Home / Actualité / Actualités analysées / Les îles égyptiennes Tiran et Sanafir cédées à l’Arabie Saoudite

Les îles égyptiennes Tiran et Sanafir cédées à l’Arabie Saoudite

 
Les îles Tiran et Sanafir
Les îles Tiran et Sanafir

La visite de 5 jours du roi Salmane d’Arabie Saoudite en Egypte restera marquée par deux annonces phares : le projet de construction d’un pont entre les deux pays et la remise des îles Tiran et Sanafir à l’Arabie Saoudite.

Alors que depuis quelques mois des rumeurs de mauvaises ententes entre les deux pays étaient entendues notamment sur les dossiers syriens et yéménites,  ce voyage avait ainsi dans un premier temps pour but de les faire dissiper et réaffirmer les liens  égypto-saoudiens. Afin de démontrer cette parfaite entente entre les deux pays, le roi saoudien Salmane et le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi ont annoncé plusieurs mesures communes. Outre les nombreux accords d’investissement saoudiens en Egypte signés pour un montant de 16 milliards de dollars, le projet d’un pont reliant les deux pays a été de nouveau annoncé. Cette idée d’un pont entre les territoires égyptien et saoudien n’est pas nouvelle mais a toujours été reportée. En revanche, l’annonce du passage de souveraineté égyptienne à saoudienne des îles de Tiran et Sanafir paraît plus vraisemblable même si cet accord doit encore passer par le Parlement égyptien. Ce renoncement de la part de l’Egypte est issu de négociations qui ont duré 6 ans et de l’organisation de 11 commissions ad hoc pour piloté ce projet. Ces deux îles de la mer Rouge sont en effet des îles stratégiques se situant à l’entrée du golfe d’Aqaba donnant l’accès à la mer aux territoires israélien et jordanien.

Une alliance tacite entre l’Arabie Saoudite et Israël ?

Cet accord prévoyant de faire passer les îles Tiran et Sanafir sous l’autorité saoudienne nécessite toutefois l’accord d’un troisième acteur : Israël. D’un point de vue historique, la souveraineté égyptienne sur les îles Tiran et Sanafir date en réalité de 1950 où le royaume saoudien avait demandé à l’Egypte de protéger militairement ces îlots. Ces îlots ont ensuite été contrôlés par les israéliens lors de la guerre des Six Jours jusqu’en 1979 et les accords de Camp-David. A l’issu de cet accord de paix, les îles sont revenues à l’Egypte en échange de la liberté de passage maritime des navires israéliens dans la zone. Ainsi, le ministre de la défense israélien Moshe Yaalon a déclaré qu’il avait reçu des assurances officielles de l’Arabie Saoudite pour qu’elle garantisse le passage des navires israéliens dans la zone. Il a aussi ajouté qu’Israël a donné son accord au transfert de souveraineté de ces îles à la condition que les saoudiens reprennent les engagements militaires de l’Egypte. Le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Jubeir, a quant à lui affirmé que son pays s’engageait à reprendre les engagements de l’Egypte. Ainsi, on peut voir que le transfert de souveraineté égyptienne à saoudienne de ces îles a bénéficié de l’approbation israélienne. Il faut ajouter que l’accord américain a également dû être nécessaire puisque les Etats-Unis étaient signataires du traité de paix de 1979. Ainsi, même si l’Arabie Saoudite ne possède pas de relations directes avec Israël selon son ministre des Affaires étrangères, un rapprochement entre les deux pays peut donc être évoqué. Les saoudiens en investissant en Egypte cherchent donc à pérenniser leur axe sunnite. Concernant le rapprochement entre l’Arabie Saoudite et Israël, il semble être dû à une convergence des objectifs, à savoir celui de contrer le renforcement de l’influence iranienne dans la région.

About INT. EXTE.

Check Also

L’Inde et le Forum de la Belt and Road Initiative de mai 2017 par Sébastien Patacq

 Depuis 2013, le président chinois Xi Jinping impose le projet One Belt One Road (OBOR) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

pdrm