Le Soudan et le Sud Soudan ravivent leur différend

Shares

Le dimanche  15 avril, Khartoum a bombardé un camp de Casques bleus de l’ONU. L’Etat du Sud Soudan est dorénavant présenté comme « l’ennemi » du Soudan.

Les relations entre Khartoum et Juba, respectives capitales du Soudan et du Sud Soudan, n’ont jamais été au beau fixe depuis la partition du Soudan réalisée en  juillet 2011. Tant les frontières que les revenus pétroliers posent problèmes.

Depuis fin mars, les affrontements vont crescendo entre  les deux Etats voisins soudanais. Le point culminant de ces tensions a été l’attaque aérienne d’un camp de Casques bleus par le Soudan. Aucune victime n’est à signaler à l’intérieur du complexe onusien mais une dizaine de civils auraient succombé aux bombardements à proximité du camp.

Ce lundi 16 avril, le Parlement soudanais a adopté une résolution qui renforce cette amplification des violences entre les deux Etats récemment crées : le gouvernement du Soudan du Sud est et devra désormais être traité comme un «ennemi ». L’adoption de cette résolution fait suite à la prise de contrôle par l’armée sud soudanaise le 10 avril dernier de la zone frontalière de Heglig , le principal champ pétrolifère (la moitié des réserves) soudanais.  Heglig produit environ la moitié de brut du Nord, mais est aussi revendiquée par le Sud.

Après la récente scission de l’Etat soudanais il y a un moins d’un an, était envisagée une sensible amélioration de la situation après la guerre civile qui perdura de 1983 à 2005.

Le président du Parlement, Ahmed Ibrahim El-Tahir, a appelé à renverser le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), au pouvoir au Soudan du Sud. Les intentions ne sont donc plus cachées et la transition vers une éventuelle trêve dans le conflit en sera restée au rang des espérances.

L’Union africaine a tant bien que mal essayé de trouver une conciliation ces dernières semaines mais face aux récents évènements, le Soudan s’est retiré des discussions et paraît décidé à combattre le sud. La peur d’une aggravation de la situation prend donc forme : le Soudan s’apprête à revivre une période de conflit de plus.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *