Tensions entre Malaisie et Singapour - Les Yeux du Monde

Tensions entre Malaisie et Singapour

Des questions d’espaces aérien et maritime ont créé de nouvelles tensions entre Singapour et la Malaisie. S’il est très improbable que la situation ne dégénère, elle est révélatrice de la difficulté à trouver un équilibre entre les Etats d’Asie du Sud-Est.

Espaces aérien et maritime en question

Carte de Singapour et du sud de Johor

Deux problèmes sont apparus de façon concomitante. Le premier concerne un petit aéroport singapourien, dans le quartier de Seletar, au nord de l’île à la frontière avec la Malaisie. Singapour veut créer une nouvelle ligne aérienne pour cet aéroport. Putrajaya (capitale malaisienne) s’y oppose fermement car elle craint que cela n’entrave les activités économiques du côté malaisien, où se trouve la zone industrielle de Pasir Gudang, dans le sultanat méridional de Johor.

Le second concerne le port de Johor Bahru, la capitale du sultanat de Johor. Selon le Ministre des Transports singapourien, Putrajaya aurait étendu la zone maritime de ce port de façon unilatérale, au dépend des eaux territoriales singapouriennes. Ainsi, des navires malaisiens seraient dans les eaux territoriales singapouriennes selon Singapour, ce que la Malaisie a réfuté. Singapour s’est montré prêt à répondre de « manière appropriée » pour protéger sa zone maritime, la Malaisie a appelé au dialogue.

Des contestations récurrentes

D’une manière générale, les territoires maritimes sont mal définis en Asie du Sud-Est. On le constate avec le conflit en mer de Chine méridionale, où Chine, Vietnam, Malaisie, Brunei, Indonésie et Philippines ont des revendications contradictoires. Il faut d’ailleurs rappeler que les économies locales ont toujours été maritimes. Trois zones géographiques ont ainsi une importance stratégique : la mer de Chine méridionale, où se trouvent des hydrocarbures ; le détroit de Malacca, zone de transit entre l’Europe et Moyen-Orient avec l’Asie ; partie orientale de l’océan Indien, qui sert de route de commerce mais aussi d’importation de main-d’oeuvre indienne et bangladaise pour la Malaisie et Singapour (ainsi que de route migratoire pour les réfugiés birmans et sri-lankais). Il y a donc une importance très stratégique à contrôler certains espaces maritimes, ce qui peut expliquer les crispation entre Malaisie et Singapour.

L’histoire a aussi un rôle dans ces crispations. Singapour est à ce jour le seul Etat ayant obtenu son indépendance par défaut. Protectorat britannique ayant choisi de rejoindre la Fédération de Malaisie en 1963, Singapour en est « expulsé » en 1965 à cause des divergences de vue entre les leaders malais et Lee Kwan Yew, leader singapourien qui ne voulait pas de l’indépendance, mais a dû composer avec. L’une des grandes craintes de Singapour est sa sécurité, entre les deux géants malais et indonésien. Aujourd’hui, les économies malaise et singapourienne sont extrêmement liées, et le Premier Ministre malaisien Mohammad Tun Mahathir a appelé les deux pays « jumeaux ». Toutefois, Singapour reste méfiant vis-à-vis de toutes revendications malaisiennes (ou indonésiennes).

La place de Singapour en question

Singapour était un pays pauvre à son indépendance. Son décollage économique relève de plusieurs facteurs : tout d’abord, une position extrêmement stratégique dans le détroit de Malacca. Ensuite, sa petite taille qui a permis un urbanisme rapide et de se concentrer sur des secteurs stratégiques, important les matières premières de l’étranger. Enfin, une gouvernance exceptionnelle, sorte de « despotisme éclairé » dans l’intérêt du pays. À l’opposé, l’archipel indonésien de Riau, qui était un autre centre commercial de la région, a connu une mauvaise gouvernance sur les années 70-90. D’un niveau de vie similaire à Singapour, l’écart s’est largement creusé grâce aux politiques adaptées de Singapour, contrairement aux îles Riau mal administrées.

Mais cette situation exceptionnelle connait aussi une limite : Singapour ne peut rêver être autre chose qu’une plateforme régionale. Et même cette situation est réversible si d’autres plateformes apparaissent. Depuis 2004, l’archipel des Riau a obtenu l’autonomie en Indonésie. Mais la menace économique pour Singapour réside dans les ports malaisiens. Dans son livre La méditerranée asiatique de 2009, François Gipouloux envisage que Pelabuhan Klang, plus grand port du détroit de Malacca et porte maritime de Kuala Lumpur, supplante Singapour à terme. Avec son projet de nouvelle route de la soie, la Chine pensait à la construction d’un port en eaux profondes à Malacca, projet retardé à cause de la crise de la dette de la Malaisie, notamment envers Pékin. Mais la réélection de Mahathir en 2018, connu tant pour son autoritarisme que pour le développement du pays qu’il a engagé dans les années 80-90, peut apporter un vent d’espoir pour l’économie malaisienne, et donc un vent d’inquiétude pour Singapour et sa position stratégique sur le long terme.

Source:

https://asia.nikkei.com/Politics/Malaysia-in-transition/Five-things-to-know-about-the-Singapore-Malaysia-territorial-dispute

Bibliographie:

DE KONINCK R., Malaysia

GIPOULOUX F., La Méditerranée asiatique

LONG N., Being Malay in Indonesia

About Thomas CIBOULET

One comment

  1. @la Chine pensait à la construction d’un port en eaux profondes à Malacca, projet retardé à cause de la crise de la dette de la Malaisie,”
    La chine a financé les travaux de conversion en eau profondes du port de Kuantan, le port de Penang étant le seul en eaux profondes du pays..la chine était entrain de financer un mega projet de rail entre port klang et Kuantan.;qui a été stoppé net par le nouveau gouvernement de Mahatir.;il y a de fort soupçons de pot de vins et tous les matériels et personnel pour sa réalisation venait de chine.;ce qui ulcérait la population locale..

    Un autre détail passé presque inaperçu dans la presse mais o combien vitale pour Singapour..la Malaisie a l intention de réviser le contrat d approvisionnement en eaux douce de Singapour et les prix seraient sensiblement revu à la hausse….imaginez les conséquences pour Singapour si la Malaisie coupe l arrivée d eau
    Ps l arrivée de Mahatir a vraiment suscité un vent d espoir dans le pays..tous les malaisiens espère un retour du” malaysia boleh”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *