Nigeria : des centaines de chrétiens déplacés, des dizaines de victimes, le couvre-feu déclaré

Shares

Alors que depuis plusieurs semaines les courants islamistes tendent à s’amplifier dans les pays arabes, c’est précisément au sein du Golfe de Guinée que la situation explose : suite à la mort d’une trentaine de chrétiens au cours de diverses attaques revendiquées par des mouvements islamistes au Nigeria ces dernières semaines, ainsi les autorités nigériennes ont-elles décidé ce samedi 7 janvier 2012, d’imposer le couvre-feu dans le nord-est du pays.

Il semblerait que la poussée des mouvements islamistes au nord de l’Afrique ait inspiré le courant islamiste tout entier, en témoignent les nombreux attentats de ces dernières semaines. Le Nigeria est à ce jour l’un des pays les plus touchés par le phénomène : depuis plusieurs semaines les attaques islamistes se multiplient contre les chrétiens qui face à la persécution, décident pour beaucoup de quitter les régions en proie à l’insécurité et à la détresse. Ainsi Goodluck Jonathan, l’actuel président nigérien avait-il déjà déclaré le 31 décembre dernier l’état d’urgence dans des États du centre et du nord-est du pays face à la multiplication des attentats anti-chrétiens : l’attaque la plus violente remonte à vendredi lorsque des hommes armés ont ouvert le feu sur un rassemblement de chrétiens à Mubi au nord-est du pays, au cours d’un deuil de victimes assassinées la veille par des inconnus. Bilan de l’opération : 12 morts.

Pays le plus peuplé d’Afrique avec plus de 162 millions d’habitants, le Nigeria est en plein doute, le risque avéré étant que si ces attaques anti-chrétiennes se perpétuent, le pays tout entier devienne le théâtre d’affrontements interconfessionnelles entre populations.

D’autant plus que le courant chrétien n’est pas marginal au Nigeria, loin de là : alors que les islamistes occupent pour la plupart le nord du pays, les chrétiens demeurent quant à eux, dans le sud du Nigeria. Seulement voilà, la cohabitation entre les deux mouvements semble impossible, Boko Haram, un des courants islamistes les plus actifs au Nigeria ayant récemment posé un ultimatum pour obliger les chrétiens à quitter le nord du pays : c’est face à l’expiration de cette demande mercredi dernier que l’organisation a tout au long de cette semaine relancé les attaques à l’encontre des chrétiens, notamment dans la ville de Potiskum au nord-est du pays, théâtre ces derniers jours d’affrontements entre islamistes et policiers.

Face à la persécution, la précaution est de rigueur : depuis mercredi des centaines voire des milliers de chrétiens quittent le nord du pays pour se réfugier plus au sud, en particulier depuis l’annonce du couvre-feu de 24 heures décrété ce matin par le président nigérien et confirmant les risques encourus par les chrétiens dans le nord-est du pays.

Force est de constater que la réplique chrétienne n’a toujours pas eu lieu mais celle-ci se fait attendre : ainsi les principaux leaders chrétiens du Nigeria se sont-ils réunis aujourd’hui pour dénoncer un « nettoyage ethnique et religieux » dans le pays, tout comme leur volonté de riposter si les attaques anti-chrétiennes se perpétuent : l’histoire ne fait donc que commencer.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *