L’évolution de la stratégie de confiance entre les États-Unis et le Vietnam

L’évolution de la stratégie de confiance entre les États-Unis et le Vietnam

Shares

La relation entre le Vietnam et les États-Unis est un exemple éloquent de l’adage selon lequel il n’y a pas d’alliés éternels ni d’ennemis perpétuels, et que seuls les intérêts sont permanents. Faisant abstraction des hostilités passées, les deux pays n’ont cessé de renforcer leurs liens bilatéraux depuis la normalisation des relations en 1995. Les relations ont ainsi dépassé le domaine de la coopération économique pour se concentrer sur la politique de sécurité et la coopération stratégique. En tant que tel, l’instauration, et le renforcement, de la confiance est devenue une condition sine qua non.

Les fondations diplomatiques d’une confiance bilatérale avec le Vietnam

La visite de M. Trong à Washington est considérée comme un jalon historique car il a été le premier secrétaire général du PCV à mettre un pied aux États-Unis, ce qui représente une preuve de confiance mutuelle sans précédent entre les deux anciens ennemis.
Le vice-président Biden et le secrétaire général Nguyen Phu Trong lors d’un déjeuner au Département d’État américain le 7 juillet 2015. M. Trong fut le premier secrétaire général du PCV à mettre les pieds aux États-Unis. Une preuve sans précédent de confiance mutuelle entre les deux anciens ennemis.

Bien que le Vietnam souhaite entretenir des relations pacifiques et stables avec la Chine pour maintenir sa sécurité et son développement économique, les différends en mer de Chine méridionale entre les deux pays ont rendu nécessaire pour le Vietnam d’approfondir ses liens stratégiques avec d’autres puissances. Cette volonté s’est accrue depuis la crise de la plate-forme pétrolière d’exploration chinoise Haiyang Shiyou 981 en 2014, qui a plongé les relations sino-vietnamiennes à leur plus bas niveau depuis des décennies.

Le Vietnam estime que les États-Unis sont le seul pays disposant à la fois de la puissance et de la volonté politique nécessaires pour contenir les ambitions chinoises. En outre, la rivalité croissante entre la Chine et les États-Unis signifie que le Vietnam peut tirer parti de ses liens renforcés avec Washington lors de négociation sur les différends maritimes avec la Chine.

Bien souvent, les États-Unis ont exprimé leur soutien au Vietnam lorsque ce dernier a été confronté à des comportements d’intimidation de la part de la Chine. Lors de l’affrontement entre la Chine et le Vietnam dans la zone économique exclusive près de Vanguard Bank, le Département d’État américain publiait une déclaration pour condamner l’action de la Chine et exprimer indirectement son soutien au Vietnam. 

Le déploiement d’un partenariat sécuritaire

La position de soutien de Washington, ainsi que son programme de renforcement des capacités maritimes pour le Vietnam et ses opérations de liberté de navigation (FONOP) en mer de Chine méridionale, laissent penser que les États-Unis sont un allié du Vietnam, mais essentiellement dans les différends relatifs à la mer de Chine méridionale. 

L’établissement du partenariat global a également facilité l’expansion des liens bilatéraux dans des domaines de coopération jusqu’alors “sensibles“, tels que la sécurité et la défense. Les États-Unis ont inclus le Vietnam dans l’Initiative de sécurité maritime en Asie du Sud-Est (MSI), annoncée lors du Dialogue de Shangri La en mai 2015, afin d’aider le Vietnam à renforcer ses services de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR), ainsi que le commandement et le contrôle de ses agences maritimes. 

Lors de sa rencontre avec le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc à Hanoi en novembre 2017, le président Donald Trump, intervenant après que Boeing et General Electric aient signé des accords avec les compagnies aériennes vietnamiennes VietJet et Bamboo, déclarait que le Vietnam cherchait à acheter des équipements militaires aux États-Unis. Début août 2018, le Vietnam avait des contrats d’équipement militaire d’une valeur de 94,7 millions de dollars US avec les États-Unis dans le cadre des programmes de ventes militaires à l’étranger (FMS) et de ventes commerciales directes (DCS). En février 2019, le Vietnam acquérait des équipements américains, notamment des drones Boeing Insitu ScanEagle et des avions d’entraînement Beechcraft T-6 Texan II, et un US Coast Guard Cutter déclassé. Un mois plus tard, un responsable de Boeing révélait que la société était sur le point de conclure un accord pour vendre l’Insitu ScanEagle. 

Perspectives

La stratégie sécuritaire vietnamienne s’affranchit de sa dépendance à l’égard de la Chine, et par là même s’affirme comme puissance incontournable de l’ASEAN. Au cours du premier semestre 2019, l’excédent commercial du Vietnam avec les États-Unis a augmenté de 39% pour atteindre 25,3 milliards de dollars. Le Vietnam est le grand gagnant de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis ; ce qui n’est pas sans déplaire à l’administration Trump. Le Vietnam doit désormais multiplier les efforts économiques et commerciaux pour conserver cette relation de confiance tout en approfondissant les canaux multilatéraux avec l’ASEAN.

Shares

About Arnaud MITTELETTE

Arnaud MITTELETTE est basé à Singapour et responsable de business développement. Après un cursus hypokhâgne-khâgne avec spécialité histoire et géographie, il est maintenant diplômé d'un Master 1 en Stratégie Publique et Politique. Il est rédacteur depuis avril 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *