Le renouveau conservateur finlandais

Shares

Les élections présidentielles viennent de consacrer un conservateur, Sauli Niinistö, dans le pays où les avancées sociales sont les plus importantes de la planète. Faut-il y voir un signe ?

Le deuxième tour des Présidentielles finlandaises aurait de quoi faire sourire : il opposait S. Niinistö, miraculé du tsunami asiatique de 2004 à Pekka Haavisto, homosexuel et écologiste. Pour beaucoup, il n’y a que dans les pays scandinaves que l’on pourrait avoir une telle confrontation de styles. Mais cela fut bien le cas, la Finlande démontrant une fois de plus une ouverture d’esprit fort louable en ces temps actuels.
Ce duel n’a été possible que par le score faible de la gauche (7% au premier tour), ce vote symbolisant l’apogée de la défense du modèle social finlandais. La Finlande est l’un des seuls pays de la planète à pouvoir se targuer d’avoir obtenu une croissance notable tout en luttant efficacement pour l’égalité entre ses citoyens. Aujourd’hui, même les conservateurs approuvent ce modèle sociétal bien éloigné des thèses libérales, tout simplement car les faits parlent d’eux-mêmes : niveaux d’éducation et de revenus parmi les plus élevés de la planète, corruption faible. Néanmoins, la Finlande connait les mêmes soucis que ses voisins européens : comment lutter contre des pays dont les normes sociales sont bien moins marquées qu’en Europe ? La gauche n’ayant pas eu de réponse, la sanction a été univoque.
La Finlande à un tournant de son histoire
Là encore comme ses voisins, elle a dû faire face à une montée des extrêmes (le mouvement des « Vrais Finlandais » jetant l’opprobre sur les immigrés) et hésite aujourd’hui à soutenir la Grèce, malgré le maintien du sésame ultime : le triple A. Résultat, les thèses conservatrices ont naturellement pris le dessus, puisque leur argumentation était évidente : le modèle social finlandais est allé trop loin. Niinistö est un européen convaincu, ancien de la Banque d’investissements du Luxembourg. Il deviendra le premier conservateur élu Président depuis plus de cinquante ans en Finlande.
N’oublions pas néanmoins que le rôle du Président en Finlande touche principalement aux questions étrangères et très peu aux sujets intérieurs. Mais cette élection est un signe clair et précis : la crise pourrait bien avoir touché le cœur du modèle social finlandais…

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *