Côte d’Ivoire : affrontements à Abidjan et massacres dans l’Ouest du pays

Shares

Il est difficile de faire le point sur la situation en Côte d’Ivoire tant le chaos semble régner dans le pays. Les combats font rage dans la capitale économique du pays, Abidjan, terrain d’affrontement entre les forces « républicaines » d’Alassane Ouattara et les forces pro-Gbagbo. Signe du désordre ambiant, aucun journal n’est sorti ce matin dans la plus grande ville du pays. Les forces du président sortant semblent résister à l’assaut des combattants pro-Ouattara, et contrôlent toujours le Plateau, le quartier des affaires d’Abidjan, qui regroupe en outre les symboles forts de la république ivoirienne, tels l’Assemblée nationale. Quant à Laurent Gbagbo, « personne ne sait où il est actuellement » a admis Ali Coulibaly, l’Ambassadeur de Côte d’Ivoire à Paris nommé par Alassane Ouattara.

Abidjan n’est pas le seul champ de bataille du pays. Des centaines de personnes auraient été massacrées dans l’Ouest du pays, dans la région de Duékoué. Le Comité international de la Croix-Rouge a annoncé un bilan d’au moins 800 morts. Selon les chiffres transmis par l’Onuci, 220 personnes auraient été massacrées par les forces républicaines et 110 autres par les forces de Laurent Gagbo. Le gouvernement Ouattara a immédiatement démenti ces informations, soulignant l’absence des forces de l’Onuci sur les lieux du massacre et ajoutant que les tués sont tous des miliciens et non des civils.

L’intervention internationale risque d’être un facteur déterminant dans la résolution de la crise. Alassane Ouattara a déjà exhorté la Communauté internationale à protéger les civils. Les ressortissants étrangers fuient massivement le pays. La France a décidé d’organiser le regroupement et le rapatriement des quelques 12 000 citoyens français résidants en Côte d’Ivoire. Les forces française ont été portée à 1400 hommes suite à l’envoie de 300 hommes dimanche. La force française Licorne a déjà pris le contrôle de l’aéroport d’Abidjan.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *