Midterms aux Etats-Unis : victoire en forme de cadeau empoisonné pour les Républicains ?

Shares

Ce mardi 4 novembre, les Américains étaient appelés à voter lors des élections de mi-mandat, deux après la réélection de Barack Obama, et deux ans avant les prochaines élections présidentielles. Elles ont permis le renouvellement complet du Congrès et de ses 435 représentants, élus pour deux ans, tandis que 36 des 100 sièges du Sénat étaient également remis en jeu. Des élections remportées par les Républicains…

Hillary Clinton, déjà en chemin pour la Maison Blanche ?
Hillary Clinton, déjà en chemin pour la Maison Blanche ?

Si les désillusions ont commencé il y a déjà longtemps, le rêve « Obama » semble aujourd’hui définitivement passé. Avec environ 3,5% de croissance et un chômage inférieur à 6%, il peut sembler étrange que Barack Obama jouisse d’une faible popularité (autour de 40% d’opinion favorable, un chiffre historiquement bas aux Etats-Unis). Mais les Américains ne sont pas Européens, et les attentes suite à l’élection du premier Président noir de l’histoire des Etats-Unis étaient immenses. En outre, le recul du salaire médian aux Etats-Unis (-4% par rapport à 2008) montre pour les Américains un échec de la politique actuelle qui voit plutôt l’augmentation des inégalités. Surtout, de nombreux citoyens reprochent à Barack Obama son manque d’activisme sur la scène internationale : manque de vision concernant la montée en puissance de l’Etat Islamique, manque d’anticipation dans la crise Ebola, manque de fermeté dans la guerre en Syrie… Les exemples sont nombreux, et expliquent le manque de confiance actuel des Américains envers leur Président.

Pas d’autoroute pour la Maison Blanche pour les Républicains

Ainsi, toute cette déception s’est traduite par la déroute attendue des Démocrates, dont beaucoup s’étaient désolidarisés de leur Président, évitant par exemple de le mentionner publiquement. Les Républicains ont ainsi ravi le Sénat aux Démocrates, et consolidé leur présence au Congrès qu’ils détenaient déjà. Le Sénateur Mitch McConnell fait désormais figure d’homme fort du camp républicain, dont la victoire va contraindre Barack Obama à cohabiter. Alors que ces dernières années, les Républicains avaient systématiquement fait opposition à Barack Obama (notamment sur l’Obamacare), M. McConnell a annoncé vouloir désormais « travailler ensemble » avec les Obama, ce qui peut se traduire par exemple par un travail commun sur une nouvelle loi sur l’immigration. Car après des années de blocage et d’immobilisme, le Congrès à majorité républicaine est aujourd’hui haï par une majorité d’Américains, et les Républicains doivent désormais se montrer capables de construire l’avenir et non seulement de contester sans cesse les propositions d’Obama.

Finalement, ces résultats reflètent davantage l’impopularité d’Obama que la détestation du camp démocrate. M. McConnell, Sénateur depuis 1985, ne jouit pas d’une énorme côte de popularité, et aucun candidat crédible n’émerge réellement côté républicain. A l’inverse, Hillary Clinton est d’ores et déjà en campagne pour succéder à Barack Obama en 2016. Elle n’a d’ailleurs pas hésité à prendre ses distances avec le Président actuel, pour ne pas être victime de son impopularité, tout en parcourant durant ces midterms un bon nombre d’Etats réputés difficiles, ce qui lui sera sans doute bénéfique en vue des prochaines échéances. Mais si Hillary Clinton a montré qu’elle pouvait mener une campagne, il n’en demeure pas moins que les élections ne sont encore que dans deux ans et que le chemin reste encore long…

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *