La relation indo-pakistanaise en toile de fond de l’échec américain en Afghanistan
Home / Actualité / Actualités analysées / La relation indo-pakistanaise en toile de fond de l’échec américain en Afghanistan

La relation indo-pakistanaise en toile de fond de l’échec américain en Afghanistan

 

La stratégie « Af-Pak » menée par l’administration Obama est un échec. La relation houleuse entre l’Inde et le Pakistan fait partie intégrante des déboires américains dans ce territoire.

Après l’imbroglio irakien, l’administration bush a aussi déclenchée une intervention en Afghanistan. Un temps éclipsé par la guerre en Irak, le cas Afghan est devenu par la suite une des priorités du gouvernement américain.

Ce conflit deviendra un des thèmes phares de la campagne présidentielle de 2008 avant l’élection d’Obama. Ce dernier pense détenir les clés d’un éventuel succès et annonce que pour régler ce conflit efficacement, s’occuper du Pakistan s’avère inévitable. En effet, les troupes américaines transitait à cette époque en grande majorité par le territoire pakistanais (à hauteur de 90%). Washington et Islamabad trouvent donc un accord indispensable au bon déroulement des opérations.

Le problème majeur repose sur la bipolarité pakistanaise : officiellement allié des Etats-Unis mais officieusement de mèche avec les rebelles, allant jusqu’à leur procurer des armes et participer à la formation de leurs opérations.

Ce double jeu s’installe à l’insu des Etats-Unis et repose sur une constante profonde : la rivalité entre le Pakistan et l’Inde. Le Pakistan craint toujours que l’Inde tente de le déposséder de son territoire depuis leur partition en 1947. Les américains défendent les intérêts de Hamid Karzai, à la tête du gouvernement afghan, alors que ce dernier est proche du pouvoir indien. Islamabad voit là une raison de se méfier d’un éventuel encerclement par deux de ses pays frontaliers.

L’administration américaine, Obama en tête, décide donc de rassurer les pakistanais en donnant l’illusion de marginaliser les indiens du conflit afghan.  Cette stratégie sera vite abandonnée étant donnée l’importance grandissante de l’Inde dans la région notamment en tant que contrepouvoir face à la Chine.

Cette tentative de rapprochement avec le Pakistan aura finalement été nocive pour l’alliance américano-pakistanaise : depuis 2011, on assiste à une dégradation des relations entre les deux pays. Les Etats-Unis n’auront donc pas abouti à leur objectif principal : ranger le Pakistan parmi ses alliés incontestables. Malgré l’accord de fond, les autorités pakistanaises poursuivent leur aide « clandestine » envers les talibans y voyant là une manière de sauvegarder leurs intérêts et d’annihiler toute attaque (illusoire) de l’Inde.

Les Etats-Unis auront encore une fois sous-estimé, par méconnaissance ou manque de réalisme, les tensions régnantes dans la région; prouvant une fois de plus leurs difficultés à résoudre les conflits militaires qu’ils génèrent.

 

About Raphaël DELLAVALLE

Raphaël Dellavalle est étudiant au département des Sciences de la Communication de l'Université de Malaga.

Check Also

Pour quelles raisons la Turquie s’implante-t-elle en Afrique ?

 Depuis l’année 2005, le Président Erdogan multiplie les voyages diplomatiques dans la quasi-totalité des États …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.