Qu’est-ce que le massacre de Srebrenica ?
Home / Un peu d'histoire / Evénements / 1973 - 2000 / Qu’est-ce que le massacre de Srebrenica ?

Qu’est-ce que le massacre de Srebrenica ?

 
Ratko Mladic, Commandant en Chef de l'Armée de la République de Bosnie, toujours en liberté
Ratko Mladic, Commandant en Chef de l’Armée de la République de Bosnie, toujours en liberté

La dissolution de la Yougoslavie est à l’origine de cet évènement. Commencée en 1991, elle se poursuit en 1992 avec le référendum pour l’indépendance de la Bosnie. La situation sur place est particulière : le pays est divisé entre les Serbes de Bosnie (32% de la population totale), les Croates (18%) et les Musulmans ou Bosniaques (45%). Croates et Musulmans se prononcent le 1er mars quasi-unanimement pour l’indépendance de la Bosnie. Quant aux Serbes, ils boycottent en majorité le référendum.

Dirigés par Radovan Karadzic, co-fondateur du Parti Démocrate Serbe (SDS), les Serbes de Bosnie refusent de reconnaître l’indépendance de Bosnie, et souhaitent fonder un Etat à part. Ils créent ainsi une armée sur les restes de l’Armée Fédérale de Yougoslavie, qui devient vite la plus puissante force de frappe de Bosnie (le gouvernement des Croates et Musulmans n’ayant pas le temps d’en organiser une) : c’est l’Armée de la République Serbe de Bosnie, menée par son Commandant en Chef Rakto Mladic. La guerre de Bosnie commence ainsi et, en l’espace de quelques mois, les Serbes contrôlent 75% du territoire. Il ne subsiste donc que quelques enclaves, qui résistent tant bien que mal à la poussée serbe : Sarajevo, Tuzla, et entre autres, Srebrenica. Cette dernière est composée en grande majorité de Musulmans, ce qui a permis à Radovan Karadzic d’attiser des haines religieuses (les Serbes sont orthodoxes) et ancestrales envers les Turcs, qui ont jusqu’au 19ème siècle dominé la zone.

L’ONU, très lente à réagir à l’époque, adopta en avril 1993 la résolution 819, qui créa dans les enclaves nommées précédemment lesdites « zones sûres », où sont à cet effet disposés des casques bleus. Au nombre de 350 à Srebrenica, ils n’ont opposé aucune résistance lorsqu’après trois ans de siège, le 7 juillet 1995, la prise de Srebrenica sera ordonnée par le commandant Mladic. Un nettoyage ethnique est alors entrepris : en six jours, plus de 8000 Musulmans, hommes, femmes et enfants y ont perdu la vie. Ainsi, le massacre de Srebrenica est considéré à l’heure actuelle comme le crime de guerre le plus important en Europe après la Seconde Guerre Mondiale.

Les responsabilités n’en finissent pas d’en être établies. Ainsi, entre autres, Le Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie, créé le 25 mai 1993, a retenu les chefs d’accusation suivants à l’encontre de Radovan Karadzic et de Ratko Mladic : crime contre l’humanité, génocide, complicité de génocide, violation des lois et coutumes de la guerre. Tandis que le premier a été interpelé par les services secrets serbes à Belgrade le 21 juillet 2008, le second est toujours en cavale.

About Vincent SATGE

Vincent Satgé est cofondateur du site les-yeux-du-monde.fr ainsi que coprésident de l’association Les Yeux du Monde. Il étudie actuellement à Sciences Po Bordeaux.

Check Also

La démocratie avortée en Russie (1917)

 Avec la Révolution de Février (mars selon le calendrier grégorien), les libéraux arrivent au pouvoir, …

One comment

  1. Article très intéressant.

    J'y ajouterai que l'épisode de Srebrenica est l'un des premiers à caractériser le type de "nouvelle guerre" à la suite de la fin de la guerre froide, en ayant pour objectif le nettoyage ethnique, le déplacement de populations civiles, différenciant l'éclatement de la Yougoslavie de la simple guerre civile ou intra-État. C'est donc le prélude à la nouvelle dimension conflictuelle des années 90, qui conduira à la faillite de plusieurs États comme le Rwanda, la Somalie, l'Afghanistan…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.