La relation diplomatique entre l'Iran et le Brésil - Les Yeux du Monde

La relation diplomatique entre l’Iran et le Brésil

L’élection de Jair Bolsonaro en octobre 2018 a réchauffé les relations entre le Brésil et Israël. En revanche, l’attitude bienveillante du président brésilien envers Israël affecte la relation bilatérale avec l’Iran. En effet, les précédents gouvernements avaient réussi à tisser des liens étroits avec la République Islamique d’Iran. Dès lors, il est intéressant de s’interroger sur le devenir de la relation entre le Brésil et l’Iran sous la présidence Bolsonaro.

Les convergences diplomatiques du Brésil et de l’Iran sous la présidence Lula

Le Président du Brésil, Lula, sert la main au Président Iranien, en 2010, à Téhéran.
Les présidents Lula et Ahmadinejad à Téhéran en 2010

Dans les années 1990, le Brésil échangeait principalement avec l’Iran des denrées alimentaires en faible volume. Puis, en 2003, la coopération a été accentuée par la cession de champs pétroliers iraniens à l’entreprise brésilienne Petrobras. Cette intensification des relations s’explique par la nouvelle diplomatie mise en place par Lula lors de son mandat. Cette stratégie diplomatique se voulait multipolaire afin d’éviter les rapports de force bilatéraux à son désavantage. En somme, l’ancien président prônait une ouverture vers les pays émergents afin de contourner l’influence américaine.

L’affirmation de l’émancipation des instances internationales s’est perçue dans la convergence diplomatique entre l’Iran et le Brésil. De son côté, l’Iran tentait d’étoffer son éventail diplomatique en acquérant le maximum de soutien quand le Brésil apparaissait comme un allié de poids sur le continent américain. A ce titre, le Brésil a soutenu l’Iran quant aux questions liées au nucléaire. Le président Lula a plusieurs fois maintenu sa position en affirmant que les Iraniens avaient le droit de développer un nucléaire pacifique. A l’inverse, il fut très critique envers l’État d’Israël qui n’a pas signé le Traité de Non Prolifération, à l’inverse de l’Iran.

Par ailleurs, les relations économiques entre l’Iran et le Brésil se sont intensifiées grâce au commerce de la viande hallal. Néanmoins, le commerce bilatéral se résument à des échanges de produits alimentaires qui doivent contourner les sanctions économiques. C’est pourquoi l’Iran n’apparaît pas comme un partenaire économique vital du Brésil. En revanche, en novembre 2018, et malgré l’élection de Jair Bolsonaro, une délégation parlementaire brésilienne s’est rendue en Iran. Les délégués brésiliens cherchaient à resserrer les liens économiques et trouver une solution à la crise nucléaire. En résumé, on voit que la relation entre le Brésil et l’Iran s’est tissée grâce à une vision commune de l’indépendance diplomatique. La recherche d’alliés en dehors de la sphère américaine participe également à cette convergence d’intérêt.

Le rapprochement du Brésil de Bolsonaro avec Israël

L’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro à la tête du Brésil confirme le changement politique en Amérique Latine. En effet, Bolsonaro incarne le retour de la droite sud-américaine. Il faut noter le soutien des évangélistes dans son élection pour comprendre son positionnement vis-à-vis d’Israël. Les fidèles évangélistes pensent que le retour des Juifs en terre d’Israël est nécessaire pour que le Messie revienne. Dès lors, il sera possible d’établir le Royaume de Dieu à Jérusalem pendant mille ans sur terre. Converti à l’évangélisme, le président auriverde a soutenu la délocalisation de l’ambassade brésilienne à Jérusalem, bien qu’ineffective à ce jour.

De manière symbolique et inédite, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est rendu à l’investiture présidentielle de Jair Bolsonaro. De plus, la diplomatie du Brésil dans les instances internationales a changé. Bolsonaro a affiché son soutien aux initiatives israélites en territoires palestiniens en critiquant le point 7 du Conseil des Droits de l’Homme.

Ce rapprochement du Brésil avec Israël entraîne, de facto, une distension des relations avec l’Iran. Au-delà de ce rapprochement, le clan Bolsonaro est très virulent envers la République Islamique d’Iran. En effet, Jair Bolsonaro a affirmé que les dirigeants iraniens n’avaient aucun égard pour la liberté. Récemment, le député Eduardo Bolsonaro, fils du président, a qualifié l’Iran de problème pour la région du Moyen-Orient. En outre, cette rupture entre le Brésil et l’Iran s’accentue à la vue des nouvelles affinités entre Jair Bolsonaro et Mohamed Ben Salman (MBS). Le développement de liens économiques avec l’Arabie Saoudite viendrait un peu plus court-circuiter les échanges Brésil-Iran.

Le rejet de la politique extérieur de Bolsonaro

In fine, Bolsonaro, maladroitement comparé à Trump par certains, n’en cultive pas moins la même défiance envers l’Iran. Les faibles liens qui existent entre l’Iran et le Brésil ne freineront pas cet éloignement. La diplomatie brésilienne portée par Bolsonaro s’affiche clairement aux côtés d’Israël et des Etats-Unis. Cependant, le président brésilien n’a aucune expérience internationale. Ces balbutiements peuvent porter atteinte à sa politique extérieure si tâtonnante soit-elle. De plus, Bolsonaro s’isole du reste de sa classe diplomatique qui se désole de la tournure pris par la politique extérieure. Il serait alors opportun de s’intéresser à la Chine première partenaire économique du Brésil, également une alliée de l’Iran.

About Quentin CREURER

Etudiant en sciences politiques dans le cadre d'un master dédié à l'Amérique Latine à l'Université Complutense de Madrid. Auparavant, j'ai étudié au Canada et à Lyon où j'ai obtenu une licence en Développement du Territoire Rural.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Centre de préférences de confidentialité

    Necessary

    Advertising

    Analytics

    Other