L’année 2000 : du « bug de l’an 2000 » à l’élection de Bush fils

Shares

L’entrée dans le nouveau millénaire s’est passée sans encombres particulières, alors que les inquiétudes au sujet du passage informatique à l’an 2000 avaient été nombreuses dans le monde entier. Cependant, le projet Y2K a empêché un « bogue de l’an 2000 » global, en limitant les problèmes de datation. Cet engouement particulier pour les nouvelles technologies s’accentuera en 2000, et durant les années suivantes, jusqu’à devenir un trait propre au XXIème siècle. En parallèle à cet aspect de la mondialisation, on notera la montée en puissance des mouvements altermondialistes, notamment lors du sommet du FMI et de la Banque mondiale à Prague en septembre.

Objectifs millénaires du développement
Les huit objectifs millénaires du développement, décidés en 2000 par l’ONU.

Sous l’égide de son secrétaire général Kofi Annan, l’Organisation pour les Nations Unies (ONU) connaît une année active. Le 14 août, le Conseil de sécurité adopte la résolution 1315, qui créé le Tribunal spécial pour le Sierra Leone. Son rôle sera de juger les responsables des crimes commis pendant la guerre civile (1991-2002). Le 8 septembre, les Etats membres de l’ONU, en parallèle de l’adoption de la Déclaration du millénaire, se mettent d’accord sur les huit objectifs millénaires pour le développement (OMD). Ceux-ci correspondent à différents enjeux humanitaires, qui seront placés au cœur des politiques défendues par l’organisation internationale (réduction de l’extrême pauvreté, l’égalité des sexes, l’accès à l’éducation, lutte contre des épidémies de SIDA…).

Les deux candidats à l'élection présidentielle américaine Al Gore (à droite) et George W. Bush (à gauche) ont dû attendre le 12 décembre pour être départagés.
Les deux candidats à l’élection présidentielle américaine Al Gore (à droite) et George W. Bush (à gauche) ont dû attendre le 12 décembre pour être départagés.

Aux Etats-Unis, il s’agissait d’une année d’élection présidentielle, opposant George W. Bush (Parti républicain) à Al Gore (Parti démocrate). Le 7 novembre, le pays n’est pas fixé, du fait de contestations exprimées au sujet du dépouillement des voix des grands électeurs de Floride. S’ensuivent alors de nombreuses et longues opérations de recomptage. La Cour Suprême des Etats-Unis tranchera le 12 décembre en accordant la victoire à George W. Bush.

Des changements ont aussi lieu dans la classe politique européenne. En effet, alors que les finlandais élisent pour la première fois une femme à la tête du pays, en la personne de Tara Halonen ; les russes doivent aussi choisir un nouveau Président. Ça sera chose faite le 26 mars, jour d’élection de Vladimir Poutine, qui succède ainsi à Boris Eltsine. Son élection est aussitôt pointée du doigt, à cause de possibles fraudes électorales.

Au Proche-Orient, l’année est marquée par le début de la Seconde Intifada le 28 septembre. Il est généralement admis qu’elle a été en autre provoquée par la visite d’Ariel Sharon sur l’Esplanade des Mosquées. Sa venue aurait déclenchée des affrontements entre des Palestiniens et des autorités israéliennes.  Ces violences, mais aussi l’action d’A. Sharon, ont été condamnées par le Conseil de sécurité des Nations Unies, au travers de la résolution 1322.

Après le fameux « bug de l’an 2000 » évité, les nouvelles technologies feront encore couler beaucoup d’encre. L’année est en effet marquée par l’apogée de la Bulle spéculative Internet le 10 mars. Les bourses atteindront alors des niveaux record encore inégalés aujourd’hui, en particulier le NASDAQ.

En bref :

  • 11 mai : L’Inde compte officiellement 1 milliard d’habitants.
  • 23 juin : Signature de l’Accord de Cotonu entre l’Union européenne et les Etats d’Afrique, Caraïbes et Pacifique ; partenariat économique qui entrera en vigueur en 2003.
  • 25 juillet : Crash d’un Concorde d’Air France peu de temps après le décollage à Gonesse. Cet accident – qui fit 113 morts – précipita le déclin de cet avion de ligne supersonique.
  • 5 octobre : Révolution des bulldozers en Serbie.
  • Le Prix Nobel de la Paix est attribué à Kim Dae-jung, homme politique de Corée du Sud, pour sa « politique du rayon de Soleil », visant à faire vivre en harmonie les deux Corées.
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.