Home / Un peu d'histoire / Analyses / Qu’est-ce que la francophonie ?

Qu’est-ce que la francophonie ?

 

Née en 1880 sous la plume du géographe Onésime-Reclus, la francophonie désigne l’ensemble des populations parlant le français, soit 220 millions dans le monde (40% en Europe, 51% en Afrique).

L'organisation internationale de la francophonie
L’organisation internationale de la francophonie

Le français a été notamment diffusé à partir de bases historiques (Belgique, France, Luxembourg, Québec, Suisse) vers les colonies du XIXe siècle (Maghreb, Afrique noire) puis au XXe siècle vers des institutions internationales (langue officielle de l’ONU, l’UE et des Jeux Olympiques entre autre). Sa concurrence avec l’anglais (aussi bien dans le monde que dans des enceintes comme l’Union européenne) ont amené les autorités francophones à s’organiser pour défendre leur langue commune.

Ainsi, dès 1986, un premier sommet des pays francophones est organisé à Paris tandis qu’en 1998, l’Organisation internationale de francophonie (OIF) est mise en place (remplaçant l’agence de coopération culturelle et technique crée en 1970). Actuellement, l’OIF compte en son sein 57 membres ainsi que 20 observateurs. Son budget, d’environ 81 millions, est géré par le secrétaire général (Abou Diouf depuis 2003) et se répartit sur les champs suivants : langue française ; paix, démocratie et droits de l’homme (dont surveillance des élections) ; éducation et formation ; développement durable et solidarité. Enfin, tous les deux ans, un sommet de la francophonie est organisé (dernier en date à Kinshasa).

Outre l’OIF, de nombreuses entités viennent participer au projet francophone. Le Conseil supérieur de la langue française est ainsi un organisme qui conseille le gouvernement sur les questions liées à l’usage de la langue française (structure présente en France, en Belgique et au Québec). Bien entendu, la France s’impose un effort plus important que ses partenaires francophones et a son propre ministre délégué à la francophonie (Yamina Benguigui), soutient un réseau d’instituts culturels et de lycées français (coordonné par l’Agence pour l’Enseignement français à l’étranger, AEFE, créé en 1990 et sous la tutelle du MAE) et gère le réseau des alliances françaises (1100 institutions privées).

Les défis que doivent relever ces différents acteurs semblent s’accroître avec le temps.

Tout d’abord, les défis proprement rencontrés par la francophonie. Le rapport présentant le plan d’action de 2015-2018 de l’OIF et intitulé « Pour une ambition francophone » a été remis au président de l’Assemblée nationale le 12 février. Il fustige la francophonie actuelle qui se laisse porter sous le prétexte que la démographie galopante d’Afrique suffira à la développer (scénario contredit par l’effondrement de système éducatif dans certains pays africains). La mise en place de visas francophones est ainsi préconisée, ce afin d’améliorer la mobilité de populations désireuses de parfaire leur connaissance du français mais trop souvent empêchées administrativement d’y parvenir.

Ensuite, les différents pays composant la francophonie divergent par leurs caractéristiques et ainsi leurs intérêts. Difficile de faire tenir une communauté d’intérêts entre des démocraties occidentales et des régimes autoritaires ou entre des pays développés d’Amérique du Nord et d’Europe et des pays sous-développés d’Afrique. L’OIF est ainsi réduite à une coopération assez minimale, portant sur des activités surtout culturelles.

Enfin, certains écrivains dont Tahar Ben Jelloum (« On ne parle pas le francophone », 2007) attaquent la francophonie du fait de la distinction qu’elle opère entre écrivains français et écrivain non-français mais écrivant en langue française. Un problème qui, paradoxalement, ne trouvera manifestement de solution qu’à travers les institutions de la francophonie…

About Vincent SATGE

Vincent Satgé est cofondateur du site les-yeux-du-monde.fr ainsi que coprésident de l’association Les Yeux du Monde. Il étudie actuellement à Sciences Po Bordeaux.

Check Also

Le long crépuscule du Maroc français au XXe siècle

 Admiratif et nostalgique d’un pays dont il fut Résident Général comme en témoigne la salle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.