Accord russo-ukrainien: une aubaine pour le gaz russe ? - Les Yeux du Monde

Accord russo-ukrainien: une aubaine pour le gaz russe ?

Shares

Le 30 décembre dernier, l’Ukraine et la Russie ont annoncé s’être mis d’accord sur un nouveau contrat gazier. Cet accord met fin à une décennie de conflit entre Gazprom et Naftogaz. Les deux compagnies se sont ainsi entendues sur un volume de gaz annuel de 65 Gm3 en 2020 puis 40 entre 2021 et 2024. Pourtant, quelques mois avant la date limite, très peu d’observateurs auraient pu parier sur la probabilité d’un tel accord. Retour sur les raisons qui ont conduit les deux parties à s’entendre.

Le gaz, vecteur de conflit entre l’Ukraine et la Russie depuis la fin de l’URSS

L'accord russo-ukrainien entérine la marginalisation de la route ukrainienne du gaz russe vers l'Europe
Depuis cette année, la route ukrainienne est devenue marginale dans l’approvisionnement du gaz russe vers l’Europe.

Depuis la disparition de l’URSS en 1991, le gaz est une pomme de discorde entre l’Ukraine et la Russie. Trois facteurs de conflit peuvent être ainsi identifiés : le transit, la question du prix et la dette gazière ukrainienne.

En matière de transit, la centralité du territoire ukrainien a contraint Moscou à s’acquitter de lourds frais de passage pour son gaz. Or, en l’absence de méthodes de calcul universelles, ces frais constituent un vecteur de tension. Côté russe, des frais de transit élevés sont ainsi synonymes de hausse des prix pour les consommateurs européens et donc de pertes de marché pour Gazprom. À l’inverse, côté ukrainien, le sujet est rapidement devenu un enjeu de souveraineté nationale. Les revenus du transit forment, en outre, le cœur de la manne financière de l’oligarchie ukrainienne.

À ce conflit sur le transit du gaz s’ajoute également la question du prix payé par le consommateur ukrainien. Longtemps bénéficiaires de prix subventionnés sous l’URSS, les ukrainiens ont en effet offert des concessions politiques en échange de rabais sur le prix du gaz. Selon cette logique, la Russie pouvait ainsi bénéficier d’une base navale à Sébastopol dans la Crimée ukrainienne. Or, cette politique prit fin en 2014 avec l’annexion de la Crimée entraînant pour Kiev une hausse rapide de sa facture gazière.

Enfin, le dialogue gazier russo-ukrainien fut longtemps l’otage de la question de la dette gazière. Du fait de la vétusté du réseau (selon Naftogaz) ou d’une politique délibérée de siphonnage (selon Gazprom), Kiev doit à l’entreprise russe plusieurs milliards de dollars (3,1 selon Kiev, 5,3 d’après Moscou). Pour mettre fin à ce contentieux, les deux parties ont fait appel à la Cour d’arbitrage de Stockholm. Cette dernière a donné raison à Naftogaz en 2017, provoquant ainsi l’ire de Moscou.

Un accord gazier a priori positif pour l’Ukraine à court terme…

Pour Kiev, l’accord signé le 30 décembre dernier est un pas important dans l’agenda réformiste du président Zelensky. L’accord gazier renforce en effet une récente embellie diplomatique  marquée par la libération de prisonniers ukrainiens et la reprise des négociations sous le format « Normandie ». Ce réchauffement diplomatique permet en retour au gouvernement ukrainien d’avoir les mains libres pour réformer un pays rongé par la corruption et le chômage.

L’accord gazier consacre cette politique réformiste. D’une part, la fin du monopole de Naftogaz a joué un rôle considérable pour rassurer Gazprom sur la question du siphonnage. D’autre part, l’accord autorise l’accès des tiers au réseau et ainsi fait jouer les vertus de la concurrence. Il faut également ajouter que l’accord facilite le recours aux « flux rebours » permettant à l’Ukraine de s’approvisionner auprès des autres pays européens.

Enfin, l’accord stipule que Gazprom doit payer 7,3 milliards de dollars en frais de transit. C’est 2% de plus que dans le contrat précédent. Autre succès : l’entreprise russe accepte de verser 3 milliards de dollars à l’Ukraine en échange d’un abandon de toutes poursuites juridiques. Pour le gouvernement Zelensky, il s’agit donc d’un accord positif tant sur le plan diplomatique que financier.

… mais en réalité très favorable à Gazprom sur le long-terme

Côté russe, en revanche, l’accord peut être à première vue considéré comme étant en demi-teinte. En effet, en cédant aux exigences financières du gouvernement ukrainien, Gazprom a révélé une certaine fébrilité face aux transformations du marché gazier européen. Confrontée à la nouvelle concurrence du GNL (gaz naturel liquéfié) américain, l’entreprise russe s’est retrouvée devant un véritable dilemme.

D’un côté, la Russie cherche à diversifier ses voies d’approvisionnement vers l’Europe. Elle a ainsi décidé de doubler la capacité du gazoduc North Stream (55 gm3) qui la relie à l’Allemagne (North Stream 2). Plus au Sud, elle cherche à contourner l’obstacle ukrainien en étendant le gazoduc TurkStream aux Balkans et à la Hongrie. Ce nouveau tracé permettra d’ailleurs d’alimenter la Roumanie sans passer par la Transnistrie, objet de contentieux avec la Moldavie.

Cependant, si le TurkStream a été inauguré en janvier 2020, ses extensions vers le Sud de l’Europe ne seront prêtes au mieux qu’à la fin 2021. En outre, le North Stream 2 a été retardé par des poursuites juridiques et par les sanctions américaines. On estime au début d’année 2021 la date de lancement du gazoduc. Dans ce contexte, Gazprom aurait pu rapidement se retrouver dans l’incapacité de fournir une partie de sa clientèle européenne. En cela, l’accord était donc impératif pour lui donner de la flexibilité jusqu’à ce que les gazoducs non-ukrainiens soient achevés.

On comprend dès lors mieux pourquoi Gazprom s’est montrée conciliante sur la question du transit et de la dette. Bien qu’en cédant sur le coût, elle a en réalité gagné sur la durée du contrat. S’achevant en 2024, celui-ci donne à Gazprom le temps de mettre en service ses nouveaux gazoducs et ainsi de se passer totalement de la route ukrainienne à partir de 2025.

L’entreprise russe sort donc renforcée de cet accord. Si elle s’est inclinée sur la question du transit, Gazprom n’en a pas moins gravé dans le marbre la marginalisation progressive de l’Ukraine comme route d’approvisionnement du gaz vers l’Europe.

 

Sources :

Simon Pirani et Jack Sharples, « The Russia-Ukraine gas transit deal: opening a new chapter », The Oxford Institute For Energy Studies, 26 février 2020.  

Céline Marangé, Angélique Palle et Sami Ramdani, « Le gazoduc North Stream 2 : enjeux politiques et stratégiques », IRSEM, décembre 2018.

Aurélie et Thierry Bros, Géopolitique du gaz russe : vecteur de pouvoir et enjeu économique, Les carnets de l’observatoire, novembre 2017.

Shares

About Quentin PARES

Quentin Pares est diplômé d’un Master 2 de Grenoble Ecole de Management (GEM) et est étudiant à l’IRIS. Il est spécialisé dans les questions énergétiques et d'économie internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *