Home / Actualité / Europe / L’Euro 2016 ou comment la France a évité le pire

L’Euro 2016 ou comment la France a évité le pire

 

A défaut de gagner de grandes compétitions sportives depuis 2000 (excepté nos « experts » handballeurs), la France réussit à les accueillir, ce qui n’est déjà pas si mal. Ce 28 mai 2010 est un bol d’air frais pour le Président Sarkozy, empêtré dans une réforme des retraites et engagé dans une lutte pour sauver l ’Europe. Oui, la France organisera bien l’Euro 2016 de football, mais elle n’est pas passée loin  de la catastrophe. La catastrophe aurait été certainement de voir attribuer cet Euro à la Turquie et non à la France, ou l’Italie. Qu’aurait-on entendu si la Turquie avait-été désignée ? Comment aurait-il été possible d’organiser une compétition européenne dans un pays que d’aucuns jugent non-européen ?

Mais cette désignation suscite déjà des critiques. En France, on dénonce les futures hausses d’impôt que devront subir la majorité des contribuables. Certes oui, mais au moins la moitié des 1,7 milliards d’euros investis le seront par des entreprises privées. Reste que la France devra garder en mémoire l’exemple canadien, où Montréal avait organisé les Jeux Olympiques en 1976, pour ne rembourser ses dettes… que trente ans plus tard ! D’autres considèrent aussi que l’argent serait plutôt à investir dans l’éducation, la rénovation des prisons, etc. Mais les critiques émanent également de la Turquie, critiquant la connivence éventuelle entre M.Platini, président de l’UEFA (Union of European Football Associations) et la France. Mais tout le monde sait que le lobbying est monnaie courante aujourd’hui, et que celui qui a le meilleur projet n’est pas nécessairementchoisi. Encore un symbole de ce début de vingt-et-unième siècle.

Alors oui, la France a gagné puisqu’elle a déjà démontré par le passé sa capacité à accueillir des grandes compétitions. Cette désignation ne fait pas, pour l’instant, l’objet de basses récupérations politiques. Elle permet d’effacer, quelque peu, l’échec de Singapour et la désignation de Londres pour les JO de 2012 (quelque peu, car l’exposition médiatique des JO est éminemment plus importante que celle d’un Euro de football). La France, au contraire des JO 2012, n’a pas survendu son projet. D’ailleurs la candidature française s’est faite dans un relatif anonymat pour l’opinion publique. Alors oui, la France peut sortir gagnante de cette désignation, retrouver une part de modestie. Mais elle ne réglera pas tous les soucis, bien au contraire. Le football reste un sport.

About Alexandre LIEBERMANN

Diplômé d'HEC Paris en 2014, actuellement économiste au sein d'un grand groupe pétrolier mondial. Coprésident de l'Association Les Yeux du Monde

Check Also

La République tchèque submergée par la vague populiste

 Le milliardaire Andrej Babis et son parti ANO 2011 ont remporté  les élections législatives qui …

4 comments

  1. Bonsoir à vous !

    Je découvre le site et voilà un article sur lequel j'aimerais réagir. Je suis en effet pas d'accord sur deux points.

    D'abord au niveau strictement sportif, je trouve dommage de réduire les réussites francaises aux seuls sports de masses.. La France depuis 2000 se distingue au niveau mondial, et brille, en Natation (Alain Bernard), en VTT (Julien Absalon), en lutte (notamment aux derniers J.O avec les frères Guenot), … les exemples pourraient êtres multipliés encore.

    Ensuite en ce qui concerne la Turquie, il me semble, qu'au contraire, au niveau sportif, le pays est pleinement intégré à l'Europe : d'ailleurs, les compétitions "européennes" de sport regroupe aussi la Russie, l'Azerbaidjan, et même Israël ! De plus, tant au niveau économique, que politique (la Turquie se caractérise par une stabilité remarquable), le pays aurait pu mérité d'organiser l'évènement..

    Bien amicalement,

    A.n

  2. Bonjour A.n, vous proposez deux très bonnes remarques.

    A vrai dire, je mettais un sous-entendu dans les "compétitions sportives" : j'entendais là les sports collectifs. Évidemment, nous avons d'autres figures sportives, que vous citez à juste titre. Mais comme vous le dites également, la médiatisation du sport en France ne retient que les événements collectifs les plus marquants, les seuls sports individuels étant cantonnés aux JO, ce qui est bien dommage d'ailleurs. Regarder les exploits de S.Loeb en rallye relève plus de l'épopée fantastique qu'autre chose

    Quant à la Turquie, vous mentionnez à raison que bon nombre de pays participent aux compétitions sportives européennes. Mais organiser est autre chose! Il ne s'agit plus de participer, il s'agit de river ses yeux sur une partie de l'Europe pendant quelques semaines. Je ne suis pas certain que dans le débat actuel sur les limites de l'Europe, organiser une compétition sportive majeure en Turquie soit l'expression d'un consensus européen. La candidature turque, à mon sens, a plus bloqué sur des questions politiques qu'économiques. La preuve, cela s'est joué à 7 voix contre 6.

    Mais continuez à exprimer vos opinions sur ce site, toute l'équipe vous en remercie! A propos, dites-nous comment vous avez connu le site, cela ne peut que nous aider à démocratiser le contenu et à le faire connaitre au plus grand nombre

    Amicalement, A.L

  3. Pourrais-tu me dire ce que tu entends par ta toute dernière phrase "le football reste un sport"…. ^^ Cette est terriblement lourde de sens mais peut être perçue de plusieurs manières différentes…. 😀

    Bravo pour ton article que je trouve rondement bien mené.

  4. Alexandre LIEBERMANN

    Ah revoilà Monsieur Touki, bonjour à vous!

    La dernière phrase, je le conçois, peut être diversement interprétée. Mais, au moment où je l'ai écrite, je voulais juste dire que le choix de la France comme pays organisateur ne résoudrait pas tous les problèmes, même si l'influence du foot reste forte dans nos sociétés. Certes, ça créera des emplois, générera je l'espère des profits pour la communauté. Mais c'est bien aux politiques et aux citoyens de tenter de résoudre les problèmes.

    Voilà, continuez à nous suivre, à demander des explications, nous sommes là pour ça!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.