L'affaire de la baie des cochons
Home / Un peu d'histoire / Evénements / 1939 - 1973 / L’affaire de la baie des cochons

L’affaire de la baie des cochons

 
Carte des événements de la Baie des Cochons
Carte des événements de la Baie des Cochons

Le désastre militaire et diplomatique connu sous le nom de la « baie des cochons » est un élément clé de la guerre froide mais aussi de l’histoire américaine et cubaine. L’opération dont le but fut de déposer Fidel Castro le 17 avril 1961 s’est muée en défaite militaire cinglante et a fait basculer cette région critique dans le camp socialiste.

Début 1959, après sa révolution, Fidel Castro lance des politiques de nationalisation et interdit à des étrangers de posséder des terres à Cuba. Cela plait peu aux grandes firmes agro-alimentaires, généralement américaines dont la plus importante d’entre elles est l’emblématique United Fruit Compagny. Le placement politique de Castro est encore incertain mais sa visite à Washington en avril 1959 ne convainc pas. En 1960, les États-Unis décident d’imposer un blocus à Cuba, qui se tourne vers l’URSS pour écouler sa principale production : le sucre de canne. En janvier 1961, le gouvernement américain de Dwight Eisenhower rompt ses relations diplomatiques avec Cuba et décide de mettre sur pieds un plan de débarquement pour reprendre l’île. Kennedy succède immédiatement à Eisenhower et fait confiance à la CIA qui a enrôlé et formé 1500 exilés cubains pour le débarquement prévu le 17 avril.

Le 15 avril 1961, des bombardiers américains détruisent au sol une grande partie de l’aviation cubaine. Le 16 avril, Fidel Castro compare l’attaque à celle de Pearl Harbor et dénonce l’implication américaine. Le 17 à une heure du matin, les 1500 mercenaires sont débarqués à la baie des cochons, à 200 km à peine de La Havane avec le soutient de la marine américaine. L’opération tourne court, notamment grâce aux quelques appareils militaires sauvés par Cuba l’avant veille. Kennedy refuse tout appui aérien et le gouvernement castriste tue ou fait prisonnier les exilés : 161 Cubains furent tués par les mercenaires, qui ont compté 107 pertes dans leurs rangs et 1189 furent faits prisonniers. Kennedy négocie leur libération contre 53 millions de dollars en nourriture et médicaments.

Cette affaire représente la première défaite militaire américaine dans un conflit asymétrique. Certes, les américains ne se sont pas directement engagés mais ce revers sera rappelé lors de la défaite de la Guerre du Vietnam en 1974. Elle fait aussi étrangement écho à la victoire américaine sur Cuba en 1898 et contredit étrangement la doctrine Monroe : « L’Amérique aux américains ». En effet, cette doctrine fut suivie dans le sens où aucune puissance européenne n’intervint mais elle est contredite dans le sens où, pour la première fois depuis 1823, les « états-uniens » ne font plus la loi en Amérique. Kennedy assume et se déclare dans un discours seul responsable mais il accuse la CIA de lui avoir menti et de l’avoir manipulé pour le pousser à l’intervention directe. Il limoge le directeur de la CIA d’alors, Allen Welsh Dulles, et restera méfiant à l’égard des services de renseignement. Enfin, cette affaire cimente l’amitié entre Cuba et l’URSS et constitue le départ de la crise des missiles de 1962.

About Nicolas MOULIN

Nicolas Moulin est étudiant à Euromed Management après trois ans de CPGE ECS au lycée Pierre de Fermat. Membre de 2012 à 2013 de la commission SimONU , qui organise des simulations de négociation de type ONU et qui participe aux différents MUN européens et américains, il était responsable simulation et Think Tank au sein de cette commission. Zones de prédilection : Europe et Etats-Unis.

Check Also

La démocratie avortée en Russie (1917)

 Avec la Révolution de Février (mars selon le calendrier grégorien), les libéraux arrivent au pouvoir, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.