Géopolitique des câbles sous-marins, illustration d’une mondialisation « causée et causante »  
Home / Actualité / Actualités analysées / Géopolitique des câbles sous-marins, illustration d’une mondialisation « causée et causante »  

Géopolitique des câbles sous-marins, illustration d’une mondialisation « causée et causante »  

 

Instrument et vecteur de la Division Internationale des Processus de Production (DIPP), au coeur de l’économie actuelle, numérique et mondialisée, les câbles sous-marins contribuent autant à la globalisation qu’ils en reflètent les principales tendances.

Le premier cable sous-marin fût posé en 1858, entre l’Irlande et le Canada, pour assurer des communications télégraphiques. Après de multiples évolutions techniques, les câbles sous-marins numériques assurent aujourd’hui la transmission à travers le globe de la grande majorité des données numériques. Comme le mentionnait le géographe Olivier Dollfus dans son ouvrage La mondialisation, paru en 2007, les connexions sous-marines participent au bouleversement de la notion de distance. Elles « rapprochent », au sens géopolitique comme géo-économique, des points nodaux du réseau internet mondial.

La carte mondiale des câbles met ainsi en évidence la prédominance actuelle de la logique hiérarchisée du réseau entre « lieux dominants de la mondialisation ». Elle montre une forte concentration des câbles reliant les Etats-Unis au Japon et à l’Europe, pays représentant la Triade. La liaison Pacific Crossing-1 entre le Japon et la Californie date ainsi de 1999, tandis que le projet Marea, lancé par Microsoft et Facebook, doit connecter Séville à New York en 2018. Cependant, la carte des liens sous-marins épouse plus précisément « l’Archipel Mégalopolitain Mondial », concept introduit par Olivier Dollfus. En effet, chaque métropole émergente se relie au réseau par un pôle de la Triade, à l’image du câble HJK construit en 1990 par Fujitsu reliant les dragons Hong Kong et la Corée du Sud au Japon, ou encore plus récemment du Seabras-1 reliant depuis août 2017 Sao Paulo à New York.

La géopolitique des câbles illustre également la montée en puissance de la côte asiatique pacifique qui menace la prédominance du pôle japonais au sein de la Triade. Alors que le réseau sous-marin câblé se densifie de plus en plus dans la mégalopole asiatique (de Séoul à HongKong en passant par le littoral chinois), le projet annoncé en 2016 par Google et Facebook de relier Hong Kong à Los Angeles via le PCLN (Pacific Cable Light Network) est symbolique. Il est le premier lien numérique américain vers l’Asie qui ne passe par l’archipel nippon.

Ce dernier illustre également une nouvelle tendance : après les géants des télécommunications, dont Orange Marine, ce sont désormais les leaders du numérique qui participent aux consortiums assurant la création et la maintenance des câbles sous-marins. C’est effectivement pour eux que la vitesse de circulation des données revêt l’importance la plus cruciale. Leur main mise sur la data, précieuse dans une économie de plus en plus numérisée, tend donc à se renforcer par la maitrise des voies d’acheminement de celle-ci.

Par conséquent, la géopolitique des câbles sous-marins donne une nouvelle dimension à l’importance des espaces maritimes pour les Etats dans la globalisation. Ainsi, ils confortent les mers et des océans dans leur rôle d’interfaces stratégiques. Toutefois, les câbles sont vulnérables aux catastrophes naturelles telles que des séismes, mais aussi à l’espionnage. Les écoutes et surveillance illicites via des appareils directement branchés sur les câbles peuvent donc donner lieu à des tensions diplomatiques. Ce fut le cas notamment lors du scandale révélé par Edward Snowden, ou bien en 2012 lorsque l’administration européenne chassât le géant chinois Huawei du consortium pour construire le câble Hibernia Express entre Londres et New York, par peur d’être écoutée par les autorités chinoises. Les réseaux sous-marins sont ainsi un enjeu majeur de cybersécurité.

About Hugo CARRIE

Étudiant à HEC Paris, après deux années en classe prépa au lycée Sainte Geneviève.

Check Also

Le Myanmar reconnaît pour la première fois une exécution de Rohingyas

 Mercredi 10 janvier, les forces armées birmanes ont reconnu avoir exécuté dix Rohingyas dans l’état …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.