Royaume-Uni : des émeutes révélatrices d’un mal bien plus profond

Shares

Trois jours après le début des émeutes londoniennes, l’heure n’est toujours pas à la pacification dans la capitale britannique : aujourd’hui, mardi 9 août 2011, la mort d’une première victime a mis le feu aux poudres dans plusieurs villes du Royaume-Uni, suscitant par là la vive inquiétude des autorités britanniques qui, à moins d’un an des Jeux Olympiques de Londres, se sont dites prêtes à tout pour ramener le calme dans le pays.

Tout est parti de la mort d’un homme, celle de Mark Duggan, père de famille de 29 ans tué jeudi dernier lors d’une opération de lutte contre la criminalité menée par les forces de l’ordre dans le quartier londonien de Tottenham ; a priori rien de bien transcendant. Pourtant depuis l’événement, les choses vont de mal en pis avec des violences grandissantes depuis samedi, au départ cantonnées à la capitale britannique et qui tendent aujourd’hui à s’étendre au reste du pays. Car en réalité, les blessures sont plus profondes.

En effet, ce n’est pas tant la mort de Mark Duggan, personnage méconnu sinon controversé de la capitale britannique, que la politique menée depuis plusieurs mois par le gouvernement de David Cameron, l’actuel Premier ministre britannique qui explique aujourd’hui la tenue de ces événements dans le pays ; une politique nommée « Big Society ».

Initiatrice d’une solidarité nouvelle, celle-ci avait fait le succès des « Tories » lors des élections législatives de mai 2010, tout comme celui de David Cameron qui par l’exergue assidu de ce concept eut vite fait de gagner sa place au panthéon de l’élite britannique. Or ce concept de « Big Society » pose aujourd’hui problème car loin de n’être gage que d’une responsabilité individuelle accrue, celui-ci s’accompagne de coupes budgétaires drastiques qui, accentuées par la crise économique actuelle, tendent à mettre à jour des tensions grandissantes dans le pays. La mort de Mark Duggan n’aura donc été que l’étincelle qui a mis le feu aux poudres des violences britanniques.

Amorcées à la suite d’une manifestation pacifique organisée contre la mort de Mark Duggan, les émeutes londoniennes appellent aujourd’hui le gouvernement britannique à la plus grande vigilance : « La population ne doit avoir aucun doute sur le fait que nous ferons tout ce qui est nécessaire pour ramener l’ordre dans les rues et les rendre sûres pour ceux qui respectent la loi » a assuré aujourd’hui David Cameron rentré précipitamment à Londres. À 353 jours des Jeux Olympiques de Londres l’enjeu est donc de taille car si comme supposé le mal britannique est plus profond, alors bien plus que la simple tenue des Jeux Olympiques de 2012, c’est l’avenir de la société britannique toute entière qui en sera affecté.

 

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *