Récession, dépression : quelles différences ?

Shares

Une récession et une dépression caractérisent toutes les deux une forme de crise économique.

Wall Street, épicentre de nombreuses crises
Wall Street, épicentre de nombreuses crises

Une récession correspond à une diminution d’activité économique : on considère communément qu’un pays entre en récession lorsqu’il connait deux trimestres successifs de baisse de Produit Intérieur Brut (PIB). Cette définition fut celle de Julius Shiskin en 1975 dans un article publié dans le New York Times. Néanmoins, le terme récession peut aussi être utilisé pour désigner un simple ralentissement du rythme de la croissance : ainsi, si la croissance chinoise venait à passer de 8 à 7%, cela pourrait donc s’appeler une récession. Une autre définition d’une récession peut également être l’augmentation de 1,5% de chômage en 12 mois.

Ces définitions ne sont cependant plus celles qui sont les plus usitées en France, où l’on préfère considérer qu’une récession correspond à une croissance négative du PIB deux trimestres d’affilée. Ainsi, au premier trimestre 2013, la France par exemple est entrée en récession après deux baisses consécutives de son PIB, au T4 2012 et au T1 2013. Mais cette méthode peut néanmoins masquer certaines réalités : ce fut le cas en 2000 et 2001 lorsque les Etats-Unis connurent trois trimestres de contraction du PIB, mais jamais consécutivement. La récession peut être conçue comme un passage obligé dans une économie capitaliste, qui voient quatre phases se succéder régulièrement : une phase d’expansion économique, une crise, une récession et enfin une reprise vers qui aboutira à une nouvelle expansion.

En 1980, lors de la campagne présidentielle américaine, Ronald Reagan déclara que « une récession, c’est quand votre voisin perd son travail ; une dépression, c’est quand vous perdez le vôtre ». Ainsi, une dépression est une appellation courante utilisée pour qualifier une grave et longue crise économique, alors qu’une récession est plus passagère. Elle s’applique pour des périodes de long ralentissement de la production et de la consommation, mais il n’existe pas vraiment de critère explicite afin de délimiter une période de dépression. On considère parfois qu’une dépression correspond soit à un déclin de 10% du PIB ou bien une contraction du PIB pendant au moins trois ou quatre ans. Une dépression s’accompagne par conséquents de graves problèmes économiques, notamment des faillites multiples et l’apparition d’un chômage de masse. L’exemple le plus connu est celui de la Grande Dépression qui toucha l’économie mondiale dans les années 1930 et qui fut amorcée lors du krach de 1929. Le Japon connut également une dépression économique dans les années 1990 jusqu’au début des années 2000.

La crise de 2008 est aujourd’hui appelée « Great Recession » dans le monde anglophone, mais ce terme est davantage une référence à la « Great Depression » des années 1930 qu’à une récession.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Centre de préférences de confidentialité

    Necessary

    Advertising

    Analytics

    Other