Rien ne va plus entre Washington et Ankara - Les Yeux du Monde

Rien ne va plus entre Washington et Ankara

Entre les présidents Trump et Erdogan le ton monte

Les États-Unis ont annoncé dimanche 8 octobre leur décision de ne plus délivrer de visas aux ressortissants turcs , ce qui a incité le gouvernement turc à prendre une mesure similaire. Officiellement alliés au sein de l’OTAN, les deux États ont multiplié les sujets de friction ces derniers temps, que ce soit au sujet de la guerre civile syrienne ou des relations avec la Russie.

La décision américaine fait suite à l’arrestation d’un employé turc du consulat américain d’Istanbul au motif qu’il serait lié au prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, et désigné par Ankara comme le commanditaire de la tentative de coup d’Etat en juillet 2016. Le président Erdogan a ainsi dénoncé la présence au sein de l’ambassade américaine d’éléments “infiltrés” qui auraient partie liée avec les putschistes. Ce différend en rapport avec le coup d’Etat avorté apparaît comme la partie émergée de l’iceberg des frictions existant entre la Turquie et ses alliés occidentaux.

Alliés depuis l’entrée de la Turquie dans l’OTAN en 1952, les deux pays ont peu à peu pris leurs distances depuis la fin de la Guerre froide. Si la Turquie a rejoint sans hésitation la coalition occidentale lors de son intervention en Afghanistan, elle n’hésite plus depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP (Adalet ve Kalkinma Partisi – Parti de la justice et du développement) du président Erdogan à marquer son indépendance d’action vis-à-vis des Etats-Unis, notamment au Moyen-Orient. La Turquie a rompu en 2010 avec Israël, allié traditionnel des Etats-Unis dans la région. Elle a également œuvré aux côtés du Brésil en 2010 pour éviter à l’Iran de nouvelles sanctions. La Turquie mène ainsi au Moyen-Orient une politique de prestige qui s’inscrit dans la continuité de l’empire ottoman. Il s’agit également pour elle de ne plus servir d’avant-poste de la superpuissance américaine au Moyen-Orient; la Turquie se voit en effet davantage en porte-parole du monde musulman au milieu du camp occidental. Enfin, la Turquie se doit de défendre ses intérêts dans la région, en particulier en ce qui concerne la question kurde. Du côté des Etats-Unis, c’est la dérive islamiste et autoritaire de l’AKP qui inquiète.

La crise syrienne a mis en évidence des différends stratégiques

Avec la crise syrienne, l’antagonisme entre États-Unis et Turquie ne fait que se renforcer. Ainsi, si les deux Etats ont soutenu d’abord l’opposition à Bachar El-Assad, la Turquie s’est rapproché de mouvements islamistes proches d’Al-Qaida, tandis que les États-Unis ont pris fait et cause pour les Kurdes syriens. Or les États-Unis ne peuvent se permettre un essor d’Al-Qaida en Syrie, même à l’heure où l’ennemi numéro 1 est Daesh. De son côté, la Turquie craint que le soutien américain aux Kurdes ne donnent des ailes à sa propre minorité kurde. Si le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan s’est d’abord efforcé d’aplanir les relations avec sa minorité kurde dans le but d’améliorer les relations avec l’UE, il a dernièrement pris ses distances avec cette politique. Or, le PYD, le parti kurde syrien, dont la branche militaire reçoit maintenant officiellement des livraisons d’armes de la part des États-Unis, est très proche du PKK turc (parti kurde de Turquie, considéré comme une organisation terroriste). Les leaders de l’AKP craignent que le renforcement des Kurdes syriens et l’extension du territoire qu’ils occupent ne puissent servir de soutien et de base arrière au PKK. C’est pourquoi, la Turquie s’est engagée dans la voie d’un rapprochement paradoxal avec la Russie de Vladimir Poutine, qui s’est concrétisé par l’accord d’Astana auquel a également participé l’Iran. Cette décision, qui contribue à réduire le rôle des États-Unis dans la région, s’inscrit également dans la volonté d’autonomisation de la politique étrangère néo-ottomane turque.

L’alliance turque reste nécessaire pour les États-Unis

La rhétorique turque visant à dénoncer la présence du prédicateur Fethullah Gülen aux États-Unis et l’escalade actuelle participe de cet éloignement stratégique. Elle a surtout un rôle politique : le gouvernement turc cherche à donner des signaux nationalistes et à réveiller l’antiaméricanisme latent en Turquie en sous-entendant que les États-Unis seraient complices de la tentative de coup d’État s’ils ne coopéraient pas avec la justice turque. Si les États-Unis ont répondu vigoureusement à ces accusations, ils peuvent néanmoins difficilement se passer de l’alliance turque. La Turquie reste pour les États-Unis un poste avancé au Moyen-Orient, notamment avec la base d’Incirlik. De plus, la Turquie possède une position stratégique sur les routes du pétrole et du gaz : l’oléoduc BTC (Baku-Tbilissi-Ceyhan) joue un rôle clef dans les efforts des Américains pour contourner la Russie.

About Adrien VILLARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *