Le Pakistan aurait traité avec les talibans, selon Wikileaks - Les Yeux du Monde

Le Pakistan aurait traité avec les talibans, selon Wikileaks

Shares

Voilà un sujet qui va encore donner des sueurs froides à Barack Obama. Le site web Wikileaks, créé en 2006 et spécialisé dans le renseignement, a publié sur le web plusieurs dizaines de milliers de documents touchant des sujets sensibles, révélant notamment que l’allié indéfectible des Etats-Unis, le Pakistan, a pu fricoter avec des talibans par le passé. Une nouvelle parmi d’autres révélée par bon nombre de journaux occidentaux tel le New York Times.

Ce rapport accuse donc le Pakistan de jouer un double jeu. Mais est-ce nouveau ? Même le Général Musharraf, président du Pakistan de 1999 à 2008, fidèle soutien des Etats-Unis, est accusé d’avoir été trop faible face aux insurgés islamistes, alors même que le gouvernement a pu recevoir des milliards de dollars de la part des Etats-Unis. Et même les services secrets pakistanais auraient rencontré les talibans afin de définir une stratégie pour combattre l’US Army en Afghanistan ! En bref, le serpent se mord la queue. Les Etats-Unis ont beau encore tenter de soutenir l’armée pakistanaise, force est de reconnaitre que cet incident compromet quelque peu la bonne entente entre les deux pays.

Mais le rapport dévoilé par Wikileaks accuse aussi les Etats-Unis d’avoir pratiqué des raids meurtriers  non signalés contre des civils innocents. Après le scandale d’Abou Ghraib en Irak, on voit encore une fois que le renseignement américain continue à utiliser des moyens illégaux pour obtenir toutes sortes d’informations. La  « task force 373 », c’est son nom, avait pour mission de capturer des chefs talibans par tous les moyens. Or, cette unité s’est davantage distinguée par ses bavures que son travail efficace. Après, les occidentaux s’étonnent d’un fort ressentiment de la population afghane pour les soldats étrangers…

Néanmoins, et malgré les critiques fortes adressées par la Maison Blanche à Wikileaks, on ne peut que remercier ce site d’avoir répandu ces informations (qui doivent encore être vérifiées) pour connaître un peu plus la vérité sur le conflit afghan. Wikileaks n’a révélé que des bribes des dossiers les moins sensibles, donc  si les Etats-Unis n’ont rien à se reprocher, pourquoi donc accuser ce qui apparait véritablement comme une fuite ? Reste que le procès de l’ère Bush n’est donc pas près de se refermer…

Shares

About Alexandre LIEBERMANN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *