La géopolitique d'Oman : un acteur légitime (1/3) - Les Yeux du Monde

La géopolitique d’Oman : un acteur légitime (1/3)

Ce premier volet consacré au statut de médiateur du sultanat d’Oman au Moyen-Orient nous amène à nous questionner sur les attributs de la légitimité. Le passé historique d’Oman, à travers sa domination des mers, sa localisation stratégique au niveau du détroit d’Ormuz, ainsi que sa stabilité étatique nous permettent de mieux comprendre comment cet État parvient à s’affirmer dans une région qui semble écrasée par la rivalité irano-saoudienne.

Sur la carte du Moyen-Orient, nous voyons qu'Oman se trouve à un endroit stratégique : le sultanat contrôle les entrées et sorties du détroit d'Ormuz.
Grâce au contrôle du détroit d’Ormuz, la localisation géographique d’Oman lui permet de jouer un rôle stratégique au Moyen-Orient.

La légitimité historique.

La légitimité d’un État s’appuie en partie sur l’Histoire de celui-ci. Dans le cas d’Oman, le XVIIe siècle marqua son affirmation sur la scène internationale. En janvier 1650, les forces omanaises de Sultan bin Saif al-Said chassèrent les troupes portugaises de Mascate. Cet évènement marqua la fin du protectorat portugais sur Oman, alors constitué en imamat (1). De plus, il permit à Oman de devenir une puissance maritime. Son fils, Saif bin Sultan, continua la lutte contre l’Empire portugais en récupérant la ville de Mombasa en 1698. Oman regardait désormais vers l’Afrique de l’Est. Progressivement, l’Imamat prit l’île de Pemba, Kilwa, puis Zanzibar. Saif encouragea l’exercice de la piraterie contre les Perses et les Européens. Ainsi, les pirates omanais commencèrent à attaquer des possessions portugaises dans l’ouest de l’Inde actuelle. Le golfe Persique fut aussi le théâtre d’attaques omanaises : l’Imamat prit le contrôle de Bahreïn aux Perses, de 1717 à 1738. Au milieu du XIXe siècle, Oman consolida son empire maritime en profitant du commerce d’esclaves.

En 1856, la mort du souverain Said bin Sultan provoqua un conflit de succession parmi ses fils. L’Empire britannique, présent dans la région du fait d’un protectorat sur les États de la Trêve (actuels Émirats arabes unis), servit de médiateur. À travers le Canning Award (2), l’Empire omanais fut divisé en deux entités. Tout d’abord, le sultanat de Zanzibar qui récupéra la côte est-africaine et les territoires autour des Grands Lacs. Puis, le sultanat de Mascate et Oman qui conserva le reste des possessions. Ce dernier fut, de facto, soumis à deux influences internes encore présentes aujourd’hui. La première, venant des côtes, se caractérisait par la personne du sultan et d’une société cosmopolite, voire séculaire. La seconde, venant des terres, s’appuyait sur la personne de l’imam, une société tribale et la prééminence de l’ibadisme (3).

Malgré cette coexistence, les littoraux furent régulièrement la cible d’attaques d’ibadites venus de l’intérieur des terres. À partir de 1892, le territoire passa sous protectorat britannique et y resta jusqu’en 1971.

Une localisation stratégique.

Le sultanat d’Oman est constitué de trois entités territoriales. Tout d’abord, la surface que nous voyons de prime abord sur une carte, composée de dix gouvernorats contigus. Ensuite, le gouvernorat de Musandam qui est situé à la pointe des Émirats arabes unis. Enfin, le territoire de Madha, une exclave du gouvernorat de Musandam, situé dans les Émirats et composé en son centre d’une ville… émiratie.

En-dehors de l’aspect original de son territoire, Oman occupe une position prépondérante au Moyen-Orient. La péninsule de Musandam lui permet d’avoir le contrôle du détroit d’Ormuz, l’un des verrous stratégiques de la région. En effet, les pays moyen-orientaux exportateurs de pétrole doivent tous faire transiter leurs cargaisons par ce passage. Oman contrôle ainsi les entrées et les sorties du golfe Persique. Chaque année, 35 % du pétrole mondial passent donc par les eaux territoriales omanaises.

Par ailleurs, le sultanat d’Oman se situe au croisement de trois régions. Premièrement, l’Afrique de l’Est, dont nous avons vu les liens qui ont pu exister avec Mascate. Deuxièmement, le sous-continent indien, dont de nombreux ressortissants sont partis s’installer en Oman, faisant d’ailleurs quasiment doubler la population totale omanaise entre 2010 et 2018. Troisièmement, le Moyen-Orient, où se joue une lutte d’influence entre l’Arabie saoudite et l’Iran.

La stabilité de l’État.

Sur la période contemporaine, le sultanat d’Oman se démarque par une stabilité dont peu de voisins régionaux peuvent se targuer. Hormis lors de la guerre du Dhofar (1964-1976), l’État omanais a globalement vécu dans une certaine sérénité. Dès sa prise de pouvoir, Qaboos bin Said a tout fait pour instaurer cette stabilité, dont nous parlerons ultérieurement.

Oman fut touché par les révoltes de 2011, qui ont secoué les mondes arabes, sans toutefois plier. Au début des évènements, les autorités omanaises ne s’attendaient pas à faire face à des mouvements contestataires. Des sit-in eurent lieu dans le pays en signe de protestation. Il y eut aussi des manifestations ouvrières pour réclamer une hausse des salaires et pour dénoncer le monde du travail, la corruption et le piston. Dans le Dhofar, des pancartes invitèrent le sultan à dénoncer la corruption. Néanmoins, la monarchie n’était pas en danger. Des réformes furent mises en place et permirent une augmentation des salaires et la création de 50 000 postes publics dans la sécurité.

Notes :

  • (1) L’imamat est un système politique constitué autour de la personne de l’imam, le guide religieux.

 

  • (2) Le Canning Award est un accord visant à régler les différends territoriaux entre le sultan de Mascate et celui de Zanzibar autour des territoires africains de l’empire omanais.

 

  • (3) L’ibadisme est un courant de l’islam se différenciant des deux branches majoritaires que sont le sunnites et le shî’isme. Il fera l’objet d’une analyse plus approfondie dans la suite du présent article.

 

Sources.

GHUBASH Hussein, Oman : une démocratie islamique millénaire, 1998.

KATZMAN Kenneth, « Oman: Reform, Security, and U.S. Policy », Congressional Research Service, novembre 2018.

RODRIGUEZ Sonia et ABIDI Hasni, « Oman : une autre géopolitique dans le monde arabe », IRIS, octobre 2016

About Maxime ONFRAY

Maxime ONFRAY est diplômé d'un master d'Histoire et est actuellement en M2 Géopolitique et Prospective à l'IRIS. Il est spécialiste du Moyen-Orient et s'intéresse fortement aux problématiques liées à l'Afrique et à l'Asie centrale. Ses thématiques de prédilection sont les questions d'ordres politique, géopolitique et religieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *