Élections présidentielles au Chili : virage à droite
Home / Actualité / Actualités analysées / Élections présidentielles au Chili : virage à droite

Élections présidentielles au Chili : virage à droite

 
Sebastian Piñera, élu à la tête du Chili

Le virage à droit de l’Amérique latine semble se confirmer. Ce dimanche 17 décembre, le conservateur Sebastian Piñera a remporté l’élection présidentielle au Chili avec plus de 55% des voix. L’ancien président et milliardaire de 68 ans succède ainsi à la socialiste Michelle Bachelet. Il gouvernera de 2018 à 2022.

Un ancien président réélu

Après des études à Harvard, Sebastian Piñera a fait fortune en lançant les cartes de crédit au Chili dans les années 1980. En 2010, Piñera a été le premier président de droite élu depuis 1990 et la fin de la dictature de Pinochet. Son passage à La Moneda, le palais présidentiel, n’a toutefois pas entraîné beaucoup de changements au sein de cette société conservatrice. Le Chili bénéficiait alors d’un cours élevé du cuivre, principale ressource du pays. Piñera a toujours cherché à marquer ses distances avec les années Pinochet. A la tête de Chile Vamos, il défend l’idée d’une « droite rénovée et libérale ». L’irruption sur la scène présidentielle de José Antonio Kast, le candidat d’extrême droite, a néanmoins contraint Piñera à durcir son discours. Il a reçu le soutien de son ami Mario Vargas Llosa, prix Nobel de Littérature.

Un échec cuisant pour la coalition de centre gauche

Michelle Bachelet, la présidente sortante, ne pouvait pas se représenter. L’échec du candidat de centre gauche, Alejandro Guillier, semble marquer un profond mécontentement de la population contre elle. L’appel de Beatriz Sánchez, candidate de Frente Amplio, à voter pour Guillier n’aura rien changé. La chute du cours de cuivre a fragilisé l’économie chilienne. Le pays a également été ébranlé par des scandales de corruption concernant le financement illégal de campagnes électorales. En 2016, Michelle Bachelet bénéficiait de moins de 15% d’approbation au sein de la population. En octobre 2016, la coalition de centre gauche avait déjà connu un revers électoral lors des élections municipales. Si les résultats à la présidentielle s’annonçaient serrés, il en a été tout autrement. Piñera s’est imposé avec 3,7 millions de voix, contre 3,1 millions pour son rival.

« Des jours meilleurs vont venir »

Depuis deux ans, l’économie chilienne est en berne : 7,1% de chômage, 15% de pauvreté, 1,5% de croissance prévue en 2017. Sebastian Piñera a promis de doubler le taux de croissance et de créer 600 000 emplois. Il a annoncé vouloir baisser les impôts pour les entreprises, augmenter les retraites et réduire la pauvreté. Un nouveau rebond du cours du cuivre pourrait permettre à Piñera de financer ces mesures et de dynamiser l’économie. Enfin, il a promis à son électorat conservateur de revenir sur certaines avancées sociétales du gouvernement sortant comme le mariage homosexuel et la dépénalisation de l’avortement. Il lui faudra toutefois compter avec la Chambre des Députés et le Sénat, où il ne dispose que d’une majorité relative. Piñera est conscient qu’il ne sera pas simple de revenir sur certaines réformes opérées par Michelle Bachelet. C’est pourquoi il semble privilégier le dialogue et l’union nationale.

Pour aller plus loin : Quel bilan pour Michelle Bachelet ?

About Soline TOUSSAINT

Soline Toussaint est étudiante à HEC après une classe préparatoire au lycée Henri IV. Passionnée par l'actualité internationale et l'histoire contemporaine, ses thèmes de prédilection sont les espaces maritimes et l'Amérique latine. Elle a obtenu le 2e prix du concours Diplo d'or BNP Paribas 2016.

Check Also

Le Myanmar reconnaît pour la première fois une exécution de Rohingyas

 Mercredi 10 janvier, les forces armées birmanes ont reconnu avoir exécuté dix Rohingyas dans l’état …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.