Home / Un peu d'histoire / Analyses / Le système économique nazi (1/2)

Le système économique nazi (1/2)

 
Hjalmar Schacht, principal artisan du rétablissement du mark de 1924, coordinateur de l’économie nazie de 1933 à 1937, il a démissionné de son poste, jugeant aberrantes les dérives inflationnistes induites par la politique d’armement du IIIe Reich

A partir de 1934, Hitler installe en Allemagne un système économique original : un « capitalisme d’état » (concept éminemment paradoxal) dans lequel le droit de propriété n’est jamais remis en question mais où l’économie est entièrement contrôlée par le parti nazi. Ce système doit répondre à trois objectifs : relancer l’économie et supprimer le chômage, véritable plaie de l’Allemagne depuis la crise de 1929 ; permettre la construction d’un outil industriel suffisamment puissant pour supporter une guerre déjà prévue ; mettre en place, tant pour des raisons idéologiques que stratégiques, un système autarcique dans lequel le IIIe Reich serait autosuffisant.

La première étape pour Hitler est la cartellisation et la concentration de l’outil industriel. En février 1934, il crée ainsi un immense cartel (qui regroupe l’ensemble de l’industrie allemande) dirigé par le ministère de l’économie mais place à sa tête un célèbre industriel, Gustav Krupp. Cette organisation vise à permettre la bonne transmission des ordres, puisque le parti fixe (dans le cadre de plans quadriennaux) les approvisionnements, les investissements (colossaux, notamment du fait des commandes d’armement et de la politique de grands travaux), les niveaux de production, les prix et l’utilisation des bénéfices.

Parallèlement, le même type de structure est crée pour l’agriculture. L’enjeu est là aussi majeur, puisque, fait inacceptable, l’Allemagne doit importer un tiers de ses denrées alimentaires. Un contrôle étatique rigide est donc mis en place, accompagné de la fixation de prix supérieurs aux prix mondiaux (afin d’encourager la production, au détriment des consommateurs). On lance aussi de grands programmes de mise en valeur de terres (avec peu de succès, alors que la construction d’autoroutes prive le pays de milliers d’hectares de terres fertiles), et une loi de succession et d’accès au crédit favorable aux exploitants, l’erbhof, est crée.

A partir de là, la grande problématique de ce système est son financement. Hitler fait donc appel au docteur Schacht, artisan du redressement allemand de 1924. Ce dernier, en place de 1933 à 1937, créé une monnaie parallèle, les « traites de travail », utilisées par l’Etat pour payer ses contractants et que ce derniers utilisent pour payer en retour leurs fournisseurs. Parallèlement, il alourdit très fortement la charge fiscale (qui atteint 25% du revenu national en 1939) et a recours à l’emprunt (la dette public étant multipliée par quatre sur la période). Cependant, et contrairement à l’opinion commune, Schacht n’était pas un magicien. La politique économique hitlérienne induisait nécessairement une puissante dérive inflationniste, péniblement masquée par le blocage des prix à partir de 1936. Au final, de 1933 à 1939, les prix ont augmenté de 7%, et les salaires de 2%…

About Sylvain ZUBER

Sylvain Zuber est étudiant en dernière année à HEC Paris. Passionné d'histoire et de géopolitique, il est rédacteur pour Les Yeux du Monde depuis novembre 2011.

Check Also

Le long crépuscule du Maroc français au XXe siècle

 Admiratif et nostalgique d’un pays dont il fut Résident Général comme en témoigne la salle …

One comment

  1. Les nazis n’ont rien inventé …endettement massif pour une économie orientée vers la future guerre …et puis c’est facile de faire baisser le chômage lorsqu’on peut mettre les chômeurs en prison !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.