Zone euro : espace sous pression (2/2) - Les Yeux du Monde

Zone euro : espace sous pression (2/2)

Synonyme de sénescence sans détour pour les uns, hypothèque d’un salut plus que jamais exigible par l’Europe pour les autres, la zone euro requiert désormais l’urgence des dispositions : face à la crise le sursis n’est plus possible, les pays européens devant alors faire face à un dilemme cornélien : faut-il, oui ou non, signifier l’épilogue de la zone euro ?

Sur ce point, trois grandes écoles s’affrontent.

Face au marasme actuel, la première revendique au contraire une intégration plus poussée, tendant même au fédéralisme budgétaire européen : la stratégie est alors qualifiée de « maximaliste »; un tel dessein passe avant tout par la mise en place d’un budget communautaire commun, chose quasi-inexistante aujourd’hui, et par la convergence de l’ensemble des politiques économiques nationales. Sans cela, impossible de voir un jour l’Europe sortir de sa torpeur car face à l’émergence de géants tels que la Chine, le Brésil ou l’Inde, l’absolution ne peut passer que par l’union absolue. Le plus souvent, celle-ci appelle également à l’extension de la zone, en particulier à l’ensemble des pays de l’Union européenne, soit à près de 27 membres : mais alors même qu’aujourd’hui la détresse d’un seul pays – la Grèce – tend à mettre en difficulté pas moins de 16 autres nations, que peut-on attendre d’une union à 27 ?

La deuxième suppose plutôt la simple coordination des politiques budgétaires : synonyme d’inachèvement, elle est la voie actuellement choisie. Ainsi Dominique Strauss-Kahn a t-il signifié dimanche dernier face à la crise européenne que « pour éviter cela, il faut agir vite […] Le problème des Européens c’est qu’ils font souvent soit trop peu, soit trop tard, soit souvent trop peu et trop tard » . De même Jacques Delors s’est-il dit récemment « indigné » par les dissensions européennes récurrentes suite à la réunion vendredi dernier des 17 ministres des Finances de la zone euro à Wroclaw en Pologne.

Image d’un engagement mitigé, cette école est aujourd’hui la plus critiquée, beaucoup tendant désormais à se tourner vers une ultime tendance : celle du retour à la souveraineté nationale.

La stratégie est pour le moins « minimaliste » : face à la crise de la dette, à la division entre les pays et à l’atrophie de la croissance économique européenne, mieux vaut abandonner la zone euro et revenir à une autonomie nationale préservée, autonomie pas forcément incompatible avec le renforcement de la coopération entre pays d’ailleurs; car l’idée est avant tout ici de retourner à l’indépendance des politiques économiques, en particulier à celle de la politique monétaire et de change, de manière à supposer enfin, la tenue de mesures cohérentes et adaptées à la structure économique de chaque pays. Métaphore de la fin de l’euro, elle est aujourd’hui la voie la plus probable.

Trois voies pour trois destins différents : chacune suppose son propre dénouement, sa propre conclusion, mais toutes tendent à aboutir à la même leçon : sans décision, nul espoir de voir un jour se dessiner la délivrance.

About Boris HERTZOG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *