L’Ukraine : l’instrumentalisation d’un conflit sans issue ? - Les Yeux du Monde

L’Ukraine : l’instrumentalisation d’un conflit sans issue ?

L'Ukraine est devenue le théâtre d'oppositions historiques entre l'Union européenne, les Etats-Unis, et la Russie
Depuis 2013, l’Ukraine est en proie à un conflit aux multiples acteurs.

« Ceux qui ne comprennent pas que le conflit ukrainien est un test pour l’Union européenne ne réalisent pas que l’UE est déjà en train de se faire attaquer par la Russie ». Cette déclaration du ministre ukrainien des Affaires étrangères, Pavlo Klimlin, illustre parfaitement le conflit qui secoue l’Ukraine depuis novembre 2013. Tiraillée entre sa volonté d’un rapprochement avec l’Union européenne et le poids d’une histoire complexe avec la puissance russe, le pays est en proie à une instabilité politique sans précédent depuis son indépendance en 1991. Etat des lieux d’une crise qui cristallise de profondes tensions sur l’échiquier politique international.   

Le malaise politique de l’Ukraine, théâtre des oppositions entre l’Union européenne et la Russie

Suite à la suspension en 2013 par Kiev des négociations relatives à la mise en place d’un accord d’association du pays avec l’Union européenne au profit d’un accord avec la Russie dont elle dépend largement sur le plan économique, de violentes manifestations ont eu lieu dans le pays, créant un fossé entre pro-européens (situés à l’ouest du pays), et pro-russes (situés à l’est).  Après plus de 22 mois d’un conflit qui aurait fait 6 000 morts et 17 000 blessés selon l’ONU, le bilan est marqué par une immiscion de puissances extérieures dans les affaires internes du pays.

Alors que l’Union européenne soutient les mouvements populaires favorables à une ouverture vers l’ouest, la Russie cherche quant à elle à asseoir son autorité au sein d’un pays dont de nombreuses régions restent empreintes de son influence. Le 16 mars, 2014, un référendum organisé en Crimée et non reconnu par la communauté internationale, permet le rattachement de cette région à la Fédération de Russie, suivi par de nombreux référendums jugés illégaux dans les régions de Donetsk et Lougnan.

Malgré de nombreuses tentatives de négociations encouragées par des institutions internationales telles que l’OSCE, et un premier accord conclu en septembre 2014 pour tenter d’enrayer la crise, les violences s’accentuent. Le 3 septembre dernier, le gouvernement a affirmé avoir déjoué un attentat à l’encontre d’un centre de collecte d’aide pour l’armée. L’incapacité de la communauté internationale à rétablir la paix et le conflit d’intérêt qui oppose les puissances de l’ouest (Union européenne et Etats-Unis) et l’est (Russie), posent la question d’une instrumentalisation des tensions par ces mêmes puissances sur le plan politique, mais aussi économique.

L’éclaircissement d’un horizon économique incertain 

Si le pays bénéficie d’un potentiel important, le contexte politique né des mouvements populaires de la place Maïdan a mis à mal la stabilité financière du pays. Riche en ressources minières et énergétiques, l’Ukraine concentre une grande partie de ces dernières à l’est, plus enclin à un rapprochement avec la Russie, alors que l’Union européenne représente la première source d’aide financière du pays. L’année 2014 a notamment été marquée par une hausse de l’inflation de 25% en 2014, et un creusement des déficits et de la dette publique.

L’annonce d’un accord historique le 17 août dernier qui permettra à l’Ukraine de voir annulés 20% de sa dette qui représenterait 94% de son PIB est donc aujourd’hui source d’espoir pour le pays, qui pour la première fois cette semaine, a vu l’accord de cessez-le-feu conclu le 12 février 2015 à Minsk et concernant la région du Donbass, respecté.

About Marjorie GUIBERT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *