Dix ans après les attentats terroristes du 11 septembre, la menace d’une nouvelle attaque plane toujours sur les États-Unis

Shares

Dix ans se sont écoulés depuis l’événement et pourtant, les esprits n’en restent pas moins marqués par ce qui avait à l’époque causé la mort de plusieurs milliers de personnes et signifié la tenue d’un nouvel état de fait, celle de la soudaine non-invulnérabilité du géant américain. Face à ce constat l’exercice de nouvelles mesures radicales était alors de mise mais aujourd’hui, les États-Unis en ont-ils pour autant fini avec le terrorisme?

Au matin du mardi 11 septembre 2001, quatre avions de ligne sont détournés par des membres de la branche djihadiste d’Al-Qaida, un réseau islamiste connu pour ses attentats suicides et sa lutte acharnée contre les non-musulmans, en direction de plusieurs places symboliques du nord-est américain. Seuls trois d’entre eux arriveront à destination, faisant par là près de 2600 morts pour les deux tours du World Trade Center, et pas moins de 125 morts pour le Pentagone. Peu de temps après, George W. Bush signifiait le renforcement des mesures anti-terroristes dans le pays et la garantie d’une nouvelle lutte à venir : celle de la « guerre contre le terrorisme ».

Dix ans après, l’heure est toujours à la précaution aux États-Unis : en effet, en dépit de l’intervention militaire américaine de 2001 en Afghanistan et la mort de l’ancien dirigeant d’Al-Qaida Oussama ben Laden le 2 mai 2011 dernier, le mouvement terroriste d’Abdullah Yusuf Azzam demeure :

Encore aujourd’hui, la menace d’une nouvelle attaque terroriste plane sur les États-Unis, l’actuel président américain Barack Obama ayant tout récemment appelé son équipe à faire preuve d’une « vigilance accrue » en ce jour de commémoration.

Et pour cause : jeudi, les services de renseignement américains se sont dits alertés par la venue d’une nouvelle menace d’attentat terroriste aux États-Unis, l’information ayant depuis été qualifiée de « crédible mais non confirmée » par l’actuelle secrétaire d’État américaine Hillary Clinton. Des déploiements inhabituels de policiers ont d’ores et déjà été mis en place dans le pays de manière à dissuader les terroristes de recourir à un tel dessein, l’attentat à la voiture piégée étant selon les autorités l’attaque terroriste la plus probable dans les grandes villes de New-York et de Washington.

Selon le New-York Times, deux Américains d’origine arabe auraient par ailleurs quitté l’Afghanistan la semaine dernière et atterri sur le sol américain quelques temps après, avec l’intention de commettre un attentat dans plusieurs villes du pays.

En dépit des efforts de l’Amérique et de ses alliés, le terrorisme est donc plus que jamais d’actualité : la guerre en Afghanistan et l’action sur le terrain n’auront pas suffi à en témoigner le déclin, mais l’espoir persiste : aujourd’hui, la commémoration du drame coïncide avec l’inauguration du mémorial du 11 septembre érigé sur les lieux du World Trade Center, signe que les États-Unis, gardiens de la paix, ne sont pas prêts de baisser les bras face à la menace terroriste.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.