Home / Ressources / Biographies / Léon Blum – Biographie

Léon Blum – Biographie

 
Léon Blum, Président du Conseil sous le Front Populaire

André Léon Blum naquit le 9 avril 1872 à Paris. Son engagement politique débuta dès sa première année à l’Ecole Normale Supérieure où il devint dreyfusard. En 1895, il rencontra Jean Jaurès avec qui il participa à la fondation de l’Humanité en 1904. Sa carrière politique, elle, débuta en 1914 en tant que chef de Cabinet du ministre socialiste des Travaux Publics, Marcel Sembat. Il devint à son tour un élu lors des élections législatives de 1919, en devenant député de la Seine. Au sein de la SFIO, il s’opposa lors du Congrès de Tours le 25 décembre 1920 aux 21 conditions de la 3ième Internationale. Alors qu’une majorité de militants SFIO rejoignirent la SFIC, il choisit de « garder la vieille maison. » Ainsi, tandis que Paul Faure dirigeait la SFIO, il présida le groupe SFIO à la Chambre des Députés (= Assemblée Nationale) et pilota le journal Le Populaire.

Aux législatives de mai 1936, le parti radical, la SFIO et la SFIC s’allièrent au sein du Front Populaire. Les socialistes étant majoritaires à la Chambre des députés, Blum alla à la Présidence du Conseil. Figurèrent dans son gouvernement pour la première fois des femmes, alors non-électrices. De sa politique intérieure furent retenues certaines lois sociales comme les deux semaines de congés payés et la semaine de 40 heures,  les fameux Accords Matignon du 8 juin 1936 (relèvement des salaires et reconnaissance des libertés syndicales au sein de l’entreprise entre autres choses), ainsi que quelques réformes de structure, telles que la création de la SNCF et la nationalisation des industries de guerre. De sa politique étrangère, on se souvint de la non-intervention dans la guerre d’Espagne, laissant le champ libre à Franco.

Son gouvernement chuta en février 1937, le Sénat refusant de lui prêter les pleins-pouvoirs économiques pour faire face aux difficultés financières. Il en reformera un second entre mars et avril 1938, qui disparaîtra pour la même raison. Par la suite, il prit position contre la signature des accords de Munich et plus tard fut des 80 parlementaires ayant voté contre les pleins-pouvoirs du Maréchal Pétain le 10 juillet 1940. Après la défaite de la France face à l’Allemagne, le gouvernement de Pétain en rechercha les responsables. Blum dut ainsi comparaitre avec Daladier au procès de Riom en 1942, procès qui fut suspendu lorsque Blum y ridiculisa les accusations qu’on lui portait.

Par la suite, Pierre Laval le livra aux Allemands qui l’internèrent à proximité du camp de concentration de Buchenwald jusqu’à la fin de la guerre. A la libération, il reprit la direction du Populaire, et signe le 28 mai 1946 les accords Blum-Byrnes, permettant à la France de liquider une partie de ses dettes avec les Etats-Unis, en échange de l’ouverture de son cinéma aux productions américaines. Ce fut lui qui dirigea du 16 décembre 1946 au 16 janvier 1947 le dernier gouvernement provisoire de la République Française avant l’instauration de la Quatrième République. Il s’éteignit dans sa maison de Jouy-en-Josas le 30 mars 1950.

About Vincent SATGE

Vincent Satgé est cofondateur du site les-yeux-du-monde.fr ainsi que coprésident de l’association Les Yeux du Monde. Il étudie actuellement à Sciences Po Bordeaux.

Check Also

Syrie : Anatomie d’une guerre civile – Adam BACZKO, Gilles DORRONSORO et Arthur QUESNAY – Fiche de lecture

 Paru en 2016, ce livre est le fruit d’un travail collectif de recherche apportant un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.