Pyongyang renouvelle ses menaces, les Etats-Unis eux réaffirment leur soutien envers la Corée du Sud - Les Yeux du Monde

Pyongyang renouvelle ses menaces, les Etats-Unis eux réaffirment leur soutien envers la Corée du Sud

Le 26 mars dernier, le naufrage d’un navire de guerre sud coréen, le Cheonan, avait causé la mort de 46 marins, à proximité de la ligne de démarcation maritime entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. D’emblée Pyongyang a été désigné comme l’auteur du torpillage du navire, ce qui en faisait le conflit le plus meurtrier ayant opposé les deux Corée depuis le conflit de 1950-1953.

Le mois dernier, une enquête internationale est arrivée aux mêmes conclusions. Sur cette base, la Corée du Sud a saisi le 5 juin le Conseil de Sécurité de l’ONU. Elle a souligné entre autre le fait que cette agression est une violation de la Charte de l’ONU, de l’armistice de 1953 mais également de l’accord de 1992, précisant la réconciliation et la non-agression entre les deux puissances. Quant au régime de Kim Jong Il, il rejette en bloc le rapport de l’enquête internationale. En conséquence, il nie toute implication dans ce naufrage et va jusqu’à accuser la Corée du Sud d’avoir fabriqué des preuves. Ensuite, il a renouvelé ses menaces envers son voisin du Sud, menaces dont l’application serait conditionnée à sa condamnation par l’ONU. Face à cela, la Corée du sud peut elle compter sur le soutien du Japon et des Etats-Unis. A ce propos, le Secrétaire de la Défense des Etats-Unis, Robert Gates, a déclaré lors  d’une conférence sur la sécurité régionale à Singapour le 5 juin que « Les Etats-Unis envisageaient d’autres options concernant la Corée du Nord », évoquant de façon implicite une intervention américaines hors du cadre de l’ONU si celui-ci ne condamnait pas la Corée du Nord. Dans ce cas-ci, on peut penser que le conflit engagerait en plus des puissances précitées les deux autres alliés indéfectibles de la Corée du Nord, à savoir la Russie et la Chine.

Dans cette perspective, il reste donc à convaincre ces deux membres permanents du Conseil de Sécurité de la responsabilité de la Corée du Nord. Un premier pas a été franchi par la Fédération de Russie lorsqu’elle a accepté d’envoyer une équipe d’experts pour infirmer ou valider les conclusions de l’enquête internationale. La Chine, à qui il a été proposé pareillement de vérifier la véracité de ce rapport, reste à l’heure actuelle muette.

About Vincent SATGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *