Home / Un peu d'histoire / Analyses / L’aviation, histoire d’un envol (1/2)

L’aviation, histoire d’un envol (1/2)

 

En 2016, 3,7 milliards de passagers ont pris l’avion. C’est un record. Le lancement de la nouvelle compagnie low cost Joon, filiale d’Air France, est l’occasion pour nous de revenir sur l’histoire de l’aviation. L’Homme a toujours rêvé de pouvoir s’affranchir des lois de la physique afin de voler tel un oiseau. Depuis le vol d’Icare au VIIIe siècle avant notre ère, les progrès technologiques ont été considérables et ont permis une forte croissance du secteur aérien.

Des balbutiements aux premiers vols

De Léonard de Vinci à Jules Verne, on retrouve ce même désir de l’Homme de voler et de défier les lois de la nature. On fabrique des montgolfières et des dirigeables mais ce n’est pas encore satisfaisant. Des hommes – mais aussi des femmes telles qu’Amelia Earhart – n’ont pas hésité à mettre en danger leurs vies en testant les appareils pour aider à leur amélioration. Le terme « aviation », du latin avis (oiseau), apparaît en 1863 sous la plume de l’écrivain Gabriel de la Landelle. Il faut cependant attendre 1890 pour que Clément Ader parvienne à faire décoller son engin Eole. Il parcourt alors 50 mètres à 20 centimètres au dessus du sol. Le premier vol d’un appareil plus lourd que l’air a lieu en 1903 grâce aux frères Wright. Dès 1909, Louis Blériot traverse la Manche à bord de son Blériot XI. Il relie alors Calais à Douvres en seulement 38 minutes. Quatre ans plus tard, son compatriote Roland Garros effectue la première traversée de la Méditerranée. En 1927, c’est au tour de l’américain Charles Lindbergh de survoler l’Atlantique Nord aux commandes du célèbre Spirit of St Louis. Parti de New York, il se pose à Paris plus de 33h plus tard. Enfin, en 1930, Jean Mermoz relie le Sénégal au Brésil en vingt-et-une heures.

La guerre, moteur de l’aviation

Les progrès de l’aviation militaire ont entraîné d’énormes retombées dans le domaine civil. En effet, les deux guerres mondiales au XXe siècle ont poussé les pays belligérants à développer une flotte aérienne puissante. Le constructeur américain Boeing est né en 1916. En 1928 est créé le Ministère de l’Air en France. D’abord à hélices, destinés à transporter le courrier, les avions sont très vite devenus une nouvelle arme destructrice. La ville espagnole de Guernica a été bombardée le 2 avril 1937. Cela permet alors à Hitler, allié du dictateur espagnol Franco, de tester la capacité aérienne allemande avant le début de la Seconde Guerre mondiale. La Seconde Guerre mondiale marque un tournant dans l’utilisation des forces aériennes, toujours plus puissantes, toujours plus destructrices. Entre septembre 1940 et mai 1941, l’Angleterre est bombardée par la Luftwaffe. Le 7 décembre 1941, c’est au tour des Japonais d’attaquer la base américaine de Pearl Harbour par voie aérienne. Les Américains n’hésitent pas à larguer deux bombes atomiques en août 1945 au dessus d’Hiroshima et de Nagasaki. La même année naît l’Association du transport aérien international (IATA) afin d’organiser l’essor commercial de l’aviation. Deux ans plus tard, Charles Jager franchit le mur du son (1200 km/h) à bord de son X1. En 1948, un pont aérien est créé afin de contrer le blocus de Berlin instauré par les Soviétiques. A partir des années 1960, les vols d’essai pour des avions à grandes capacités se multiplient. Le premier vol expérimental du Concorde a lieu en 1969. En 1970, Airbus est créé et teste son premier avion, l’A300, dès 1972. La Guerre froide a également favorisé les progrès dans le secteur aérien. En 1981 a eu lieu le premier vol du F117A, un bombardier furtif américain. Le premier tour du monde sans escale et sans ravitaillement est effectué par un avion expérimental américain, Voyager. Il parcourt 42 000 kilomètres en 9 jours en 1986.

About Soline TOUSSAINT

Soline Toussaint est étudiante à HEC après une classe préparatoire au lycée Henri IV. Passionnée par l'actualité internationale et l'histoire contemporaine, ses thèmes de prédilection sont les espaces maritimes et l'Amérique latine. Elle a obtenu le 2e prix du concours Diplo d'or BNP Paribas 2016.

Check Also

Printemps de Prague, un souffle de liberté vite étouffé

 Depuis le coup de Prague de février 1948, la Tchécoslovaquie est sous tutelle soviétique. Durant les …

2 comments

  1. La photo que vous avez choisie m’a donné envie de lire votre article car je me demandais si vous alliez expliquer quand et pourquoi la configuration triangulaire des roues a changé.
    Si je ne m’abuse, Louis Blériot en a été l’instigateur, sur les conseils avisés d’un inventeur inconnu du Limousin, dont il ne reste que pour preuve d’existence une correspondance papier.
    Quant au pourquoi, il est très justement – mais au sens propre – lié à l’envol de l’avion.

    • Bonjour Anthony,
      Merci pour votre message.
      Aux débuts de l’aviation, le problème du train d’atterrissage ne se pose pas trop car les machines sont légères. Les manœuvres au sol sont toutefois compliquées et, avec l’ajout du moteur, le décollage devient plus délicat. Il devient alors nécessaire de trouver un nouveau système. Celui des trains tricycliques s’impose dans un premier temps. On fabrique des avions à trains tricycliques dits « classiques » (les appareils de Blériot au début du XXe siècle en sont effectivement dotés). Le train auxiliaire se trouve alors à l’arrière et les deux trains principaux au niveau des ailes, légèrement à l’arrière du centre de gravité. Afin de faciliter le roulage, la roue auxiliaire, dite « roulette », est ensuite déplacée à l’avant de l’appareil. Les trains principaux sont positionnés à l’avant du centre de gravité. Des flotteurs peuvent être ajoutés pour amerrir. Le nombre de roues (diabolos, boggie…) que possèdent les atterrisseurs dépend principalement du poids de l’appareil. Enfin, les jambes de train sont fixes, ou rétractables pour améliorer l’aérodynamisme de l’appareil une fois le décollage effectué. Le train d’atterrissage à trois roues permet donc un meilleur roulage, guidage au sol et amortissement de l’impact à l’atterrissage. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.