Les terres rares : la Chine en position de force ?

Shares

Pour beaucoup, une nouvelle ruée vers l’or se prépare, mais cette fois-ci vers l’Est. Elle concerne les terres rares, aussi appelées métaux rares, tels que le scandium. Leur utilisation est vitale pour l’industrie de ce début de XXI° siècle : ils existent dans bon nombre de composants électroniques, dans des colorants, notamment ceux utilisés dans les appareils électroniques dernière génération. Le problème, c’est que ces métaux rares font l’objet d’un quasi-monopole terrestre (97% !) par la Chine. Celle-ci a récemment décidé de baisser ses quotas d’exportation de métaux rares. Tout le monde n’a pas les mêmes richesses du sous-sol, voilà l’inégalité !

La Chine n’est donc pas prête à distribuer à qui le veut ses propres ressources. Les investisseurs sont donc désorientés, et cherchent à tout prix d’autres producteurs.  Beaucoup craignent d’ailleurs une spéculation, voire une bulle ! Ainsi, à la bulle des NTIC du début des années 2000 répondrait celle des composants de ces NTIC au début de notre décennie ? La parade trouvée par les occidentaux est d’investir dans le capital des sociétés nouvellement productrices, telle Arafura Resources Ltd. Une parade à court terme, mais très dangereuse à long terme.

Mais pourquoi la Chine ne veut-elle pas partager, ou vendre ses métaux ? En vue d’une consommation intérieure future ? Pas seulement. Surtout en vue de faire pression sur la communauté internationale et autres grandes puissances le moment venu. Un marchandage pétrole contre métaux rares pourrait bien être possible d’ici quelques décennies, si la boulimie chinoise se confirme. Après tout, si elle voulait se défendre de tout “nationalisme économique”, la Chine pourrait toujours pointer du doigt la création de réserves stratégiques de pétrole par les Etats-Unis… en pleine période critique, en 2007-2008 ! En tout cas, il semble bien que les intérêts nationaux chinois priment avant tout. Une première, certainement (hors période de guerre), depuis de nombreuses décennies, en ce qui concerne l’exportation de matières premières !

Mais s’il y a un pays particulièrement touché par cette stratégie chinoise, il s’agit bien du Japon. Ces métaux s’avèrent vitaux pour toute la technologie japonaise. On craint même, côté japonais, la panne sèche dans la fabrication de téléviseurs et de disques durs. 56% des exports de terres rares chinoises sont accaparés par le Japon. Voilà certainement un autre sujet de conflit avec le reste du monde (après la sous-évaluation du yuan). Une crise est peut-être en train de se jouer à partir des matières premières. Mais pour la première fois, les pays les plus industrialisés sont les premiers touchés. Problème de riches, certainement…

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *