L’Amérique Latine mauvais élève de l’éducation

Shares

L’éducation en Amérique latine et aux Caraïbes reste un des sujets délicats sur le continent. Malgré les avancées enregistrées ces dernières années, le trou à combler en matière de scolarisation et d’enseignement s’apparente toujours à un gouffre.

2,7 millions d’enfants ne prennent pas part à l’enseignement primaire et plus d’1.5 millions d’adolescents ne sont pas scolarisés en enseignement secondaire, ce qui rend d’autant plus complexe l’acquisition d’un savoir et d’un savoir-faire indispensable à l’entrée dans la vie active.

C’est la Commission Économique pour l’Amérique Latine y les Caraïbes de l’ONU, le CEPALC, qui a dévoilé ces statistiques à Santiago du Chili. Ce travail démontre aussi, que pour obtenir un travail « correct », les jeunes se doivent à la fois de finir l’école primaire mais aussi le premier cycle d’enseignement. Ce parcours, logique dans les pays européens, ne l’est toutefois pas autant en Amérique Latine, où la démarche d’étudier reste encore parfois absente dans les mentalités, et où l’environnement ne favorise en rien ce raisonnement.

Selon l’étude, il existe dans le monde 250 millions d’enfants en âge d’étudier dans le cycle primaire, scolarisés ou non, qui ne savent ni lire, ni écrire. Peu de cas font figure d’exemple à suivre, et en Amérique Latine on compte surtout les pays « en retard », à l’instar du Nicaragua où uniquement 46% des enfants atteignent le niveau d’apprentissage élémentaire.

Par conséquent, le fossé entre les qualifications demandées, de plus en plus élevées, et le niveau réel de la main d’œuvre, n’a eu de cesse de s’élargir au fil des années.

Dans les pays plus riches, comme au Brésil, le manque d’investissement dans l’éducation des jeunes a contribué à l’accroissement du taux de chômage,  environ 20% des jeunes se heurtent à ce mur de la précarité. Dans les pays plus pauvres les jeunes réussissent à être employés, mais pour des salaires de misère, qui les maintiennent sous ou à la limite du seuil de pauvreté et surtout qui les entretiennent dans un contexte d’exclusion sociale à long terme.

L’Amérique Latine, qui a pourtant affiché des progrès certains cette dernière décennie en terme de recul de la pauvreté, notamment, doit encore fournir des efforts considérables et s’investir dans l’éducation afin de pouvoir régler les problèmes qui rongent cette zone de la planète de manière récurrente.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *