La portée de la visite d'Emmanuel Macron en Chine
Home / Actualité / Actualités analysées / La portée de la visite d’Emmanuel Macron en Chine

La portée de la visite d’Emmanuel Macron en Chine

 

Quelques mois après son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron s’est rendu en Chine pour une visite officielle de trois jours. 

Xi’an, une première étape stratégique

Pour son premier déplacement en Chine, Emmanuel Macron s’est rendu tout d’abord à Xi’an, ancienne capitale impériale (où l’on trouve la célèbre armée de terre cuite de l’empereur Qin) et point de départ des antiques routes de la soie qui ont été réactivées par le président chinois Xi Jinping. Dévoilé en 2013, le projet des nouvelles routes de la soie vise à relier la Chine par voies terrestres et maritimes à l’Asie du Sud-Est, au Pakistan et à l’Asie centrale, et au-delà vers le Moyen-Orient, l’Europe et l’Afrique. Xi’an, marquant l’extrémité est de la Route de la soie, était la capitale de plusieurs dynasties – y compris les Zhou, Qin, Han et Tang – dans l’histoire de la Chine ancienne. Ainsi, la décision du président de la République de commencer son voyage en Chine depuis Xi’an est tout à fait symbolique. Il a à la fois démontré son appréciation de la culture chinoise et envoyé un message à Xi Jinping selon lequel la France prône des routes de la soie partagées avec la Chine. « Historiquement, la route de la soie appartient à l’Europe et à la Chine, c’était une route qui relie la Chine et l’Europe ensemble », a déclaré le président français. Il a perpétué également la tradition des présidents français se rendant à Xi’an. En effet, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, avaient eux aussi fait étape dans l’ancienne cité impériale. Emmanuel Macron s’est rendu par la suite à Pékin.

Les axes de coopération entre la France et la Chine

La France et la Chine ont convenu de donner un nouvel élan aux relations bilatérales alors que leurs deux dirigeants se sont engagés à respecter leur engagement envers le multilatéralisme et à renforcer la coopération dans le domaine du changement climatique, de la lutte contre le terrorisme et du partenariat en Afrique. Ils ont clairement affiche leur volonté de faire progresser le partenariat stratégique global entre la Chine et la France. M. Xi a indiqué que la Chine renforcerait sa coopération avec la France dans les secteurs de l’aviation, de l’énergie nucléaire et d’autres secteurs traditionnels, ainsi que dans la fabrication durable et verte et dans d’autres secteurs émergents et technologies de pointe. Les enjeux économiques ont constitué une partie importante de la visite du président français en Chine. Le président français s’est entretenu sur le développement de l’exportation de produits français, sur leur accès au marché chinois. Depuis plus de 20 ans, les relations commerciales entre la Chine et la France se sont développées de manière spectaculaire. Alors que le volume des échanges était d’environ 10 milliards d’euros en 1995, il était de 68,6 milliards d’euros en 2016. Mais le déséquilibre de ces échanges est tout aussi spectaculaire puisqu’ il constitue le plus gros déficit commercial de la France (30 millions d’euros en 2016). Ce déficit est deux fois plus important qu’avec le partenaire allemand. S’implanter en Chine reste difficile pour une entreprise étrangère. Il y a par exemple la nécessité de s’associer avec une entreprise locale. Les entreprises françaises ont de nombreuses difficultés à s’implanter de manière durable en Chine, ce qui n’est pas le cas des investisseurs chinois en France.

Lors de cette visite d’État, le président français était accompagné d’une cinquantaine de chefs d’entreprises dont les dirigeants d’Areva, Airbus et de Safran. Plusieurs protocoles d’accord ont été conclus. Cependant, aucun montant n’a filtré. La Chine a passé commande de 184 Airbus A320 pour 13 compagnies aériennes pour une livraison en 2019-2020. Ce contrat sera bientôt finalisé, assure Emmanuel Macron, précisant que celui-ci avait été entériné par son homologue chinois. Areva a avancé de manière significative vers la finalisation d’un contrat pour la construction en Chine d’une usine de traitement de combustibles nucléaires usés. La multinationale française du secteur de l’énergie et CNNC, le géant étatique du nucléaire en Chine, ont signé en présence du président Emmanuel Macron et de son homologue Xi Jinping, un protocole d’accord commercial laissant entrevoir la conclusion de dix ans d’âpres discussions entre les deux groupes.

Des discussions ont également eu lieu sur la Corée du Nord et dans le domaine culturel. Le Président de la République française a souligné l’importance accordée, au plus haut niveau de l’État, à la coopération culturelle entre les deux pays. Symbole d’un engagement fort dans la relation franco-chinoise, Emmanuel Macron a confirmé le protocole d’accord signé durant l’été 2017 entre le centre Pompidou et le Shanghai West Bund Development Group sur une collaboration initiale de cinq ans s’articulant autour du prêt d’œuvres, de la conception d’expositions exclusives, du développement d’activités d’éducation artistique et de la formation de professionnels des musées.

Alors que les États-Unis, l’Allemagne et la Grande-Bretagne apparaissent sur le retrait, cette visite d’État, attendue par les Chinois, constituait une bonne occasion d’impulser une nouvelle dynamique dans les relations franco-chinoises. Le président français, qui s’est souvent présenté en Européen, a par ailleurs indiqué qu’il comptait se rendre au moins une fois par an en Chine. Sur la forme, la visite d’Emmanuel Macron, dont le livre Révolution est disponible depuis quelques jours en version chinoise, a été réussie. Sur le fond, il convient toutefois de rester prudent. Des sujets sensibles n’ont semble-t-il pas été évoqués comme par exemple la question des droits de l’Homme (la Chine étant le pays hôte, il eût été difficile d’en parler directement). Les résultats de cette visite d’État seront véritablement à mesurer sur le long terme.

 

About Luc Duval

Diplômé en science politique et relations internationales de l'université Lyon III et de l'IRIS SUP', Luc s'intéresse notamment à l'Asie où il y a travaillé.

Check Also

La Coupe du monde en Russie, entretien avec Jean-Baptiste Guégan, co-auteur de Football Investigation – Les dessous du football en Russie.

 Jean-Baptiste Guégan est enseignant, journaliste et expert en géopolitique. Il a dirigé la rédaction de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.