L’Estonie : un État 2.0 comme modèle pour l’Europe ? - Les Yeux du Monde

L’Estonie : un État 2.0 comme modèle pour l’Europe ?

L’Estonie, petit État balte de 1,3 million d’habitants, a misé sur une transition numérique approfondie depuis le début du XXIème siècle, impliquant les politiques publiques et les services civiques. A la tête de la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne (dont elle est membre depuis 2004) entre juillet et décembre dernier, l’Estonie peut représenter un modèle d’État « tout numérique » pour ses voisins européens.

Carte d’identité électronique estonienne

L’Estonie perçoit les TIC* comme un moyen d’affirmer son indépendance aux dépends de la Russie

Cette transition numérique a permis d’ancrer le jeune régime démocratique estonien, et d’améliorer les conditions socio-économiques de ses citoyens. En effet, Internet est accessible sur l’ensemble du territoire depuis 2005, assurant la numérisation de 99% de ses services publics. En plus d’économiser 2 points de PIB chaque année, le gouvernement offre un accès généralisé à la santé, l’éducation, l’information, même dans les régions les plus reculées. Grâce à la carte d’identité numérique, adoptée par 98% de la population, chaque citoyen peut par exemple voter, payer ses impôts, accéder aux transports en commun, ou encore faire une demande de subvention agricole sur Internet. Les bénéfices de cette politique numérique sont nombreux. D’une part, l’administration est beaucoup plus efficace, ce qui est un gain de temps non négligeable pour la population. D’autre part, l’accès à la connaissance a considérablement réduit les inégalités sociales. L’Estonie figure en effet parmi les meilleurs systèmes éducatifs au monde d’après le classement PISA 2016 (3ème en Sciences derrière Singapour et le Japon, 6ème en lecture et 9ème en mathématiques), loin devant la France (respectivement 26ème, 19ème et 26ème). Le « tout numérique » a enfin créé un environnement très favorable au développement économique. En effet, l’État a lancé en 2014 le statut de « e-résident », accessibles à tous les étrangers désireux de créer leur entreprise dans un pays de l’Union européenne au système financier et administratif avantageux. Depuis lors, 33.000 personnes se sont inscrites et 3.000 entreprises ont déjà vu le jour. Une réussite qui a même amené l’État estonien à créer un site dédié aux entrepreneurs britanniques souhaitant rester dans le marché européen après le Brexit (howtostayin.eu). L’Estonie bénéficie donc désormais d’un écosystème entrepreneurial avancé, entretenu par des entreprises nationales (comme Skype ou Transferwise) et étrangères.    

A l’aide du tout numérique, l’Estonie souhaite devenir une nation attractive et inspirante pour les autres pays

Malgré sa taille et sa démographie, l’Estonie bénéficie d’une forte reconnaissance internationale dans le secteur numérique. Avec l’ex Premier ministre Andrus Ansip comme vice-président de la Commission européenne en charge du numérique depuis 2014, et la présidence du Conseil de l’Union européenne l’an dernier, l’Estonie insuffle une nouvelle stratégie digitale au Vieux continent. Le pays balte a clarifié les possibilités d’échange de données entre les 28 États membres, et signé plusieurs accords avec certains voisins européens. C’est le cas de la Finlande, qui a accepté le déploiement de la plateforme estonienne d’échange de données X-Road sur son territoire. Les deux pays peuvent désormais échanger en toute sécurité une multitude de systèmes d’information publics et privés, comme les informations fiscales des expatriés vivant chez leur voisin. La France a également signé un accord de coopération numérique avec l’Estonie le 19 mars dernier, pour échanger autour des bonnes pratiques d’e-gouvernement, de sécurisation et de développement du numérique.

Des inquiétudes sécuritaires et un modèle difficilement applicable partout

Les cyberattaques sont le principal risque d’une telle digitalisation de l’État. Ce dernier a déjà été victime d’un piratage de grande ampleur en 2007, en pleine crise politique avec la Russie, perturbant les services administratifs, les banques ou encore les médias. L’annexion de la Crimée en 2014 a de nouveau alarmé le pays sur la possible menace géopolitique russe. L’Estonie a depuis fortement renforcé les mesures cybersécuritaires nationales et européennes. L’État vient par exemple d’ouvrir au Luxembourg la toute première « data-embassy » au monde. Celle-ci, qui représente une extension gouvernementale sur le cloud luxembourgeois, permet de sauvegarder une copie de ses données à l’extérieur de son territoire. D’autre part, la rédaction du « manuel de Tallin » pour l’OTAN propose une application du droit international aux cyberconflits, pour renforcer la coopération mondiale en cas de cyberattaque. Pour assurer la pérennité d’un tel système numérique, et maintenir la confiance de ses citoyens, une cyber-sécurité efficace est nécessaire.

Malgré le succès apparent du système estonien, la question de son application à d’autres États se pose. La France, pays de 66 millions d’habitants et 14 fois plus grand que l’Estonie, pourrait-elle suivre la même voie ? C’est en tout cas ce que pense le Premier ministre Édouard Philippe, qui a déclaré l’an dernier : « Fixons-nous un objectif simple : avoir des services publics numériques de même qualité que ceux du secteur marchand […] J’étais, avec un certain nombre de membres du gouvernement en Estonie la semaine dernière, eux l’ont fait ».

*TIC : Technologie de l’information et de la communication

Bibliographie :

http://www.atlantico.fr/decryptage/que-france-aurait-gagner-observer-modele-estonien-etat-tout-numerique-antoine-picron-3452969.html/page/0/1

https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/les-5-piliers-numeriques-de-l-estonie-qui-pourraient-inspirer-l-europe-1200554.html

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0301955715839-la-transition-numerique-estonienne-une-lecon-2193219.php

https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/l-estonie-royaume-du-tout-numerique-774138.html

https://www.latribune.fr/technos-medias/la-france-et-l-estonie-renforcent-leur-cooperation-dans-le-numerique-772339.html

https://www.marianne.net/monde/estonie-le-nirvana-digital-de-l-europe

About Stanislas PESIC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *