Le système économique nazi (2/2) - Les Yeux du Monde

Le système économique nazi (2/2)

Le char Panzer, une des plus éclatantes réussites de l’industrie nazie

La deuxième problématique majeure du système économique nazi est les réserves de change, les réserves du pays étant extrêmement faibles en 1934. La solution envisagée est autoritaire : toutes les sorties de capitaux sont interdites dès juin 1934, le régime tente par tout les moyens de récupérer l’or et les devises des particuliers allemands, et les créances étrangères en Allemagne sont bloquées et converties en « aski marks » ne pouvant être utilisés qu’en Allemagne. Ces mesures ne suffisent pas, notamment du fait du creusement du déficit commercial.  En effet, malgré les efforts nazis (limitation des importations aux produits indispensables à l’armement, accords de clearing pour éviter les paiements monétaires, rapprochement avec l’URSS, l’Italie, la Hongrie…), les besoins d’une politique de relance et de surarmement sont trop forts. D’où le développement d’ersatz pour pallier aux manques de ressources et l’exploitation de gisements non rentables (fer du Harz par exemple).

Tentons un bilan de cette politique économique au regard de ses trois objectifs (faire baisser le chômage, relancer l’industrie pour permettre la guerre, mettre en place un IIIe Reich autosuffisant).

La lutte contre le chômage est un immense succès (on passe de plus de 5 millions de chômeurs en 1932 à moins de 40 000 en 1939), du à la politique de grands travaux, au renforcement de l’industrie et également aux effectifs spectaculaires de l’armée, de la police et des permanents du NSDAP. Cela s’est fait au prix d’un recul du pouvoir d’achat des Allemands, permettant aux industriels de dégager de très confortables bénéfices.

Au niveau de la production industrielle (et donc de la constitution de l’appareil militaire), le succès est également au rendez vous : la production a plus que doublé entre 1934 et 1939, au détriment des industries de consommation. Mais ne nous leurrons pas, l’Allemagne partait de très loin : ainsi, en 1939, elle dispose de moins d’avions que la Grande-Bretagne et de moins de chars que la France !

Le grand échec, c’est l’autarcie. En 1939, l’Allemagne doit encore importer 20% de ses denrées alimentaires, la couteuse politique des ersatz échoue (le pays, en temps de paix, doit importer 70% de son fer, 60% de son pétrole et de son caoutchouc –pourtant essentiels pour les avions et les chars-, 50% de son coton etc.).

La conséquence du système économique nazi est donc catastrophique : c’est une fuite en avant. Pour pouvoir continuer sa politique, le IIIe Reich est condamné (au-delà de tout motif politique ou idéologique) à annexer le plus rapidement possible le plus de territoires possible pour procéder à leur pillage. Notons dans cette optique que, avant même d’attaquer le grand ennemi héréditaire, la France, Hitler a assuré sa main mise sur le fer suédois !

About Sylvain ZUBER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *