Irish Water : la fin de la gratuité de l’eau en Irlande

Shares
Les manifestants irlandais revendiquent un droit à l'eau et rejettent la réforme de privatisation de l'eau du gouvernement.
Les manifestants irlandais revendiquent un droit à l’eau et rejettent la réforme de privatisation de l’eau du gouvernement.

Jusqu’à présent, l’eau était une ressource gratuite en Irlande. Mais, la fin de la gratuité de l’eau est l’une des mesures imposées au pays en échange du plan de sauvetage financier de 2010 par la troïka (Union Européenne, Banque Centrale Européenne, Fonds Monétaire International).

Une entreprise semi-publique, Irish Water, a été créée en 2013, pour mettre en place cette mesure de privatisation de l’eau. Selon The Irish Times, le système ainsi instauré coûterait en moyenne 278,16 euros par an à un foyer constitué de deux adultes et deux enfants. Les opposants à la réforme se sont organisés au sein d’un mouvement, Right2Water, et depuis le 11 octobre dernier, des manifestations de grande ampleur ont lieu pour protester contre l’installation des compteurs.

Dans le cadre de l’austérité actuelle, cette réforme a un goût amer pour les irlandais qui estiment déjà payer pour ce service à travers de leurs impôts. Par ailleurs, ils craignent que ce ne soit une porte ouverte à la privatisation du service public ce qui pourrait engendrer une diminution des aides aux plus démunis, et à terme, rendre difficile pour une partie de la population l’accès à une ressource essentielle, l’eau.

L’eau, ressource essentielle et source de conflits

La marge de manœuvre du gouvernement irlandais est faible dans ce conflit. D’un côté, la colère de la population l’a obligé à quelques concessions sur les tarifs proposés. De l’autre, comment l’Irlande peut-elle refuser les conditions imposées par la troïka, alors même que ces aides sont indispensables à la sortie de crise du pays ? Il ne va pas être aisé pour le gouvernement irlandais de trouver un équilibre entre ces deux positions et les tensions sociales risquent de se prolonger.

Invoquant un droit à l’eau, les manifestants irlandais estiment que cette ressource naturelle et essentielle doit rester accessible au plus grand nombre. Mais, la tendance semble plutôt s’orienter vers un commerce de l’eau, sous l’impulsion des organisations internationales les plus influentes, comme le Fonds Monétaire International.

Du fait de sa raréfaction, l’eau est un problème épineux dans de nombreux pays, à l’image de la guerre de l’eau en Bolivie ou du conflit latent entre l’Ethiopie et l’Egypte, concernant les eaux du Nil. Mais, cette problématique a rarement touché ainsi l’Europe et les pays « du Nord » en général. Le conflit irlandais met en lumière cet enjeu social, économique et politique qui augure une multiplication des tensions internes et internationales à l’avenir.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *