Gibraltar : éternelle pomme de discorde entre Espagne et Royaume-Uni - Les Yeux du Monde

Gibraltar : éternelle pomme de discorde entre Espagne et Royaume-Uni

Le rocher de Gibraltar, ou comment un différend vieux de 300 ans peut empoisonner les relations entre deux pays membres de l’Union Européenne, l’Espagne et le Royaume-Uni.

Fin juillet, les autorités de Gibraltar ont installé au large de leur côte un récif en béton. Une manière selon eux de favoriser le repeuplement de la faune locale. L’inconvénient majeur s’est manifesté lorsque des pêcheurs espagnols, navigant habituellement dans les eaux du Rocher, se sont trouvés brusquement empêchés dans leur activité. En quelques semaines, ce problème très local a pris une ampleur telle que la Commission Européenne a été sommée d’arbitrer le conflit.

Défendant les intérêts de ces ressortissants, le gouvernement espagnol a estimé qu’une taxe à l’entrée et la sortie de Gibraltar devrait être instituée, ce en vue de dédommager les pêcheurs concernés. Afin de montrer sa détermination, l’Espagne a multipliée les contrôles douaniers aux frontières de Gibraltar, au motif que ce territoire de 7km² et 30.000 habitants, étant une enclave britannique, n’appartient pas à l’espace Schengen.

Le Royaume-Uni a lui soutenu Gibraltar en dénonçant des contrôles aux frontières contraires à la réglementation européenne car “disproportionnés”. A ce titre, David Cameron a demandé vendredi 16 août à la Commission européenne l’envoi d’une équipe d’observateurs à la frontière entre l’Espagne et Gibraltar. Cette dernière a accepté la requête mais n’en assure l’exécution que début septembre “au plus tôt”. Enfin, lundi 19 août, le premier ministre espagnol a lui demandé à ce que l’enquête porte également sur les activités illégales que favoriserait le Rocher de Gibraltar (surtout ces derniers temps vu leur hausse) : blanchiment d’argent, contrebande et fiscalité en premier lieu. Enfin, Madrid demande à ce que soit vérifié si le récif artificiel ne contrevient pas aux réglementations environnementales de l’Union Européenne.

Comment analyser cette escalade verbale pour des enjeux qui semblent dérisoires ?

Certains avancent que Mariano Rajoy chercherait à envenimer la situation avec le Royaume-Uni. Il pourrait ainsi détourner l’attention du scandale Barcenas qui le touche actuellement. Cette explication, si elle demeure tout à fait plausible, apparaît néanmoins partielle.

La réponse se situe sans doute aux origines du Rocher de Gibraltar. Suite à la guerre de Succession d’Espagne entre 1701 et 1714, la Grande-Bretagne s’était vue arrogée la propriété du minuscule territoire de Gibraltar, ce via le Traité d’Utrecht en 1713. Une amputation que l’Espagne a très mal digérée : périodiquement, elle réclame le retour sous sa souveraineté dudit rocher, ce qui expliquerait le tour passionnel que prend la réclame de ses pêcheurs.

Cette thèse se trouve confortée par la toute récente déclaration du ministère des Affaires étrangères, José Manuel Garcia-Margallo, qui souhaitait que des discussions s’établissent sur ce sujet. Une demande que le gouvernement britannique a rejeté, rappelant que les Gibraltariens s’étaient prononcées, en 2002, à 99% contre leur retour sous souveraineté espagnole…

About Vincent SATGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *