La Biélorussie deviendra-t-elle une nouvelle Ukraine ? Par Andreas Umland

(Traduit de l’anglais)

Andreas Umland est rédacteur en chef de la série de livres “Politique et société soviétiques et post-soviétiques” publiée par ibidem Press à Stuttgart, et expert principal à l’Institut ukrainien pour l’avenir à Kiev.

 

L’histoire et la politique du Belarus et de l’Ukraine post-soviétiques sont très différentes. La transformation actuelle du Belarus pourrait donc conduire à des résultats similaires à ceux de la Révolution de velours de 2018 en Arménie, plutôt que de la Révolution de la dignité de 2013-2014 en Ukraine. Cependant, la politique impérialiste de Moscou envers ses “nations frères” slaves orientales pourrait impliquer pour le Belarus un avenir plus semblable à celui de l’Ukraine qu’il n’y paraît actuellement.

L’Ukraine et le Belarus sont deux des nations d’Europe les plus proches culturellement et géographiquement. Leurs langues slaves orientales, leurs Églises chrétiennes orthodoxes, et leurs situations particulières entre la Russie, d’une part, et l’UE ainsi que l’OTAN, d’autre part, sont comparables et imbriquées. Tous deux sont, à un certain niveau, très proches de la culture russe, marquée par la religion Orthodoxe. Cependant, les Ukrainiens et les Biélorusses sont, en tant que peuple postcolonial, à un autre niveau, fondamentalement différents des Russes post- et néo-impériaux dont les ambitions internationales sont en partie plus semblables à celles des Turcs et des Chinois d’aujourd’hui.

Alors que certains groupes marginaux ukrainiens nourrissent des rêves irrédentistes à l’égard de la région du Kouban dans le sud de la Russie, les prétentions hégémoniques transfrontalières ne se retrouvent ni dans les discours politiques traditionnels ukrainiens ni dans ceux du Belarus. Les Ukrainiens et les Biélorusses sont – contrairement à de nombreux Russes, Hongrois ou Serbes – des gens ancrés territorialement. En dépit de ces différences et d’autres ressemblances de fond et de structure entre la Biélorussie et l’Ukraine, la plupart des commentateurs – qu’ils soient occidentaux, russes, biélorusses ou ukrainiens – mettent aujourd’hui l’accent sur les différences plutôt que sur les similitudes entre les deux nations. “La Biélorussie n’est pas l’Ukraine” est le message central des récents commentaires de nombreux politiciens et experts sur le soulèvement électoral en cours à Minsk.

Différences entre le Belarus et l’Ukraine

En effet, les Biélorusses ont une histoire pré-soviétique, soviétique et post-soviétique distincte de celle des Ukrainiens. Le nationalisme biélorusse pendant la période tsariste était déjà alors beaucoup plus faible que le libéralisme et l’ethnocentrisme ukrainiens – une différence importante et toujours d’actualité. La diaspora biélorusse pendant la Guerre froide était moins organisée et moins active que les communautés d’émigrés ukrainiens en Europe occidentale et en Amérique du Nord, beaucoup plus visibles. Enfin et surtout, le nouvel État biélorusse a participé – contrairement à l’État ukrainien – à plusieurs des différents schémas organisationnels néo-impériaux de la Russie après 1991.

Le Belarus a d’ailleurs été l’un des cofondateurs des deux principales organisations qui maintiennent ensemble le pouvoir hégémonique de Moscou sur le territoire des anciens empires tsariste et soviétique actuels. Minsk est à l’origine de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une sorte de “Pacte de Varsovie 2.0” dominé par la Russie. L’OTSC n’a pas été fondée par hasard à l’occasion du 50e anniversaire du président russe Vladimir Poutine, en Moldavie dirigée à l’époque par le Parti communiste, le 7 octobre 2002.

Le Belarus a également été un membre fondateur de l’Union économique eurasienne (UEE) dont le premier traité trilatéral a été signé par Moscou, Minsk et Astana au beau milieu de l’escalade de la guerre hybride entre la Russie et l’Ukraine, le 29 mai 2014. Inspirée de l’UE et dirigée par Moscou, l’UEE a repris à ses États membres des prérogatives nationales considérables, dans des domaines tels que la réglementation du commerce et de la production. L’UEE est aujourd’hui le principal vecteur de promotion du Kremlin pour faire de la Russie un “pôle” mondial indépendant dans un monde prétendument multipolaire. Le Belarus est important pour le mirage géopolitique du Kremlin car c’est le seul pays qui fournit à l’UEE un élément exclusivement européen en termes de géographie (l’Arménie est culturellement européenne, mais géographiquement asiatique).

En outre, le Belarus a signé le 8 décembre 1999 – exactement huit ans après la conclusion des Accords de Belovezh qui avaient dissous l’URSS – un traité sur la fondation d’un État de l’Union avec la Russie. Ce document historique a rapidement été ratifié par les deux pays. Pourtant, le traité d’Union n’a paradoxalement pas conduit jusqu’à présent à l’émergence d’une nouvelle union politique. Malgré certains signes extérieurs institutionnels, l’État de l’Union Russie-Biélorussie n’existe que sur le papier.

À cet égard, la politique officielle de Kiev n’a jamais rien eu de semblable. Contrairement à de fréquentes perceptions erronées, Kiev a été plus ou moins pro-européenne sous presque tous ses dirigeants depuis 1991 – et pas seulement sous les présidents Viktor Iouchtchenko (2005-2010) et Petro Porochenko (2014-2019), qui se sont montrés très pro-occidentaux. Kiev a déclaré que l’adhésion pleine et entière de l’Ukraine à l’UE était un objectif officiel, déjà par un décret présidentiel en 1998. La Verkhovna Rada (Conseil suprême), le parlement monocaméral ukrainien, a inscrit l’objectif d’adhésion à l’UE et à l’OTAN dans la loi sur la sécurité nationale de l’Ukraine en 2003, et dans la Constitution ukrainienne en 2019. La conclusion d’un accord d’association particulièrement important avec Bruxelles en 2014 est considérée, à Kiev, comme un arrangement fondamentalement insuffisant. Pour de nombreux Ukrainiens, l’accord d’association n’est qu’une étape vers l’adhésion à terme de leur pays à l’UE.

Ce sont là quelques-unes des facettes qui font de l’Ukraine et du Belarus des entités géopolitiques différentes en Europe de l’Est. L’équivalent post-soviétique le plus proche du cas du Belarus semble donc être non pas l’Ukraine, mais l’Arménie, qui semble similaire en termes de liens avec la Russie dans l’histoire récente. Comme le Belarus, l’Arménie est membre de l’OTSC et de l’UEE et a également des liens économiques avec la Russie. Alors que Minsk est le partenaire le plus proche de Moscou en Europe centrale et orientale, l’Arménie est le pays le plus pro-russe du Caucase du Sud. De plus, en 2018, l’Arménie a connu un soulèvement électoral qui n’est pas très différent de celui du Belarus en 2020. La Révolution de velours arménienne n’avait, comme les récentes protestations du Belarus, aucune dimension géopolitique, et n’a conduit qu’au remplacement d’un politicien de “l’ancien monde” par un nouveau dirigeant réformiste. Le leader arménien évincé Serzh Sargsian (né en 1954) a presque le même âge qu’Alexandr Loukashenko qui est né deux mois après. La nouvelle direction arménienne sous la direction de Nikol Pashinian suit, depuis 2018, une voie réformiste à l’intérieur et conservatrice à l’extérieur.

La combinaison des réformes intérieures et de la continuité étrangère de Pashinian rappelle le discours actuel au Belarus. Préserver les liens étroits de Minsk avec Moscou tout en remettant en place le système politique pétrifié du Belarus est ce que l’on attend du Conseil de coordination de l’opposition biélorusse et ce qu’il entend faire. L’évolution relativement stable de l’Arménie depuis le changement de pouvoir à Erevan en 2018 semble également être la voie à suivre pour une Biélorussie post-Loukachenko. Ce que de nombreux observateurs prévoient, préfèrent et conseillent aujourd’hui en ce qui concerne la Biélorussie est, en quelque sorte, une répétition de la voie post-révolutionnaire de l’Arménie plutôt que de l’Ukraine.

Pourquoi la transition du Belarus peut être différente de celle de l’Arménie

Pourtant, les choses ne sont peut-être pas aussi simples qu’il n’y paraît à première vue pour l’avenir du changement de régime au Bélarus. Non seulement l’éviction de Loukachenko en 2020 s’avère beaucoup plus difficile que l’élimination relativement rapide et pacifique de son compagnon d’âge, Sargsian, en 2018. La position de l’impérialisme russe vis-à-vis du nationalisme bélarusse est plus compliquée que la relation hégémon-client relativement simpliste entre Moscou et Erevan. L’Arménie pourrait mener une révolution de velours sous des slogans de fierté nationale, de dignité et de liberté sans susciter de grandes émotions à Moscou, tant qu’Erevan n’a pas l’intention de quitter l’UEE et l’OTSC.

En revanche, l’utilisation en 2020 de symboles et de rhétorique ethno-nationaux au Belarus est plus irritante pour les nationalistes impériaux en Russie que ne l’étaient les célébrations nationalistes arméniennes en 2018. Le nationalisme bélarusse a une dimension européenne plus prononcée et est géographiquement plus proche du cœur de l’Europe que le nationalisme arménien. Un citoyen du Belarus qui s’identifie comme un Bélarussien ethnique ou politique plutôt qu’en termes slaves orientaux pan-nationaux aura tendance à considérer le peuple du Belarus comme appartenant avant tout à l’Europe. Cela pourrait, en principe, ne pas poser de problème vis-à-vis de Moscou, tant que les Russes se définissent eux aussi comme étant avant tout des Européens.

Pourtant, le nom que Moscou a choisi en 2015 pour le domaine transnational dont elle prétend être le centre ou même le continent sur lequel elle se trouve est “Eurasie” et non pas seulement l’Europe de l’Est. On peut se demander dans quelle mesure les Bélarussiens, seront prêts à suivre le Kremlin dans cette démarcation civilisationnelle, faisant une distinction vis-à-vis de l’UE et de l’Occident. Si les Russes insistent sur leur “eurasianisme” plutôt que sur leur “européanéité”, cela pourrait s’entendre pour certains Arméniens qui, compte tenu de leur situation géographique, pourraient être prêts à adopter une telle définition mixte de leur identité. Cependant, un Biélorusse conscient de son identité nationale peut avoir des problèmes à accepter – comme Moscou le propose à Minsk – d’appartenir à un collectif culturel plus large que la civilisation européenne familière.

De plus, l’ambition géopolitique du Kremlin à l’égard des nations slaves orientales est différente de celle concernant les peuples du Caucase du Sud – une leçon que les Ukrainiens ont amèrement apprise depuis 2014. Aujourd’hui, Moscou est satisfaite du maintien de Erevan au sein de l’UEE et de l’OTSC. Cependant, en ce qui concerne la frontière occidentale de la Russie, beaucoup à Moscou rêvent encore d’une unification politique entre la Biélorussie et la Russie (ainsi que de diverses incursions expansionnistes en Ukraine). Il est certain que cette vision pan-slave et impérialiste russe a également été étonnamment populaire au Belarus, jusqu’à récemment. Pourtant, la célébration actuelle de la nation bélarussienne, du pouvoir du peuple et de la liberté individuelle que les manifestations anti-Loukashenko ont déclenchée, change la perception du public sur les relations entre l’État et la société au Belarus, de jour en jour.

Le discours libérationniste des manifestations de 2020 pose un double problème conceptuel pour une future réalisation de l’union russo-bélarussienne. Au niveau structurel, il est clair pour tout le monde, et surtout pour les Bélarussiens eux-mêmes, qu’une telle union ne sera pas une fusion d’égal à égal. La population totale du Belarus n’est que légèrement supérieure à celle du grand Moscou.

Les manifestants insistent aujourd’hui vis-à-vis du régime de Loukachenko sur la notion de souveraineté populaire. Ils l’expriment entre autres par un drapeau national qui n’est pas la bannière officielle de l’État biélorusse. Les manifestants d’aujourd’hui en Biélorussie sont donc, d’une certaine manière, plus radicaux que les révolutionnaires ukrainiens de 2004 et de 2013-2014 qui ont utilisé le drapeau national ukrainien officiel (hormis les nombreuses bannières de parti) comme principal repère visuel non partisan symbolisant leur lutte pour la souveraineté populaire. Après leurs protestations épuisantes sous le drapeau national du Belarus, les Biélorusses accepteront-ils d’appartenir à un État de l’Union avec une bannière différente et dont le centre de pouvoir se trouve à Moscou plutôt qu’à Minsk ?

Le deuxième problème conceptuel réside dans les similitudes entre les régimes politiques et les économies de Loukachenko et de Poutine. De nombreux Biélorusses pourraient être heureux, en principe, d’entrer dans une union avec la Russie. Mais une Russie qui est dirigée par un autre président de longue date, encore plus âgé que le détesté Loukachenko, et qui a un système politique assez similaire à celui de Loukachenko, peut également être peu attrayant pour les russophiles biélorusses. Ce sera d’autant plus le cas si l’économie russe reste entravée par de profonds problèmes structurels et l’accumulation des sanctions étrangères.

Les Arméniens peuvent avoir des doutes sur l’intégration de leur économie à celle de la Russie. Pourtant, en premier lieu, l’alliance d’Erevan avec Moscou est une alliance géopolitique plutôt que géoéconomique. C’est l’engagement d’Erevan dans un conflit territorial risqué avec Bakou au sujet de la région azerbaïdjanaise du Haut-Karabakh, plutôt que l’intérêt économique, qui est le principal élément qui maintient l’alliance russo-arménienne. Il n’existe – du moins en apparence – aucun impératif géostratégique comparable qui rende Minsk dépendante de Moscou. Au contraire, l’orientation de l’économie biélorusse sur les marchés et l’énergie russes a été le principal moteur de l’intégration entre les deux pays. Pourtant, que se passera-t-il si les marchés russes pour les produits de base biélorusses continuent à se rétrécir et si le prix mondial des ressources énergétiques fossiles reste bas ?

Conclusions

Certes, le Belarus n’est pas l’Ukraine. Mais ce n’est pas non plus l’Arménie. De telles affirmations peuvent sembler triviales, voire ridicules. Néanmoins, les implications pratiques de cette dernière affirmation ont de graves répercussions sur la géopolitique de l’Europe de l’Est. Si le Belarus ne peut pas facilement suivre la voie conciliante post-révolutionnaire de l’Arménie : Quelle voie exactement va-t-elle suivre ? Si la nation bélarussienne moderne qui émerge des manifestations se définit comme européenne plutôt qu’eurasienne : quelles seraient les implications  pour le maintien de la Biélorussie dans l’Union économique eurasiatique ?

Si le nationalisme bélarussien post-révolutionnaire ne se prête pas à la soumission à un État de l’Union Russie-Bélarus : Quel sera l’avis du Kremlin sur un tel problème et comment le traiter ? La vraie gagnante présumée des élections présidentielles biélorusses d’août 2020, Svetlana Tykhanovskaia, a confirmé dans une interview que la Crimée appartient légalement à l’Ukraine. Elle a ainsi manifestement violé la nouvelle Constitution russe qui interdit explicitement toute remise en cause de l’intégrité du territoire de la Russie à laquelle, selon cette Constitution, la Crimée appartient.

L’amabilité continue des Biélorusses d’aujourd’hui envers la Russie, pendant et après les manifestations, pourrait être insuffisante pour compenser leur manque de soumission dangereusement croissant. À moins que la Russie elle-même, et en particulier ses perspectives étrangères, ne changent rapidement et profondément, la Biélorussie pourrait se diriger vers une épreuve de force. Peut-être que la meilleure chance pour une Biélorussie post-Loukachenko d’éviter un sort similaire à celui de l’Ukraine post-Yanoukovitch est une transition politique majeure en Russie. Une telle transformation fondamentale ne devrait pas seulement remplacer Poutine, mais aussi le régime intérieur et la doctrine étrangère poutinienne. Une réorientation internationale majeure à Moscou et un retrait de la Russie des projets néo-impérialistes pourraient signifier que la Biélorussie sera, après tout, semblable à l’Ukraine. Si elle est autorisée à suivre la voie géopolitique de Kiev, Minsk se tournera probablement aussi vers l’Ouest plutôt que de poursuivre sa voie traditionnelle pro-russe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *