée, c’est-à-dire qu’elle ne dépend d’aucun Etat ni d’aucune banque. Elle dépend néanmoins d’une Blockchain qui est une base de données distribuée grâce à laquelle toutes les transactions en Bitcoin sont répertoriées dans le cadre d’un réseau transparent, sécurisé et anonyme. Chaque transaction est vérifiée par des mineurs, qui sont des personnes qui mettent à disposition leur ordinateur afin d’effectuer des calculs complexes qui permettent de valider la transaction. Ces personnes sont ensuite rémunérées en Bitcoin, sorte de commission qu’elles prennent sur chaque transaction. Cette monnaie se transmet de particulier à particulier et elle est internationale. De nombreux commerçants l’utilisent déjà comme moyen de paiement. En 2013, le géant chinois Baidu accepte les transactions de Bitcoin, et depuis 2014, c’est Paypal qui s’ouvre progressivement au Bitcoin en permettant à certains marchands de biens numériques d’utiliser la crypto-monnaie.

Une folle envolée

Longtemps, le Bitcoin n’intéressait qu’un cercle réduit de férus d’informatique, avant de voir sa valeur exploser depuis quelques mois. A ses débuts, en octobre 2009, 1 Bitcoin valait 0.00076 $. En avril 2013, il dépasse la barre des 100$, puis celle des 1000$ en février 2017, pour enfin dépasser les 10 000$ en décembre de la même année. La première raison de l’envolée de son cours est bien sûr que c’est une monnaie strictement soumise à la loi du marché, c’est-à-dire à la loi de l’offre et de la demande. Or, le nombre de Bitcoin est limité. Aujourd’hui, il y a environ 16 millions de Bitcoin en circulation, sachant que cette quantité ne pourra pas dépasser les 21 millions, limite fixée dans la charte lors de sa création en 2009, ce qui en fait une denrée rare, telle un métal précieux. Depuis quelques mois, il gagne de plus en plus en notoriété, notamment auprès des start-ups qui y voient une source alternative de levée de fonds. Cet engouement a attiré l’attention des fonds d’investissements, qui ont peu à peu commencé à investir dans le Bitcoin y voyant une opportunité à saisir.

Un danger économique ?

L’une des traditionnelles critiques envers le Bitcoin est son lien avec les trafics illicites et le blanchiment d’argent. Néanmoins, depuis quelques semaines, avec l’envolée des cours du Bitcoin, un nouveau danger est apparu : celui de la bulle spéculative. C’est même le prix Nobel d’économie Jean Tirole qui a employé ce terme de « bulle » pour décrire ce nouveau phénomène. Jamie Dimon, patron de la holding financière JP Morgan qualifie, quant à lui, le Bitcoin de « fraude » et a même interdit à ses traders d’investir dans le Bitcoin. Pour lui, cette bulle explosera tôt ou tard et beaucoup de gens perdront leur argent. Un autre prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz a quant à lui demandé à ce que le Bitcoin soit tout simplement banni au vu du danger qu’il représente. Cette méfiance à l’égard de la crypto-monnaie peut être compréhensible dans la mesure où elle n’a aucune valeur réelle et qu’elle est soumise aux dangers liés à l’insécurité informatique et au piratage. Aujourd’hui, la valeur d’un Bitcoin dépasse légèrement les 10 000$. S’il y a 16 millions de Bitcoins, cela représente un potentiel de 160 milliards de dollars. Si l’envolée des cours se poursuit au même rythme que les dernières semaines, on pourrait atteindre des ordres de grandeur proches des PIB des grandes puissances économiques, ce qui serait très dangereux. Enfin, il ne faut pas oublier l’aspect environnemental : Le système de Blockchain utilise énormément d’électricité. La consommation énergétique du Bitcoin est équivalente à la consommation en électricité du Maroc !

[1] https://www.youtube.com/watch?v=VIh47147ZWQ

About Hakim FEKIH

Etudiant à l’ESSEC après deux années de classe préparatoire au lycée Pierre de Fermat à Toulouse. Particulièrement intéressé par les thématiques de politique internationale.

Check Also

Un bilan contrasté pour le TPIY malgré des ambitions inédites

Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie : des ambitions inédites mais un bilan contrasté

 En condamnant en appel le 29 novembre 2017 le chef de guerre croate Slobodan Parljak, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.