Comprendre la crise (2) : la récession économique mondiale et ses réponses

Shares

Comment est-on passé d’une crise financière à une récession économique globale ? Les banques d’investissement financent l’économie et sa croissance par des placements productifs. De la crise financière a découlé l’effondrement du crédit, et donc de la croissance. La fragilité des institutions bancaires qui, diminuées par des actifs pourris, sont devenues moins enclines à prêter de l’argent, a fragilisé l’économie réelle, qui ne trouvait plus de ressources pour investir aussi bien dans du capital que dans le travail. Ainsi durant le premier trimestre de 2009 la croissance fut de -6,4%. Le chômage dépassa aux Etats-Unis la barre des 10% en Octobre 2009. La crise qui toucha d’abord les Etats-Unis se propagea rapidement au reste du monde par le biais du rétrécissement du commerce international et de la consommation américaine. Les pays déjà fragiles économiquement furent les plus touchés, comme la Grèce et l’Espagne en Europe.

Devant une telle récession, les Etats réagirent pour tenter d’endiguer la crise. L’expérience de la crise de 1929, dont les conséquences dramatiques sur le plan économique étaient principalement dues au manque de coopération entre les Etats, a fortement encouragé la coopération internationale, mettant fin à la menace d’un protectionnisme mondial. Le sommet du G20 de Washington en fut l’emblème. À l’échelle des Etats des plans de sauvetages ont été mis en place par le biais d’une action sur deux fronts : les gouvernement ont débloqués des sommes d’argent considérables pour renflouer les banques et encourager la consommation ; les banques centrales ont abaissés leurs taux directeurs (parfois jusqu’à des taux proches de 0 comme la fait la Fed pendant un certain temps) pour permettre le financement de l’économie et ont racheté une partie des actifs pourris contractés par les institutions financières.

Alors qu’au milieu de l’année 2009 le monde de la finance semblait sortir progressivement de la crise, le gouvernement américain décida à titre préventif d’instituer des « stress tests » pour juger de la solidité des 19 plus gros établissement financiers nationaux. La faillite de plusieurs établissements bancaires irlandais en 2010 invite l’Europe à revoir elle aussi les modalités de contrôle de son système financier.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *