Les coopératives citoyennes, véritable contrepied au modèle énergétique classique ? - Les Yeux du Monde

Les coopératives citoyennes, véritable contrepied au modèle énergétique classique ?

Aux mutations industrielles profondes induites par la mondialisation, le secteur énergétique ne fait pas exception. C’est ce dont témoignent en Europe de nouvelles structures atypiques vouées à la production d’énergies renouvelables : les coopératives citoyennes. A mi-chemin entre rejet des modèles classiques et innovation solidaire, ces entités se positionnent comme de nouvelles alternatives, à l’instar de l’espagnole Som Energia. Un nouveau modèle viable et crédible ? 

Ferme solaire implantée par Som Energia près de Séville, l'une des coopératives citoyennes européennes
Ferme solaire implantée par la coopérative Som Energia dans l’Alcolea de Rio, près de Séville

En 2010, des citoyens catalans désireux de rompre avec un modèle industriel éculé décident de reprendre leur destin en main. Nait ainsi la première coopérative énergétique citoyenne d’Espagne, Som Energia. L’ambition est clairement affichée : privilégier une production énergétique locale pour s’émanciper du poids des gros producteurs, mais également relocaliser la production. Pour se faire, la coopérative prône un modèle autonome et une offre entièrement renouvelable, de plus en plus demandée. Les prestations relèvent de l’énergie solaire, éolienne, des bio-carburants ou encore la biomasse.

Les coopératives citoyennes : un modèle viable et innovant malgré les écueils

Le chemin n’a cependant pas été de tout repos. D’une part, les projets énergétiques locaux font face à la concurrence écrasante des gros producteurs et à leur modèle de rentabilité. D’autre part, la coopérative a dû composer avec une législation très défavorable. En effet, la règlementation du secteur est extrêmement centralisée et nécessite des ressources substantielles. Outre cela, l’Espagne impose de même une production énergétique minimale par jour. Ce à quoi Som Energia a répondu dès sa création avec un système de « socios », soit des clients bénéficiaires et sociétaires à la fois de la coopérative. Dans une démarche empreinte de démocratisation de l’énergie, chacun participe financièrement à la viabilité du projet avec pour leitmotiv la force du nombre. Elle dénombre aujourd’hui 56 288 socios et 13,56 Gigawatt/heure annuels produits.

Une ambition énergétique en plein essor qui dépasse les frontières

L’initiative a fait des émules. Outre Som Energia, des pays européens tels que la France (Enercoop), la Belgique (Enerpower), les Pays-bas (De Windwogel) ou encore le Danemark (Middelgrunden) ont été le théâtre d’initiatives similaires. Dans cette démarche d’union pour assurer leur rayonnement, ces coopératives ont même pris le parti de s’associer au niveau européen en créant Rescoop, fédération dédiée notamment soutenue par la Commission européenne, Greenpeace, Climate Alliance ou la WWF. L’individu central et le caractère non-lucratif des coopératives citoyennes en ont fait  en moins de dix ans des alternatives réelles.

 

About Antoine Vandevoorde

Antoine Vandevoorde est analyste en stratégie internationale, titulaire d'un Master 2 Géoéconomie et Intelligence stratégique de l'IRIS et de la Grenoble Ecole de Management depuis 2017. Ses domaines de spécialisation concernent la géopolitique du cyberespace, les relations entreprises - Etats, l'intelligence économique et l'Afrique. Il est rédacteur aux Yeux du Monde depuis mars 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *