L'inquiétante alerte de la DGSI sur l'espionnage industriel américain - Les Yeux du Monde

L’inquiétante alerte de la DGSI sur l’espionnage industriel américain

Pour les plus avertis (ou les plus cyniques), la diplomatie est un long jeu de dupes. Aussi, espionnage et autre écoute font partie de la norme et de l’habitude entre les Etats. Néanmoins, comme tout jeu, celui-ci a ses limites et quand la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure), par une note rendue publique par Le Figaro, met en garde l’exécutif contre des agissements économiques américains, il y a de quoi s’interroger : la guerre économique serait-elle à nos portes ?

Cette note du service de contre-espionnage français indique l’existence d’une stratégie d’envergure de conquête des marchés et dans laquelle la France serait particulièrement exposée. Les secteurs concernés sont nombreux et d’une importance stratégique considérable : aéronautique, énergie, santé, nucléaire, télécommunications :« Les entreprises évoluant dans ces secteurs font l’objet d’attaques ciblées, notamment par le biais contentieux juridiques, de tentatives de captation d’informations et d’ingérence économique », nous indique ainsi la note de la DGSI.

Airbus serait particulièrement exposé, depuis 2015, à l'espionnage industriel américain
Airbus serait particulièrement exposé, depuis 2015, à l’espionnage industriel américain

Des procédés à l’allure guerrière

Dans cette conquête, les Etats-Unis bénéficient d’un arsenal important et d’outils variés. Le premier d’entre eux est le souci de compliance des entreprises. Dans un souci de bonne foi, celles-ci ont tendance à se tourner vers des cabinets américains. C’est par exemple le cas d’Airbus qui pour éviter de lourdes sanctions financières a recours à des audits de conformité. Hors, selon la DGSI, certaines de ces firmes agissent comme de véritables chevaux de Troie. Proches de l’administration américaine, ces acteurs disposent ainsi d’un accès privilégié et total aux informations sensibles et stratégiques des entreprises françaises. Les grosses entreprises ne sont pas les seules touchées. La note de la DGSI fait ainsi état de plusieurs sociétés moins importantes ayant été rachetées par des fonds américains. On pourrait affirmer que tout cela n’est que la loi du marché mais les analystes de la DGSI croient deviner derrière ces transactions financières l’existence d’une stratégie offensive beaucoup plus vaste mise en branle par l’Administration américaine elle-même dans sa quête de puissance en faveur de son patriotisme économique.

Outre cet outil du droit extraterritorial utilisé comme véritable arme économique, les Etats-Unis usent aussi, selon la note de la DGSI, d’autres procédés tout aussi efficaces pour capter l’information comme la douane, les réglementations sur l’embargo (on peut ainsi citer l’exemple iranien où l’embargo américain a eu pour effet de faire fuir les entreprises françaises qui s’y étaient installées), la procédure juridique du Discovery obligeant les entreprises qui ne sont pas en conformité à divulguer leurs informations stratégiques, ou encore la cyberdomination à travers le Cloud Act qui permet, sur une simple demande d’un juge fédéral, d’obtenir l’obligation de divulgation des informations d’une entreprise.

Et maintenant ?

La guerre économique existe aussi entre allié et c’est une réalité qu’il faut prendre en compte. À en juger par ce qui ressort de cette note, la France tarde à prendre la mesure de cette réalité et se retrouve ainsi démunie face au mastodonte américain. À l’heure des grands ensembles et de la mondialisation, du big data et du renseignement, c’est le patrimoine économique français qui est menacé par l’un de nos plus grands alliés historiques. Sans céder à un nationalisme malveillant et plonger dans un libéralisme naïf, la France doit retrouver les moyens de garantir la protection de sa culture économique afin de préserver ses domaines d’excellence. Les récentes frictions entre Trump et Macron lors des commémorations du 11 Novembre le montrent : entre Etats, le mot « ami » n’est qu’une ambivalence de plus.

Sources

http://premium.lefigaro.fr/actualite-france/2018/11/13/01016-20181113ARTFIG00310-comment-les-etats-unis-espionnent-nos-entreprises.php

http://premium.lefigaro.fr/societes/2017/11/15/20005-20171115ARTFIG00353-airbusboeing-un-combat-sans-merci.php

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/centenaire-du-11-novembre-donald-trump-a-boude-le-forum-de-la-paix_3030329.html

 

About Julien QUINET

Diplômé du master 2 Défense, sécurité et gestion de crise à l'IRIS, je m'intéresse particulièrement aux enjeux de défense et du renseignement, ainsi qu'au Moyen-Orient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *