Un G8 « normal » pour B. Obama

Shares

Lorsqu’une grande réunion annuelle tourne à l’échange de bons procédés entre le nouveau président français et ses confrères étrangers, on pourrait se dire que tout va bien. Et pourtant, il y a tant de dossiers urgents à traiter…

De ce G8 américain, préparatoire à une nouvelle réunion de l’OTAN, on aurait plutôt attendu du concret sur le cas syrien, voire sur la crise européenne. Non, ce G8 a véritablement consisté en la rencontre des puissants de ce monde avec François Hollande devant l’objectif des photographes.

Barack Obama a pourtant un point majeur à discuter avec le président socialiste : le cas afghan. La fin de la mission de l’OTAN en Afghanistan n’est toujours pas programmée, de même que les aides futures à délivrer à Kaboul. Et ce, alors même que F. Hollande a promis le retrait total des troupes françaises d’ici à la fin de l’année. Le Président américain a également rejoint son homologue français sur la nécessité de mettre en place des politiques de croissance en Europe, afin de ne pas répandre uniquement l’austérité comme moyen fallacieux de réponse à la crise.

Une campagne présidentielle basée sur ses succès diplomatiques pour Obama, tout comme… Sarkozy !

Un chômage à la hausse et une prochaine révision de la loi sur la santé par la Cour Suprême, voilà ce qui attend le président américain pour les prochains mois, jusqu’à l’élection. Face à cela, il n’a d’autre choix que de convaincre les citoyens américains que sa politique étrangère fut profitable aux Etats-Unis (fin de la guerre en Irak, assassinat de Ben Laden, Kadhafi…). Sur l’Afghanistan, il est sous pression de sa population, souhaitant désormais le retour à la maison des troupes. Il devra convaincre ses partenaires durant les prochains jours, au cours du sommet de l’OTAN à Chicago, du bien-fondé d’une telle opération.

Une réunion de l’OTAN où il ne sera évidemment pas question de revenir sur les échecs connus en Libye (malgré le résultat obtenu) et de peu parler du très épineux cas syrien. Soyons néanmoins optimistes : B. Obama est en train de prendre le contrepied de la politique de G.W. Bush vis-à-vis de l’OTAN, en considérant que l’Organisation n’est plus aussi indispensable aux Etats-Unis qu’elle ne l’était auparavant.

Au final, un G8 dont on ne retiendra pas grand-chose une fois de plus. Est-ce enfin reconnaitre que ce groupe n’est plus du tout légitime par rapport au G20 ? Officiellement non, officieusement oui.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *